Pop-Rock.com



Periphery : "Periphery"
Discussion entre gens civilisés.

dimanche 18 juillet 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
In Legend : "Pandemonium"
Nomad Son : "The eternal return"
Times of Grace : "The hymn of a broken man"
Sarah Jezebel Deva : "A sign of sublime"
Charred Walls of The Damned : "Charred Walls of The Damned"
Therion : "Sitra ahra"
Fear Factory : "Mechanize"
Pensées Nocturnes : "Grotesque"
Avantasia : "The wicked symphony/Angel of Babylon"
Godsmack : "The oracle"


Je me suis cogné un disque que je n’aime pas, c’est moins un critère qualitatif que purement subjectif. Pas le bon jour, pas le moment, des envies de détruire un truc, un truc passe, on le détruit. Periphery passait par là, et sans tomber dans la violence aveugle, je n’ai clairement pas aimé, aucun atome crochu avec ce premier disque et pire, aucune envie d’en attendre un second. En publiant ma chronique en ce sens sur le blog du primate, je ne m’attendais pas à recevoir de réactions ou fort peu. Il y en eut une, et heureusement (si,si), elle fut totalement inverse à ma propre analyse. Ce qui n’était à l’origine qu’une bête diatribe contre un album de plus s’est ainsi muée en un échange finalement intéressant. Voici ce que donnait mon pamphlet originel :

_Vous avez sur le papier des albums qui intriguent, font envie, qui ouvrent l’appétit. Lorsque je vois par exemple un groupe se faire traiter d’expérimental, de jazzy, de math metal, de progressif (aïe, mais pourquoi pas...) et de tech metal (ah, celui-là, vous connaissiez pas, hein ?), que ses influences comptent Meshuggah, Dream Theater, The Mars Volta, Dillinger Escape Plan, Tool, Deftones, Opeth, Sikth, Ion Dissonance, ou encore Textures, fatalement, je m’intéresse.

Le gros clou dans mon pneu plein d’attente, c’est qu’une telle parentèle supposée s’avère souvent fausse ou du moins très peu représentative du contenu réel. C’est un peu le cas pour ce Periphery, Américains de leur état et accessoirement membres du Fear Campaign Tour de Fear Factory. Car si je dois avouer - bien qu’il faille pour cela user de traitements douloureux sur mes parties - que Periphery offre un son teinté de ces multiples maîtres à droite et à gauche, l’ensemble souffre de la comparaison. Parfois mystique, parfois brutal, parfois planant, parfois rapide, parfois lourd, et je vous passe la série interminable de couleurs que tripote ce disque, Periphery se trouve souvent très emmerdé avec son trop-plein d’idées, en colle des tonnes partout et on s’y perd.

Doués, ils le sont. Des idées, ils en ont. Mais d’organisation point, et l’auditeur en quête de simplicité a mille fois le temps de se flinguer ou, méthode moins radicale, de remettre ledit disque dans son boitier et de revenir à la préhistoire d’un AC/DC. C’est devenu une sorte de rengaine dans le metal. Étant donné qu’il n’y a plus rien à inventer, plus rien à créer, on mixe, on bidouille, on mêle, on malaxe. Ça donne de la bouillie dont les aliments perdent en saveurs, les goûts se conjuguent et provoquent des nausées. Periphery est à la périphérie (mouaahahhh...) de trop d’influences et nos compères sont infoutus de faire le tri, laissant cette tâche à nous, pauvres victimes de la mort en direct d’un genre en bout de course.

Faisons court (pour une fois, mais là je cuisine et mes spaghettis vont se venger méchamment si je ne les sors pas tout de suite de la casserole), Periphery est un album inutile.”

Je reconnais que c’est assez dur et très probablement pétri de mauvaise foi, mais comme je vous l’explicite au départ, c’est effectivement un disque que je n’ai pas du tout apprécié (et que je n’aime toujours pas d’ailleurs).
Heureusement que vient garnir de son commentaire outré un certain M. Anonyme :

_Le compositeur principal Misha Mansoor est suivi sur le net depuis des lustres par le biais des groupes qu’il produit et de ses myspace et soundclick remplis de dizaines et dizaines de mp3 extrêmement variés et depuis très longtemps prometteurs...
Allumer un premier album de cette qualité comme ça, ça montre bien là l’amateurisme caractéristique de certains pseudo-chroniqueurs du net qui bénéficient de la liberté totale laissée sur le web. Jouissant de votre toute puissance de pacotille vous vous défoulez dans une micro-chronique qui sent bon le travail bâclé.

Periphery est un album résolument moderne... Au moins très bien produit... Au moins avec des musiciens tous aussi talentueux les uns que les autres. Si Periphery fait "bouillie", mais alors quid de Sikth par exemple ? Vous transpirez les partis pris induits par une nostalgie de vos références...
J’ai envie de dire... retournez donc écouter du AC/DC et apprenez à chroniquer... Pour l’instant ça ne vaut rien.

Bon, le monsieur juge que la chronique est par trop succincte et butée, et je ne lui donne pas tort, vrai qu’elle est un peu salope sur les bords, je ne la renie pas vu qu’elle reflète ma pensée (de salope), mais je décide cependant de répondre, vu que ce M. Anonyme ne m’insulte pas, il est donc digne d’ouvrir un débat, je rétorque ceci :

_Et combien de musiciens talentueux, combien de combos prometteurs, de compositeurs doués ? Combien de ceux-là ne me touchent pas ? Là est le problème, cher Anonyme, Periphery ne me fait pas d’effet, ne me provoque rien, et la chronique le dit. Que le background de tel ou tel soit énorme ne change rien. Fondamentalement, je m’en fous. Je crois que j’espérais autre chose de cet album et que la déception me conduit au texte que tu as lu et qui ne te convient pas, chose que je comprends.
Quant à apprendre à chroniquer, j’ai envie de dire que je suis sur mon blog et que j’écris comme bon me semble, et personne n’est obligé à venir...
En quoi cet album te plait, alors ? Car si c’est uniquement le fait que les musiciens soient bons, c’est pas suffisant non plus ;-)

Oubliez le paragraphe concernant le fait que j’écris comme je le souhaite, ça sent un peu le gnard pourri, mais notez que je suis intéressé par ce contestataire visiblement connaisseur.
De fait, M. Anonyme démarre une argumentation fort convaincante, voyez plutôt :

_D’ores et déjà, merci de publier le commentaire c’est tout à votre honneur je le reconnais volontiers.
Vous parlez de références et d’étiquettes qui sur le papier attirent. Je considère donc que ces Meshuggah, DT, Sikth et cie sont pour la plupart parmi vos références. En tout cas ce sont de logiques éléments de comparaison.

Partant de là, quand j’écoute du Meshuggah puis du Periphery, si je reconnais les qualités intrinsèques des deux, je pense sincèrement que si Meshuggah a exploré bien des choses essentiellement d’un point de vue rythmique, je trouve ça vraiment trop "monochromatique". Periphery me paraît aussi moins ésotérique que Meshug’. Dans le détail je trouve aussi la voix de Periphery bien plus variée, le groove global moins froid et enrichi de grands moments épiques et beaucoup plus catchy.
Pour ce qui est de l’influence de Sikth, je trouve encore une fois Sikth plus ésotérique et "fouilli" en comparaison (Sikth, c’est souvent dissonant mais autrement plus "coloré" que Meshuggah). Je ne vois pas pourquoi une complexité structurale pour Sikth serait un bordel sans nom pour Periphery...
Je précise, j’aime les 3.

Là où Periphery prend tout son intérêt c’est qu’il s’agit d’une synthèse d’influences majeures du metal moderne plus ou moins expérimental enrichie et digérée de telle façon que le tout est nettement mois ésotérique, moins éprouvant à écouter. C’est ça que j’aime. J’écoute du Meshuggah parce que je suis batteur et que je trouve ça intéressant... Periphery, j’écoute ça avec beaucoup plus de détachement et de plaisir tout en étant aussi intéressé par l’aspect purement technique.

Le trop plein d’influences dont vous souffrez m’est totalement étranger. Je trouve l’album très cohérent dans son ensemble et ça m’est d’autant plus étranger que la variété des couleurs ne me semblent pas être un défaut bien au contraire...
Le problème vient probablement de l’étiquette collée au groupe. On annonce ça comme du true metal moderne... Dans la galette ils le disent... ils font du "Heavy Metal" et il faut le prendre en tant que tel et fixer ces attentes dans ce sens.

C’est un premier album... un diamant brut qui n’est pas parfait j’en conviens mais qui augure le meilleur. Ça me rappelle Entropia de Pain Of Salvation qui regorgeait d’idées pas forcément toutes agencées au mieux certes... Ça fait partie des choses à prendre en compte dans un background pour une chronique quoi que vous en disiez... Un artiste a toujours un contexte quel qu’il soit. Mais il y a ce charme du à l’imperfection d’un premier album qui a voulu légèrement trop en faire sans aller selon moi trop loin...

Je suis sobrement nommé "Anonyme" par défaut, un pseudonyme n’aurait rien changé ;-)

Constructif le bonhomme, hein ? Lui aime, moi pas. Lui détaille avec moult exemples les raisons qui le poussent à défendre le disque, alors que votre chroniqueur vilain pas beau s’en est tenu à un court résumé de sa déception, pourquoi expliciter plus avant les raisons qui font qu’on aime pas ? Ce jour-là, je voulais faire rapide et concis et prendre du temps pour défendre un disque qui, réellement, m’interpelle. Mettant un terme a la discussion, non par gêne, mais parce qu’on a aussi autre chose à foutre que de mater un écran 12 heures par jour, réponse et conclusion :

“Je n’avais pas d’attentes particulières en réalité, je l’ai pris comme un premier disque avec quelques promesses en sus, je juge que ce n’est pas abouti, mais je serai le premier à m’extasier face à un second opus le cas échéant ;-)”

Faites péter le suivant donc, on attend.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Assurance pour chien : Assurance-Chiens.biz !
(1/1) 8 août 2013, par mesmer




Assurance pour chien : Assurance-Chiens.biz !

8 août 2013, par mesmer [retour au début des forums]

Pour toute souscription sur notre site bénéficier d’un mois gratuit. Devis gratuit sans engagement et personnalisé. Remboursement de vos honoraires vétérinaires en moins de 24h. Tarif réduit pour votre second chien. http://www.assurance-chiens.biz protège votre furet.

[Répondre à ce message]