Pop-Rock.com



Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
Foutage de gueule intégral

samedi 6 mars 2010, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Van Canto : "Tribe of force"
Manowar : "Battle Hymns MMXI"
Cradle Of Filth : "Darkly, darkly, venus aversa"
Times of Grace : "The hymn of a broken man"
Ihsahn : "After"
Sigh : "Scenes from Hell"
Motörhead : "The world is yours"
Heathendom : "The symbolist"
Dimmu Borgir : "Abrahadabra"
Dark Tranquillity : "We are the void"


Figure imposée d’une carrière musicale, le best-of est le plus souvent réservé soit aux fans les plus hardcores, soit aux néophytes. Une dizaine de chansons sensées être des classiques, un inédit histoire de dire et emballé, c’est pesé. Mais les teutons d’Helloween, pour fêter dignement les 25 ans du groupe, ont décidé de faire les choses en grand. En guise de greatest hits, les allemands ont cru bon de réenregistrer leurs chansons, en profitant pour les lifter un chouia. Euphémisme du siècle, puisque le résultat est pour le moins surprenant.

Et surprenant, c’est le moins que l’on puisse en dire. En effet, à l’ouverture de Dr. Stein et de sa section cuivre, on ne peut s’empêcher de jeter un œil à la pochette de l’album pour bien s’assurer qu’il ne s’agit d’un groupe de jazz qui reprend du Helloween. Mais non, ce serait trop beau. Les allemands entreprennent de massacrer leur classique à grands renforts de breaks funk et de backing vocals dignes des Backstreet Boys. Ne mâchons pas nos mots, le résultat est tout simplement à vomir, et on espère sincèrement qu’il ne s’agit que d’un gag pour ouvrir l’album.

Mais point de salut de ce côté-là, Future World, normalement un classique du heavy allemand, sonne ici plutôt comme une chanson des Beach Boys. On connaît le sens de l’humour particulier des allemands mais là, ça dépasse l’entendement. A peine le temps de se remettre que les spasmes abdominaux reprennent de plus belle, avec la reprise de If I could fly. Alors que l’original est une power-ballad toute en ambiance et en retenue, Helloween nous assène une version digne du Top 50 allemand, sorte de soupe à la mode variété.

Les horreurs se succèdent et culminent avec The keeper’s trilogy. Sur ce morceau, Helloween a rassemblé Halloween, Keeper of the seven keys et King for a thousand years en un seul morceau, et s’accompagne d’un orchestre classique. Si la première partie est plutôt intéressante (l’intro de Halloween par un orchestre classique, ça le fait !), l’ensemble devient vite une horrible cacophonie. D’une part, les trois chansons sont charcutées pour tenir en seize minutes, alors que les deux premières passaient déjà la barre des treize minutes. Il va sans dire qu’ici, on a rassemblé vaille que vaille des bouts de chansons pour faire tenir le concept. Simple question, mais pourquoi ne pas s’être contenté d’une seule chanson ? Au moins l’ensemble aurait-il été cohérent, et l’adaptation moins bordélique...

D’autre part, l’ingénieur-son est visiblement pété à la Slivovitz. L’ensemble sonne comme s’il avait été enregistré dans une cave, et Deris est à peine audible, ce qui peut être, à la rigueur, une bénédiction. En effet, le chanteur nous livre une performance pitoyable tant il donne l’impression de s’emmerder ferme. Et si la première partie tient plus ou moins la route, la suite part totalement en sucette, l’orchestre jouant une partition qui n’a pas grand-chose des chansons originales. Sans la ligne de chant, je mets au défi quiconque d’identifier Keeper of the seven keys. Une belle démonstration de ce qu’il ne faut pas faire si on veut enregistrer avec un orchestre...

Ce n’est guère qu’après un Motilium que l’on peut terminer l’écoute de cette horreur. Je ne vais pas vous faire un récit piste par piste, ce serait trop déprimant. Sachez juste que les « reprises » varient de l’indicible à l’à peine correct. Soyons tout de même positifs, tout n’est pas noir. Ainsi, la version folk de Perfect Gentleman convient assez bien à la chanson, et les relectures de Forever and one et de Where the rain grows ne sont pas pires que les originales, qui ne cassaient déjà pas trois pattes à un canard. De façon assez étrange, on dirait que Helloween s’est montré plus respectueux avec les chansons de l’époque Andy Deris plutôt qu’avec les classiques de l’époque Hansen/Kiske. On se demanderait bien pourquoi !

On peut débattre longtemps de la pertinence du statut de légende de Helloween. Mais que l’on soit partisan ou détracteur, il reste indéniable que les allemands ont dans leur besace quelques chansons qui sont des classiques du heavy metal et qu’à la grande époque, le groupe pouvait rivaliser avec d’autres légendes telles que Iron Maiden ou Saxon. Bon ok, la deuxième partie de leur carrière est beaucoup plus discutable, surtout au vu de leurs derniers albums. Certes, le groupe ne s’est jamais trop pris au sérieux, mais là ça dépasse l’entendement.

Avec ce Unarmed, Helloween laisse l’image d’un groupe aux abois qui cherche par tous les moyens à ce que l’on parle d’eux, quitte à ce que ce soit en mal. Le souci est que cela passe par un album que seuls les fans les plus intégristes pourront faire semblant d’apprécier. Les autres préfèreront garder le souvenir d’un Helloween glorieux, qui ne confondait pas encore second degré et humour à la Benny Hill. Reste qu’un coup pareil sonne pour moi comme un suicide commercial dont le groupe a fort peu de chances de se relever...



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
(1/4) 15 novembre 2010, par Julien D
Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
(2/4) 7 mars 2010, par sebf
Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
(3/4) 7 mars 2010
Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
(4/4) 6 mars 2010, par Red Cloud




Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"

15 novembre 2010, par Julien D [retour au début des forums]

Au risque de vous surprendre, j’ai une vision bien différente de cet album. Certes, il m’a semblé évident que la plupart détesteraient. Mais, pour ma part, j’aime beaucoup ces nouvelles versions ; notamment Eagle Fly Free, Dr. Stein et If I Could Fly, en revanche je suis un peu déçu par Perfect Gentleman. Ce n’est pas par esprit de contradiction avec votre critique, c’est juste mes goûts personnels qui sont bien différents des vôtres.
Bref, sans avoir besoin d’argumenter, je l’aime bien dans son ensemble.

[Répondre à ce message]

Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"

7 mars 2010, par sebf [retour au début des forums]

ça faisait longtemps que je n’avais pas vu une chronique aussi destructrice. ça doit remonter au Asshole de Gene Simmons. En tout cas, ça ne donne pas envie.

[Répondre à ce message]

Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"

7 mars 2010 [retour au début des forums]

Merde !Moi ki venais juste de me réconciler avec eux, en prenant connaissance de Keeper The Legacy. J’avais décroché il y a longtemps, au départ de Kiske, et je me renseignais sur les sorties depuis 2005. J’ai pas envie d’être déçue de nouveau. Tant pis !

[Répondre à ce message]

Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"

6 mars 2010, par Red Cloud [retour au début des forums]

Il a l’air bien merdique cet album. En même temps, la chronique donne envie de l’écouter, histoire de mesurer l’étendue du désastre.

[Répondre à ce message]