Pop-Rock.com



Van Canto : "Tribe of force"
Pow-wow metal

mercredi 24 mars 2010, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Black Label Society : "Order of the black"
Evergrey : "Glorious collision"
KoRn : "KoRn III - Remember who you are"
Therion : "Sitra ahra"
Crowbar : "Sever the wicked hand"
Pensées Nocturnes : "Grotesque"
Apocalyptica : "7th Symphony"
Star One : "Victims of the modern age"
Cradle Of Filth : "Darkly, darkly, venus aversa"
Dimmu Borgir : "Abrahadabra"


Un bon moyen de se faire remarquer dans la scène musicale est d’avoir un gimmick, une originalité qui n’a pas forcément de lien avec la musique en elle-même. Kiss a son maquillage ou Apocalyptica ses violoncelles. Van Canto, pour sa part, pratique le metal a cappella, c’est à dire qu’à l’exception du batteur, le reste du groupe est composé de cinq chanteurs, dont trois font les guitares et la basse à la bouche. Le groupe a eu son petit impact dans la scène metal, notamment avec leurs reprises de Battery et de Wishmaster, et leurs prestations live assez impressionnantes. Le troisième album étant généralement considéré comme celui de la confirmation, voyons comment les Allemands s’en sortent...

Précisons les choses d’entrée de jeu, le metal a cappella de Van Canto n’est pas pour tout le monde. Le gimmick ne laisse généralement pas indifférent et soit on adore, soit on déteste. Pour sa défense, le groupe ne se résume fort heureusement pas juste à cela. Aussi bien leurs reprises que leurs compositions propres sont extrêmement travaillées et on sent le sérieux et le professionnalisme des musiciens à chaque chanson. Pour peu que le gimmick ne vous rebute pas complètement, vous verrez qu’à force, on ne prête plus trop attention au fait que trois gars font des bruits de bouche et on peut alors pleinement profiter de la musique.

D’un point de vue musical, justement, Van Canto pratique un power-metal germanique assez classique, façon Helloween et consorts. Tribe of force n’innove pas vraiment, malgré quelques petites expérimentations et dès Lost forever, la première chanson, les fans seront en territoire connu. La chanson s’inscrit dans la lignée directe de l’album précédent, Hero, et on retrouve les refrains hyper-mélodiques et les harmonies vocales qui sont la signature du groupe. Van Canto qualifie d’ailleurs sa musique de « hero-metal », accentuant l’aspect positif plus proche d’un Gamma Ray que de la classique attitude « je suis méchant » de rigueur dans la scène metal. Toujours est-il que, comme entrée en matière, cela reste efficace.

Passé To sing a metal song, une petite Manowar-erie inoffensive, on entre enfin dans les choses sérieuses. One to ten marque l’arrivée du premier invité de l’album, en la personne de Victor Smolski, guitariste de Rage. Le bonhomme est d’ailleurs superbement utilisé puisque, plutôt que de se contenter de poser bêtement un solo sur la chanson, il se livre à un duel de guitares avec Stef, le guitariste solo de Van canto (et oui, il fait les solos à la bouche aussi !) pour terminer en duo harmonique. L’effet est bluffant et honnêtement, ça le fait !

Au rayon invités, notons la présence de Chris Boltendahl (Grave Digger) qui vient pousser la chansonnette sur Rebellion, reprise sympathique mais inoffensive de son groupe, ainsi que celle de Tony Kakko (Sonata Arctica) sur la tout de suite plus intéressante Hearted, chanson original à quatre voix, de loin la plus épique de l’album. Comme pour Take to the skies sur l’album précédent, il est beaucoup plus intéressant d’entendre des chanteurs invités accompagner le groupe sur des créations originales que de venir cachetonner sur une reprise.

En parlant de reprises, l’autre reprise de l’album n’est autre que le classique de Metallica, Master of puppets. C’est la deuxième fois que Van Canto se frotte au répertoire de Metallica (la première étant Battery, présente sur A storm to come), et l’essai est à nouveau concluant. Point positif, Van canto se limite cette fois-ci à deux reprises, alors que l’album précédent en comportait cinq. Si je conçois bien que l’intérêt de reprises pour un groupe comme Van canto est de se faire connaître, j’apprécie que sur son troisième album, le groupe mette plus l’accent sur ses compositions originales, histoire d’éviter de devenir un groupe de covers. Bref, un bon point pour l’effort !

Mais ce troisième album est également l’occasion pour le groupe d’expérimenter, de jouer un peu avec leur style musical particulier. Et Van Canto ne rate pas le coche, puisqu’ils nous offrent tout d’abord un voyage au sein de la musique folk avec Last night of the kings, ballade moyenâgeuse du plus bel effet et qui met parfaitement en valeur les talents vocaux des allemands. Autres candidats à l’expérimentation, Magic Taborea et Frodo’s dream donnent plutôt dans le metal symphonique avec leurs orchestrations classiques. Les deux chansons font franchement penser à du Rhapsody of Fire mais étrangement, Van canto semble moins à son aise dans ce registre. Conclusion, les chansons sont un rien poussives.

Dans la série « tiens, ça sonne comme du... », je dois m’arrêter un instant sur Water fire heaven earth, qui évoque étrangement un certain groupe de goth féminin hollandais, j’ai nommé Within Temptation. Mais là aussi, il y a pire comparaison et comme de juste, la chanson est sans doute le moment fort de l’album. Water... est emmenée par Inga, la voix féminine de Van Canto, qui avait déjà démontré sur l’album précédent qu’elle était capable de fumer Tarja Turunen dans son domaine. Bref, on a ici une superbe démonstration de heavy-rock gothique, qui repose presque entièrement sur les harmonies vocales. Van Canto fait là une démonstration de ses talents et affirme, si besoin en était encore, que le chant a cappella n’est pas juste là pour faire joli. Un must, et une excellente introduction au monde de Van Canto.

Au final, Van Canto nous livre ici un bel effort en guise de troisième album. Leur gimmick tient toujours aussi bien la route, et cela reste un des objets les plus intéressants que le power-metal germanique ait produit depuis belle lurette. La qualité de la production du groupe reste constante et l’ensemble est franchement agréable à l’oreille. Reste qu’on peut leur reprocher de ne toujours pas avoir trouvé leur identité musicale et de continuer à émuler leurs inspirations. Mais le groupe est à découvrir, ne serait-ce que par curiosité, et Tribe of force est un aussi bon point de départ que les autres albums.



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Van Canto : "Tribe of force"
(1/1) 24 mars 2010




Van Canto : "Tribe of force"

24 mars 2010 [retour au début des forums]

Une très belle pochette qui donne envie d’acheter cet album sans en avoir entendu une note : c’est rare !

[Répondre à ce message]