Pop-Rock.com



The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"
Freud dans ta gueule !

jeudi 17 juin 2010, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Annihilator : "Annihilator"
Ozzy Osbourne : "Scream"
Star One : "Victims of the modern age"
Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
Stratovarius : "Elysium"
Adrift For Days : "The lunar Maria"
Periphery : "Periphery"
Nomad Son : "The eternal return"
Evergrey : "Glorious collision"
Accept : "Blood of the nations"


Après plusieurs années d’absence, le Paresseux de Fer revient sur le devant de la scène et, dans le processus, passe d’indomptable à abominable. Ce nouveau qualificatif est particulièrement approprié puisque l’animal ne s’est pas assagit avec les années. Les Américains continuent à distiller leur doom-grind nihiliste avec le talent particulier qu’on leur connaît. Ce n’est pas ce nouvel album qui fera mentir la tradition, Iron Sloth étant de toute évidence toujours aussi fâché avec la vie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Américains d’Iron Sloth ne prennent pas de gants pour distribuer les pains dans la gueule. Dès ce I destroy d’ouverture, le ton est donné. Le son est lourd, très lourd et c’est avec un mélange caractéristique de riffs déstructurés et de nappes bruitistes à grands renforts de larsen que les Américains déclarent la guerre à nos tympans. Le chant est hurlé, à peine intelligible, les chansons sont aussi courtes que brutales et on a à peine le temps de se remettre d’une première offensive que l’assaut reprend de plus belle. Iron Sloth enchaîne les tartes dans les gencives, tel ce A nation of ignorants qui sonne comme un pamphlet misanthrope craché au visage d’une humanité méprisée.

The Abominable Iron Sloth œuvre très largement dans le répertoire de ses compatriotes de EyeHateGod, le groupe du batteur Jimmy « Down » Bower. La filiation avec les empereurs du doom US bruitiste est particulièrement évidente sur un titre comme Two black helicopters. Mais là où EyeHateGod reste inflexible dans sa brutalité, Iron Sloth a appris à mettre de l’eau dans son vin et à mettre parfois l’accent sur le côté doom de sa musique, un côté peut-être plus européen. Les Américains semblent piocher leurs influences également du côté du stoner-doom européen et se fend de passages plus groovy, du genre qu’Electric Wizard ou Penance, si l’on veut remonter plus loin dans le temps, ne renieraient pas.

Et c’est bien là l’avantage d’Iron Sloth sur la plupart de ses collègues, cette diversité qui rompt avec une certaine monotonie coutumière du grind. The ID will overcome est ainsi ponctué de quelques instrumentaux, comme ce Nineties male qui fleure bon le hardcore new-yorkais à la Madball. On trouve également deux monuments du sludge, Mongoroid et Killimanjaro dreaming dont la lourdeur pachydermique n’est pas sans évoquer Crowbar dans ses meilleurs jours. Cerise sur le gâteau, et parfaitement dans l’esprit du groupe, Iron Sloth se fend même d’une reprise de Charles Manson, Big Iron door. Le seul moment dispensable est l’instrumental et le bien-nommé Heterodox nonconformist. Je suis tout à fait pour les expérimentations, surtout dans ce genre de musique, mais treize minutes de bruit, c’est un peu beaucoup pour moi.

Bien entendu, The ID will overcome est à réserver uniquement aux aficionados de nihilisme sonore. The Abominable Iron Sloth risque peu de trouver des supporters parmi les gens qui considèrent que Papa Roach est le sommet de la brutalité. Et très franchement, il y a de fortes chances que le groupe n’en ait rien à foutre. Ce genre d’album n’a pas été composé pour truster les tops 50 ou pour passer en rotation lourde sur Radio Contact. Mais si, comme moi, vous trouvez mélodieux le chant d’un marteau-piqueur, si vous avez un appartement à détapisser, une petite sœur qui écoute Grégoire en boucle ou des voisins à emmerder, foncez ! A ce niveau-là, ce n’est plus un album, c’est une arme de destruction massive.



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 15 contribution(s) au forum.

The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"
(1/3) 21 juin 2010
The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"
(2/3) 17 juin 2010
The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"
(3/3) 17 juin 2010, par Yû




The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"

21 juin 2010 [retour au début des forums]

Je viens de découvrir la B.O. de mes passages quotidiens aux toilettes !
La "musique" accompagnera à merveille le lâcher d’étron(s).

Merci pop-rock !

[Répondre à ce message]

The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"

17 juin 2010 [retour au début des forums]

J’ai l’impression que c’est de la musique pour puceau rôliste.

[Répondre à ce message]

The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"

17 juin 2010, par  [retour au début des forums]

Rien que pour la pochette qui fait Deedlit arabe. :-D

[Répondre à ce message]