Pop-Rock.com



Vanden Plas : "Christ O"
« Une copie d’une copie, c’est toujours moins net »

samedi 20 mai 2006, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Children Of Bodom : "Are you dead yet ?"
Megadeth : "The world needs a hero"
Rammstein : "Mutter"
Grip Inc. : "Incorporated"
Iron Maiden : "A matter of life and death"
Iron Maiden : "Brave new world"
System of a Down : "Toxicity"
Septic Flesh : "Communion"
Manowar : "Warriors of the world"
AqME : "La fin des temps"


Cette tirade est extraite de Multiplicity (Mes doubles, ma femme et moi, en version française). Dans ce film, le personnage interprété par Michael Keaton se faisait cloner afin d’être plus efficace au travail et d’avoir plus de temps à consacrer à sa famille et à ses loisirs. Mais en évoluant chacun dans des sphères différentes, ses clones ont fini par développer des caractères fort différents de l’original. Jusqu’au jour où, pour s’aider eux-mêmes, les clones ont décidé de cloner l’un d’entre-eux (un clone d’un clone, si vous me suivez). Et l’énergumène qui émergera de cette opération, sobrement intitulé « Numéro 4 », sera le prototype même de l’idiot du village. Eh bien, Vanden Plas, c’est le Numéro 4 du rock progressif !

Une petite anecdote pour commencer. J’écoutais tranquillement l’album, sans rien demander à personne quand, tout à coup, j’eus un flash. « Hé ! », m’écriai-je. « Le petit morceau de solo, là, les quatre ou cinq notes, c’est tiré de... oh, allez... mais si, la chanson de... voert ! C’était quel groupe ? ». Nous sommes tous déjà passés par là, ce trou noir, le vide sidéral, le truc auquel ne croient pas les profs et auxquels je ne croyais pas moi-même jusqu’à ce que je me retrouve dépourvu et désemparé devant ma feuille d’examen en ce fatidique 16 juin 2000 (je me rappelle même de la date, c’est vous dire si ça m’a marqué). Bref, vous avez saisi le concept. Et me voilà râlant et pestant à tout va car j’avais ces p***** de quelques notes qui me trottaient dans la tête et j’étais incapable de les resituer dans le contexte plus large de l’entièreté du solo ou de les rattacher à une rythmique ou à n’importe quoi qui aurait pu me mettre sur la voie de la chanson dont elles étaient extraites, et par extension du groupe qui en était l’auteur. Vous dire que j’ai été infernal le restant de la journée est un euphémisme. En rentrant chez moi, je me rue sur ma collection de disques et commence à éplucher, un par un, les CD que j’estime susceptibles de renfermer le tant désiré solo. Je commence évidemment par l’intégrale de Dream Theater, sans qui les membres de Vanden Plas en seraient réduits à jouer du dragon-metal, ou auraient constitué un groupe de reprises des standards du prog des années 70. Mais je reviendrai là-dessus plus tard. Pour l’instant, je suis à la recherche de cette saleté de solo parmi la discographie des New-yorkais. Je vais jusqu’à consulter les track-listings des live que j’ai en ma possession en essayant de me rappeler de toutes les improvisations et petits plus qui distinguent ces enregistrements en public des albums studio. Mais ce n’est pas là-dedans. On zyeute alors dans les autres disques de metal-prog, genre Shaddow Gallery, mais rien n’y fait. Je réfléchis et repense à ces notes. C’est pas du Blackmore, ni du Page, ni du Gilmour. Tant pis, advienne que pourra, on reprend tous les disques par ordre alphabétique. Mon périple s’acheva enfin à la lettre « D ». Vous ne devinerez jamais : c’était Dire Strait, la version live de Sultans of swing, proposée en bonus de leur best-of paru il y a quelques années. C’est en homme heureux que je me suis couché ce soir-là. Au passage, oui, j’écoute du Dire Strait. Même pas honte. Bien sûr que non, Vanden Plas ne ressemble pas à Dire Strait, là n’est pas le propos. Ce que je voulais souligner, c’est la caractéristique principale de Vanden Plas : ça fait toujours penser à quelque chose d’autre. Tout ça pour ça ? Ouais, m’sieur !

Et bien entendu, le principal groupe auquel les Allemands font penser, c’est Dream Theater. Si vous êtes boulimique du genre, accroc à l’astiquage de manche et aux batteries plus saccadées et bruyantes que vingt kalashnikovs, vous trouverez pas mal de plaisir à l’écoute de cet album, parce qu’il est quand même bien produit, bien interprété, et bourré jusqu’à plus pouvoir de tous ces gimmicks qui font que le prog reste le prog. Mais d’un point de vue strictement artistique, c’est le néant. Zéro originalité, zéro émotion, juste un travail de copiste particulièrement assidu, la palme revenant au chanteur, qui imite particulièrement bien le timbre de James Labrie avant que ce dernier ne se mette en tête de chanter du Metallica. Mais en dehors de la virtuosité technique de ses membres, Vanden Plas n’a pas vraiment d’argument pour s’imposer. Evidemment, on frémit à l’écoute de certains passages, on se prend au jeu de ces changements radicaux d’ambiances, on tape du pied (à des cadences variées pas toujours faciles à suivre), on ouvre de grands yeux ébahis devant certains solos particulièrement réussis et on respire à pleins poumons lors de certaines envolées. Mais le style radical de Dream Theater, l’emphase qu’il met dans chacune de ses compositions, le lyrisme qui explose au travers de ses albums les plus fameux ne sont jamais mis en péril par ce groupe allemand sans âme et sans personnalité, qui se condamne lui-même à vivre une carrière et un succès par procuration.

Ah oui, accessoirement, c’est un album concept sur Monte Cristo, mais je crois qu’on s’en fout un peu, pas vrai ?



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Vanden Plas : "Christ O"
(1/5) 30 août 2006
Vanden Plas : "Christ O"
(2/5) 17 août 2006, par Bhaal
Vanden Plas : "Christ O"
(3/5) 11 août 2006
Vanden Plas : "Christ O"
(4/5) 28 juin 2006
Vanden Plas : "Christ O"
(5/5) 20 mai 2006, par jp




Vanden Plas : "Christ O"

30 août 2006 [retour au début des forums]

l’album est tout de même plus ennuyeux que Beyond daylight, qui était plus ennuyeux que far off grace, qui était plus ennuyeux que God Thing, ce dernier restant le meilleur Vanden Plas à mon goût.

[Répondre à ce message]

Vanden Plas : "Christ O"

17 août 2006, par Bhaal [retour au début des forums]

"Ah oui, accessoirement, c’est un album concept sur Monte Cristo, mais je crois qu’on s’en fout un peu, pas vrai ?"

Déjà moins que ton anecdote minable quand même. C’est dingue les mauvaises critiques qu’on peut trouver sur ce site. Putain, parler plus de ta vie de merde plutôt que du disque que t’es censé critiquer, c’est quand même dingue... T’es sûr que ta situation du 16 juin 2000 ne s’est pas répétée lors de la rédaction de ce torchon ?

Enfin, c’est pas pire que la critique de Clap your hands say yeah, soyons heureux. Purée...

[Répondre à ce message]

Vanden Plas : "Christ O"

11 août 2006 [retour au début des forums]

En tout cas la tienne de copie, tu peux la revoir de A à Z !!!
Il faut vraiment ne jamais avoir rien compris à Dream Theater pour racontrer des conneries pareilles.
Si jouer des ryhtmiques saccadées, des solis techniques et un chant haut perché en voix pleine, c’est copier Dream Theater, alors, abandonne le prog’ mon gars...

[Répondre à ce message]

Vanden Plas : "Christ O"

28 juin 2006 [retour au début des forums]

Vraiment pas d’accord ....

Tu parles + de ton anectode dont on se fout royalement que de Vanden Plas ..

[Répondre à ce message]

Vanden Plas : "Christ O"

20 mai 2006, par jp [retour au début des forums]

Pourquoi serait-ce honteux d’écouter Dire Straits ? Simplement parce qu’ils ont beaucoup vendu ? C’est aussi un argument à la con. J’ai jamais compris ça. Z’avez déja bien écouté Telegraph Road ?

[Répondre à ce message]