Pop-Rock.com



Sigh : "Scenes from Hell"
Peut-être en 2011...

lundi 25 janvier 2010, par Yû Voskoboinikov

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Apocalyptica : "7th Symphony"
Parkway Drive : "Deep blue"
Orphaned Land : "The never ending way of Orwarrior"
Lair Of The Minotaur : "Evil power"
Acid Witch : "Stoned"
Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
Motörhead : "The world is yours"
Charred Walls of The Damned : "Charred Walls of The Damned"
Therion : "Sitra ahra"
Rob Zombie : "Hellbilly Deluxe 2"


Le black metal a ceci de commun avec le rock gothique qu’à la première génération noble (Venom, Bauhaus...) a succédé toute une filiation de petits bâtards merdeux (Burzum, Sisters of Mercy...), marquant une séparation nette et à jamais irréconciliable entre une minorité aristocrate et une majorité démocrate, au sens aristotélicien du terme (cf. Les politiques, livre III).

Fort heureusement pour nous, Sigh fait partie de la race des Seigneurs, ceux qui livrent des albums en hommage à leurs aînés, et qui se permettent en toute impertinence de faire mieux qu’eux, jusqu’à être finalement plus connus et respectés en Occident que dans leur Japon natal. À tel point qu’un loufiat assez peu renseigné a été jusqu’à prendre le nom de scène Sigh pour sortir en 2008 un album intitulé Ichiren no tsunagari, tellement formidable que les disquaires ne savent plus comment s’en débarrasser. Mais ne cherchez pas Sigh, les vrais, au Japon, vous ne les trouverez plus nulle part, leurs disques ne se vendant tout simplement pas. Nul n’est prophète en son pays...

Pourtant, Sigh est depuis toujours considéré comme une entité à part, de celles que l’on classe dans la catégorie avant-garde, faute d’arriver à définir une musique unique en son genre. C’est bien du metal, du black metal même, mais ce n’est pas que cela. Mirai Kawashima est un grand connaisseur de musique classique — Schubert est son musicien culte — et si l’on devait définir la musique de Sigh, ça serait la somme de toutes les lettres, de l’alpha à l’omega, une montagne dont chaque album serait un nouveau sommet plus élévé que les précédents. Le raffinement japonais s’exprime ici dans toute sa grandeur, en une musique non plus érudite mais savante, issue d’un appétit culturel insatiable.

C’est ainsi que le MIDI des albums précédents a laissé place aux vrais instruments, toujours en accord avec un esprit japonais humble et surtout pragmatique. Kawashima explique ainsi la participation de Pál Zoltán (Sear Bliss) à l’album : « Ce qui est important, c’est que tous les participants comprennent notre démarche, je suppose. Je leur demande toujours leur opinion au sujet des partitions. Les trompettistes connaissent mieux la trompette que moi. C’est pourquoi le résultat devrait être bien meilleur que si nous avions juste engagé des musiciens de session ou un orchestre qui n’aurait jamais écouté d’heavy metal. » Dont acte, avec un mastering de Maor Appelbaum (ancien collaborateur d’Yngwie « You’ve unleashed the fucking fury » Malmsteem), et une participation de David Tibet (Current 93), dont l’on ne présente plus l’extrême exigence. Car Sigh n’est pas un ersatz de Dimmu Borgir ! Là où ces derniers utilisent l’orchestre comme arrangements, Sigh base sa musique sur l’orchestre, qui n’est pas un faire-valoir pour pseudo-mélomanes montreuillois mais bel et bien une composante indissociable de l’ensemble.

Mais la technique ne fait pas tout, et l’élément décisif qui fait de chaque album de Sigh une oeuvre indispensable mettant à l’index la quasi-intégralité de la scène metal est cette ambiance unique toujours renouvellée, comme si Mirai Kawashima se séparait à chaque album d’un bout de son âme jusqu’à ce que son esprit soit lié au monde tel le sucre dans le chocolat chaud - invisible mais toujours présent. Ne cherchez pas plus loin le meilleur album de metal de l’année 2010, la concurrence ne lutte pas à armes égales.



Répondre à cet article

Yû Voskoboinikov





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Sigh : "Scenes from Hell"
(1/2) 27 janvier 2010
Sigh : "Scenes from Hell"
(2/2) 25 janvier 2010




Sigh : "Scenes from Hell"

27 janvier 2010 [retour au début des forums]

Un vieux goth te dira que Bahaus, c’est du Bat cave pas du goth. Quant aux rapport Sigh Venom... Parle plutot de Poison (ger), Minotaur ou Bathory, ou simplement de la scène Jap - Ground Zero, Gore Beyond Necropsy ... tu passera moins pour inculte.

[Répondre à ce message]

Sigh : "Scenes from Hell"

25 janvier 2010 [retour au début des forums]

"et une majorité démocrate, au sens aristotélicien du terme (cf. Les politiques, livre III)."

Merci, j’ai beaucoup ri.

[Répondre à ce message]