Pop-Rock.com



Slayer : "Christ illusion"
Un nouveau règne de sang

mercredi 13 septembre 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Cradle Of Filth : "Damnation and a day"
Anthrax : "We’ve come for you all"
Molly Hatchet : "Warriors of the rainbow bridge"
Nightwish : "Wishmaster"
Ankla : "Steep trails"
Megadeth : "Endgame"
Tim "Ripper" Owens : "Play my game"
The Devin Townsend Band : "Synchestra"
Tool : "10.000 days"
Skeptical Minds : "Rent to kill"


Les albums de Slayer sont toujours attendus avec une fébrilité et une excitation qui n’a aucun autre équivalent dans la sphère metal. Une impatience en fin de compte quelque peu surprenante car, en dehors de trois albums fabuleux (Reign in blood, South of Heaven et Season in the abyss), le reste de la discographie du groupe n’a rien de réellement légendaire. Comprenons nous bien : les albums composés par Kerry King et Jeff Hanneman n’ont jamais engendré de déceptions majeures mais au cours des dix dernières années, ils ont plus souvent qu’à leur tour manqué de consistance au regard de l’aura quasi divine de leurs géniteurs.

Dans les années 90 d’ailleurs, le groupe connut quelques déboires : va-et-vient incessant de batteurs après le départ de Dave Lombardo, penchants punk et hardcore pas toujours bien digérés, tentatives de révolution de l’architecture des morceaux qui suscitèrent davantage de controverses que d’admiration. Slayer conservait pourtant sa légende intacte, grâce à son jusqu’auboutisme, son intransigeance musicale, son intégrité jamais prise en défaut et le souvenir de ces quelques albums dont le génie barbare avaient longuement résonné aux oreilles de tous les fans de metal de l’époque.

Après deux albums en demi-teinte (Diabolus in musica et God hates us all), on n’attendait rien d’autre de Christ illusion qu’un bon défouloir de plus. Quelle surprise quand les rythmiques vertigineuses de Flesh storm et Catalyst déboulent sans crier gare, ces rythmiques dont l’ordonnance si particulière fait remonter à la surface un flot de souvenirs qu’on croyait enfouis à jamais. Après 16 ans d’absence, Dave Lombardo est revenu. Sa rythmique démoniaque aussi. Le Slayer d’antan est de retour. Ca va chier...

Il faut bien une écoute complète pour se persuader qu’on n’est pas en train de rêver. Ensuite, on peut sans crainte se livrer tout entier au plaisir d’écouter un Slayer qui n’avait pas été aussi haineux et furibard depuis nombre d’années. Quelques pistes plus plombées et glauques (Eyes of the insane, Black serenade) surnagent au milieu de cet apocalypse trash, mais globalement, Christ illusion se place dans la droite lignée d’un Season in the abyss, voire même d’un Reign in blood, stylistiquement et qualitiativement parlant. Tom Araya éructe et hurle de manière plus coléreuse que jamais, Hanneman et King balancent prouesses sur prouesses... On retrouve par instant cette impression d’écouter un seule et même morceau, un condensé de violence malsaine qui cristallise avec un talent impitoyable les pires facettes de l’âme humaine.

Si Slayer s’en prend toujours, avec toute la rage qu’on lui connaît, à ses cibles favorites (la religion sur Cult, la politique sur Consfearancy...), ce grand retour aux sources lui permet aussi de renouer avec la senteur de provocation sulfureuse d’un Angel of death. Le morceau incriminé se nomme cette fois Jihad et revisite les évènements du 11 septembre à travers les yeux d’un des kamikazes. Slayer ne pose aucun jugement sur les actes ou les motivations, pas plus qu’il ne les met en perspective. La folie haineuse du terroriste y est jetée en pâture à l’auditeur, avec la même insensibilité médicale que pour celle du docteur Mengele voici deux décennies. Logique quand on garde à l’esprit que Slayer n’a jamais prétendu défendre autre chose que son droit à faire de la violence et des monstres humains son fonds de commerce. Beaucoup moins logique quand on fait le constat qu’en rock, le 9/11 sert de vecteur soit à une tranquille séance de patriotisme, soit à une critique de l’administration Bush. Dommage que cette plage en elle-même, malgré sa construction atypique, soit un des moments les moins ravageurs de Christ illusion.

On n’y croyait pas et pourtant, le fait est là : Slayer est redevenu de facto le groupe de trash ultime de la planète metal, celui devant qui tous s’inclinent humblement. Il est difficile, dans l’état actuel des choses, de déterminer si Christ illusion est appelé à connaître le même destin que les trois autres highlights de Slayer mais à mon sens, il le mériterait amplement. D’un bout à l’autre, Christ illusion dégage cette puissance, cette intemporalité et cette maîtrise de l’agressivité qui mettent d’emblée Slayer hors-concours dans toute comparaison avec les plus convaincants de ses congénères. Que le petit peuple trash-metal se batte pour la seconde place, la tiare impériale, délaissée depuis de trop nombreuses années, a été ceinte à nouveau par son légitime propriétaire.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Slayer : "Christ illusion"
(1/3) 11 novembre 2006, par Bastien Sandoz
Slayer : "Christ illusion"
(2/3) 19 septembre 2006, par amnesiac
Slayer : "Christ illusion"
(3/3) 17 septembre 2006, par amnesiac




Slayer : "Christ illusion"

11 novembre 2006, par Bastien Sandoz [retour au début des forums]

Oui, vous, chroniqueurs, qui êtes pourtant si doués en rédaction et si cultivés, tâchez toutefois à l’avenir de vous en souvenir :

"Trash" signifie "ordures, déchet, poubelle/camelote, pacotille/bêtises, inepties/racaille..." (et autres douceurs du même acabit), d’où le terme trash-TV par exemple. Ceci dit, je trouve que l’étiquette "trash-metal" sied plutôt bien à l’album "Diabolus in Musica" ! Pas vous ?

"Thrash" signifie quant à lui "battre, frapper, rosser, rouer de coups...", ce qui est déjà moins drôle, mais convient bien mieux au style musical qui nous intéresse ici ! La confusion entre les 2 termes vient du fait qu’hormis en territoire anglophone, on les prononce à l’identique.

Personnellement, je n’apprécie pas du tout ce que Slayer a accompli depuis les années 90 (ni ce qu’ils sont devenus, des Ozzfêtards acoquinés au neo-metal), mais là, je crois que je vais quand même jeter une oreille à ce nouvel album, vous m’avez mis l’eau à la bouche !

P.S. En sus des 3 albums principaux de leur discographie que vous citez, je pense qu’il ne faut pas faire l’impasse sur "Hell Awaits" (ni sur "Show No Mercy" pour son côté historique et juvénile à la "Kill’em All") : personnellement, je considère le titre éponyme de ce second opus comme la meilleure chanson jamais composée par le groupe ! Magistral !

[Répondre à ce message]

Slayer : "Christ illusion"

19 septembre 2006, par amnesiac [retour au début des forums]

THRASH... et non trash.... :D

[Répondre à ce message]

Slayer : "Christ illusion"

17 septembre 2006, par amnesiac [retour au début des forums]

Superbe album, superbe chronique.

[Répondre à ce message]