Pop-Rock.com



Velvet Revolver : "Libertad"
Hasta siempre, Commandante Weiland

mardi 28 août 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Kamelot : "Epica"
Blind Guardian : "A Night at the Opera"
Saxon : "Into the labyrinth"
Cradle Of Filth : "Nymphetamine"
Bullet For My Valentine : "Scream aim fire"
System Of A Down : "Steal this album !"
Cathedral : "The garden of unearthly delights"
Blaze Bayley : "Blood & belief"
In Extremo : "Sängerkrieg"
Artillery : "When death comes"


Le cap du deuxième album est toujours un passage délicat à négocier pour n’importe quel groupe de rock. On attend des étoiles montantes qu’elles confirment leur talent ou au contraire, dévoilent leur réalité de pétard mouillé. Dans le cas de Velvet Revolver, le problème était inverse. Après un premier album décevant, on pouvait espérer que la formation américaine trouve enfin ses marques et dévoile une personnalité plus marquée. C’est bel et bien le cas mais ce n’est pas encore suffisant.

Loin du concept-album annoncé - valait peut-être mieux, d’ailleurs - Libertad se présente comme une simple succession de compositions rock des plus classiques, sans même la touche latino-américaine qu’aurait pu laisser présager le titre. Le premier album de cet énième Super Groupe se laissait écouter sans difficultés mais il était difficile de ne pas éprouver une forte déception une fois parvenu à son terme. Bancal, hésitant, Velvet Revolver n’était pas parvenu à marier harmonieusement le chant et la texture musicale, qui rappelaient trop souvent une union non désirée entre deux groupes bien différents.

Le problème était que Contraband avait été composé par les ex-Guns avant même qu’ils aient dégoté leur chanteur. Il en ressortait un album de hard un peu pataud, manquant d’inspiration et tentant tristement de ressusciter les Guns’n Roses sans y parvenir le moins du monde. A présent que Scott Weiland semble parfaitement intégré au groupe, Velvet Revolver pose un nouveau cas de conscience. Difficile de nier que Velvet Revolver dispose à présent d’une identité qui lui est propre et ne court plus après les miettes de la renommée de ses deux formations-mères. Entre échappées furieusement rock’n’roll (Let it roll), éruptions hard (She build quick machines, Just sixteen), compositions moins enlevées - plus matures diront les éternels adversaires de la furie metal - (She mine, Pills demons & etc, voire même ballades décentes (The last fight, très typée années 70) et l’un ou l’autre morceau légèrement teinté de funk (l’excellent Get out the door), Libertad donne dans une très estimable variété tout au long de ses cinquante minutes. Difficile de ne pas reconnaître également que le groupe prend quelques risques. En s’aventurant en majorité dans un style typique des années 70 ou au contraire, dans un rock beaucoup plus moderne, Velvet Revolver tente de gommer son image de « rescapé des années 80 » au risque de décevoir ses fans et de ne pas convaincre ses adversaires. On ne peut également que s’incliner face aux soli toujours aussi orgasmiques de Slash et à l’extraordinaire performance vocale de Weiland, qui ne chante jamais deux fois de la même façon à travers l’album. Et pourtant, malgré toutes ces constatations positives, difficile de trouver Libertad sincèrement enthousiasmant.

Considérés individuellement, on trouve quelques très bons titres sur à travers l’album (Get out the door, Let it roll, Just sixteen) mais dans l’ensemble, l’album se montre un peu lassant, un peu trop obsédé par l’idée de présenter toute l’étendue de ses possibilités au détriment de la constance dans la qualité. Pourtant, on ne peut pas dire qu’on soit encore aujourd’hui à la recherche de souvenirs des Guns ou des Stone Temple Pilots, et il est facile d’accepter Velvet Revolver comme une entité à part entière et non comme la synthèse de deux très grands groupes disparus. Libertad, ayant résolu la plupart des défauts de jeunesse du groupe, mérite bien quelques écoutes attentives, ne serait-ce que pour démontrer qu’un groupe de hard de ce genre n’est pas forcément condamné à réaliser la même chose album après album. Mais à l’exception de quelques cas isolés, il manque un seul et unique élément pour faire de Velvet Revolver un groupe réellement excitant : le grand frisson. Et ça, ça ne se commande pas.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Velvet Revolver : "Libertad"
(1/2) 30 novembre 2016
Velvet Revolver : "Libertad"
(2/2) 28 août 2007




Velvet Revolver : "Libertad"

30 novembre 2016 [retour au début des forums]

Great songs ! This is really an impressive album. - Gary McClure

[Répondre à ce message]

Velvet Revolver : "Libertad"

28 août 2007 [retour au début des forums]

N’empêche que Slash est vraiment bon sur tout l’album, et ça, ça fait drôlement plaisir :)

[Répondre à ce message]