Pop-Rock.com



Grave Digger : "The clans will rise again"
Teutons en kilt, deuxième prise...

samedi 13 novembre 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Helloween : "Unarmed - Best of 25th anniversary"
Mercenary : "Metamorphosis"
Acid Witch : "Stoned"
Ozzy Osbourne : "Scream"
Ghost : "Opus eponymous"
Star One : "Victims of the modern age"
Sarah Jezebel Deva : "A sign of sublime"
Annihilator : "Annihilator"
Manowar : "Battle Hymns MMXI"
The Abominable Iron Sloth : "The ID will overcome"


Ce qui m’a toujous fasciné avec les chroniqueurs Metal c’est cette "capacité d’émerveillement" que vous arrivez à maintenir devant une musique aussi rabachée, ressassée à longueur de disques. Pouvoir encore pondre un nombre de lignes réglementaires sur une musique aussi éculée m’a toujours fasciné. Franchement ça force le respect. Sans déconner, comment faites vous pour différencier un bon album d’un mauvais ? Vous tracez une ligne par-terre et selon que ca tombe d’un coté ou de l’autre c’est soit bon, soit mauvais. C’est ça ? J’ai bon ? Et encore je ne parle même pas de l’art-work de chiotte qu’on retrouve sur chaque disque du genre. Vous faites des chateaux de sable avec un étron.

Baron McKozmik, 25 octobre de l’an 2010. Chronique de K.F.D.

C’est sec, hein ? Il nous arrive de lire au détour d’une chronique ces diatribes insolentes, parfois vulgaires, parfois incompréhensibles. Cela blesse évidemment notre sensibilité, il nous arrive de pleurer devant tant de méchanceté gratuite. Mais concernant cette remarque précise, il n’empêche que le Baron a raison. C’est quoi un bon album de metal finalement ? Comment qualifier sans recourir aux feuilles de thé la foultitude d’albums de hard, de heavy, de death et une flopée d’autres alors que pour nombre d’entre vous, c’est le même bruit ? Il semble intéressant de redéfinir notre échelle critique, et quoi de mieux que le dernier album de Grave Digger pour entamer une petite réflexion sur ce sujet.

A quoi on reconnait un bon album de metal ?

1. Le métalleux moyen vous dirait que tout part des cheveux. Basiquement, les sons émis par votre chaine doivent produire un phénomène physique de balancement avant/arrière de la tête de l’auditeur. Ce phénomène est accentué par la masse capillaire du sujet qui doit onduler de plus en plus rapidement en fonction de la qualité de la musique. Plus le cheveu est long, plus aisée sera la qualification du disque. Le cheveu ras n’ayant évidemment rien à branler devant le rayon heavy-metal d’un disquaire, c’est forcément un traître à la cause, ou un perdu.

2. L’autre critère de jugement est la faculté de mémorisation. Le fan de musique métallique n’est pas un être fortement doté au niveau des facultés intellectuelles. Il nécessite donc une musique suffisamment simple et répétitive pour qu’elle s’incruste rapidement et sans trop d’efforts dans ses neurones. Celles-ci, couvertes par la masse de cheveux décrite dans le point 1 de cette chronique ayant tendance à provoquer une rapide surchauffe que l’auditeur tente d’apaiser par l’ingurgitation massive de bière tiède.
Les refrains se doivent d’être fédérateurs, accrocheurs, bref simples. La construction générale d’une chanson de heavy-metal doit éviter au maximum les variations et incursions d’éléments autres qu’une guitare, une basse, une batterie et un hurleur. Tout le reste n’est que merde progressive à supprimer par tous les moyens.

3. Le troisième critère concerne enfin la fonction réelle d’un album de heavy-metal. Celui-ci doit remplir de bel orgueil les adeptes, les renforcer dans leur besoin d’appartenance à une caste incomprise et de fait heureuse. Le métalleux aime le rejet que provoque la musique qu’il aime sur le reste de la planète. Il aime sentir tressaillir ses poils lorsque des choeurs masculins entonnent avec élan de gros hymnes. A ce moment s’opère le rapprochement de la tribu, ils se touchent, s’hument sous les aisselles, émettent de forts borborygmes en guise de signe de ralliement.
Ce regroupement de la tribu en vient rarement à la phase de l’accouplement, les femelles se faisant soit rares soit trop peu attractives pour engendrer une descendance raisonnablement importante.

Si je m’en tiens à cette tentative de définir la musique heavy-metal (et assimilée), et si je la considère comme la pure vérité (mais qui en doute, voyons...), j’en arrive donc à devoir juger cet album selon ses critères désormais inscrits dans le marbre pop-rockien.

Parce que Grave Digger qui se remet aux kilts usés sur Tunes of war, ça date tout de même de quatorze années. L’on nous a prévenu qu’il ne s’agissait pas d’une suite à rebondissements, simplement d’un petit hommage aux vieilles terres d’Ecosse, aux traditions, aux mythes et à la sauce à la groseille, l’unique.
Le chroniqueur metal se disait pourquoi pas, et puis il se rappelle juste ensuite (les informations tardent toujours à atteindre le cerveau du chroniqueur metal), que... Attends mais ils ont pas pondu un disque l’an dernier eux ???

Mais si, nous étions en l’an 2009, Sir Bolthendal et ses comparses sévissaient gaiement dans la lande à grands renforts des ballades du bourreau (constatez-le ici). C’était, ma foi (notez que le chroniqueur metal a toujours foi en ce qu’il dit), plutôt bien foutu, du bon vieux heavy-metal avec force cris guerriers et cavalcades furieuses, le public avait apprécié, votre serviteur également, finalement.

Nos Allemands s’en sortent une nouvelle fois honorablement, sans faillir, sans fasciner non plus. The clans will rise again fait dodeliner de la caboche, possède ses morceaux qui s’accrochent aisément dans la petite mémoire du chevelu commun, et arbore suffisamment de couilles pour faire pleurer d’orgueil un parterre de mecs tatoués prêts à tout pour la cause. En résumé, hymnes fédérateurs, originalité au fond du kilt, et grosse efficacité globale.

Le chroniqueur metal pourrait avouer que la publication d’un album à l’année de leur part n’a franchement aucun intérêt, vu que c’est en gros le même. Mais il n’est pas un sale délateur et ne crachera pas contre son clan. C’est qu’il tient à son intégrité physique, mine de rien.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Grave Digger : "The clans will rise again"
(1/2) 25 octobre 2012, par Greg
Grave Digger : "The clans will rise again"
(2/2) 20 août 2012, par Ray




Grave Digger : "The clans will rise again"

25 octobre 2012, par Greg [retour au début des forums]

Le chroniqueur metal pourrait avouer que la publication d’un album à l’année de leur part n’a franchement aucun intérêt, vu que c’est en gros le même. business plan writers

[Répondre à ce message]

Grave Digger : "The clans will rise again"

20 août 2012, par Ray [retour au début des forums]

I like this post very much ! charmingdate scam

[Répondre à ce message]