Pop-Rock.com



Star One : "Victims of the modern age"
Les deux pieds sur terre

samedi 11 décembre 2010, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Nomad Son : "The eternal return"
Fozzy : "Chasing the grail"
Cradle Of Filth : "Darkly, darkly, venus aversa"
Ihsahn : "After"
Times of Grace : "The hymn of a broken man"
Periphery : "Periphery"
Rhapsody : "The frozen tears of angels"
Manowar : "Battle Hymns MMXI"
Adrift For Days : "The lunar Maria"
Apocalyptica : "7th Symphony"


On ne présente plus Arjen Anthony Lucassen, l’homme aux multiples projets. Avec la régularité d’un inspecteur des impôts, le Batave nous apporte une nouvelle galette soit de Ayreon, son « groupe » principal de metal-opera, soit d’une énième formation conceptuelle. Ces formations sont le plus souvent des projets « one-shot », à tel point que Lucassen avait laissé tombé son groupe de metal gothique, Stream of Passion, alors que les autres membres avaient exprimé le désir de continuer ensemble. Et pourtant, Arjen a cette fois pris la décision de sortir d’animation suspendue son projet de « space-metal », Star One, accessoirement son side-project le plus intéressant. Il n’en fallait pas moins pour susciter l’engouement des fans et la curiosité des autres. Restait à voir si les attentes de tout le monde allaient être satisfaites.

Point positif, Lucassen a la bonne idée de reprendre la même équipe que sur Space metal, l’album précédent. On retrouve ainsi au chant le quatuor magique de Sir Russell Allen (Symphony X), Dan Swanö (Edge of Sanity), Damian Wilson (ex-Threshold) et Floor Jansen (ex-After Forever, Revamp). La majorité des instruments sont assurés par Lucassen lui-même, et c’est une bonne chose. On connaît en effet les multiples talents du Hollandais, aussi bien à la guitare qu’aux claviers. Les parties de batterie sont assurées par l’infatigable Ed Warby (Gorefest), qui démontre que le death-metal est sans conteste le genre qui produit les meilleurs batteurs. Ajoutez à cela Joost Van den broek (After Forever) et Gary Wehrkamp (Shadow Gallery), tous deux habitués de la maison Lucassen, et vous aurez une bonne idée de ce qui s’annonce être une histoire de potes.

L’alchimie entre les quatre chanteurs fonctionne toujours aussi bien. Swanö a cette fois-ci les coudées un peu plus franches et ne se limite plus uniquement à son registre grave. Son chant plus varié apporte plus de nuances à sa performance et l’ensemble s’en trouve franchement rehaussé. Wilson assure toujours les parties plus aiguës avec une aisance étonnante et prouve encore une fois qu’il est criminellement sous-estimé par le monde musical. Janssen, quant à elle, ne devrait plus sortir que des albums composés par Arjen. Autant son chant pseudo-opératique peut être du dernier pénible dans ses autres groupes, autant ici elle est parfaitement en place, dans un registre clair et puissant, autrement mieux maîtrisé que chez la plupart de ses consœurs goth-metalleuses. Allen, pour sa part, reste un dieu du chant, à l’aise dans tous les registres et capable de convoyer puissance et émotion avec une voix qui peut honnêtement tout chanter. Les quatre chanteurs sont surement loin du star-power que Lucassen déploie habituellement pour les albums de Ayreon, mais l’ensemble semble plus cohérent, comme un véritable groupe plutôt qu’un simple featuring.

Avec cette ambiance très « on prend les mêmes et on recommence », on serait en droit de s’attendre à un Space metal 2, d’autant que Lucassen a un brin tendance à se répéter. Bien au contraire, Victims of the modern age est radicalement différent de son prédécesseur. Pour commencer, Arjen a modifié son concept de base. Alors que Space metal puisait son inspiration dans des films de space-opera, Victims..., tout en restant dans la science-fiction, se concentre sur plutôt des films d’anticipation ou tout du moins, pour citer Lucassen lui-même, « des films se déroulant sur Terre ». Bon, de toute évidence, le concept n’est pas gravé dans le marbre vu que, jusqu’à preuve du contraire, Firefly est plutôt à ranger dans la série space-opera. Hormis cette légère erreur de casting, pas bien grave en soi, Arjen partage ses goûts en matière de cinéma de science-fiction, et le fan du genre ne sera pas déçu du voyage. On retrouve en effet des chansons inspirées de The Matrix, Escape From New York, 12 Monkeys ou encore Children of Men. Un concept comme un autre, mais on a connu pire inspiration.

Ce changement de concept peut sembler anodin, mais il a un réel impact sur la musique, et Victims of the modern age est tout sauf une redite de son prédécesseur. Exit les mélodies aériennes et les refrains accrocheurs, bonjour les grosses guitares en pleine face, les lignes de chant rentre-dedans et même l’incursion d’un ou deux passages death-metal. Le résultat est que l’album est très difficile d’accès. Ceux qui entrent dans l’univers de Victims... en s’attendant à retrouver les territoires explorés sur Space metal risquent de tomber de haut. Si le premier abord est assez bourrin, l’album nécessite un gros effort pour appréhender toutes ses subtilités. Et des subtilités, il en a à revendre.

Cette difficulté d’accès est telle qu’elle risque de rebuter pas mal de monde. Pour tout vous avouer, ma réaction à la première écoute a été « Mais qu’est-ce que c’est que cette merde ? ». Impossible d’ignorer ma déception de ne plus retrouver des œuvres quasi-opératiques comme The eye of Ra. Mais pour peu que l’on fasse l’effort de dépasser cette première impression, on découvre un album de prog-metal très riche, mais incroyablement complexe, sans être chiant. A l’heure où des sommités du prog-metal, comme Vanden Plas, tournent en rond de peur de trop bousculer leurs fans, la démarche d’Arjen apparait comme d’autant plus louable. Donnez-vous donc la peine de pénétrer dans l’univers de Victims of the modern age et vous trouverez peut-être la clé de ce qui restera sans nul doute une des productions majeures de cette année.



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Actualité santé :
(1/1) 12 août 2013, par Amine




Actualité santé :

12 août 2013, par Amine [retour au début des forums]

Choisir une bonne mutuelle santé est indispensable

Vous êtes à la recherche d’une bonne complémentaire santé ou tout simplement renouveler votre contrat mutuelle ? Le comparateur d’assurance santé vous propose une mutuelle pas chère avec plusieurs garanties, n’attendez plus, et demander votre devis mutuelle de manière rapide et sans aucun engagement.

afin d’avoir un résultat correspondant à vos besoin utilisez le comparateur mutuelle santé http://www.1mutuelle-pas-chere.org pour famille et senior, le comparateur est un soutien essentiel dans votre recherche d’une couverture maladie pour votre santé.

Notre équipe d’experts en assurance vous conseille sur tous types de mutuelles.

[Répondre à ce message]