Pop-Rock.com



Vanden Plas : "Beyond daylight"
Et la lumière fut...

vendredi 4 avril 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Devin Townsend Project : "Ki"
In Flames : "Soundtrack to your escape"
Blind Guardian : "A Night at the Opera"
Samael : "Above"
Isis : "In the absence of truth"
Madball : "Infiltrate the system"
Arch Enemy : "Doomsday machine"
Tool : "10.000 days"
Sick of It All : "Death to tyrants"
Apocalyptica : "Apocalyptica"


Pour ce quatrième opus, le groupe allemand s’est attelé à la réalisation d’un album-concept sur le thème des forces occultes. Un exercice difficile, mais dont ils se tirent avec un brio indéniable.

Avant cet album, je n’avais jamais vraiment accroché à Vanden plas. Le talent et les idées en moins, ils me faisaient en fait un peu penser à Yes. Avec leur trop grand maniérisme musical, leurs chansons qui se perdaient souvent en route et lassaient avant d’arriver à leur terme, sans oublier leur chanteur qui peinait parfois à trouver sa place (un peu à l’instar de James Labrie de Dream theater), Vanden plas me paraissait être le parangon du groupe progressif dont les capacités artistiques ne parviennent pas à rejoindre les prétentions. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Beyond daylight m’a réconcilié avec eux.

Tout d’abord, Andy Küntz a fait de fameux progrès au chant, et sait maintenant jouer efficacement de toute une gamme d’émotions. Ensuite, le concept-album donne une unité parfaite à l’ensemble, et toutes les chansons semblent parfaitement à leur place. Enfin, et surtout, sans rien renier de leur direction complexe et raffinée, ils ont réussi cette fois à proposer des thèmes à la fois fouillés et efficaces. Au fil des pistes, une véritable atmosphère, un peu inquiétante et mélancolique, grâce aux nombreuses parties de piano, s’installe. Malgré quelques plages plus musclées ("Free the fire" par exemple), l’ensemble de l’album reste dans le domaine du serein, sans pour autant glisser vers la platitude. A l’exception de trois d’entre elles, les chansons sont d’une durée standard, et aucune ne parait jamais tirer trop en longueur. La seule chanson réellement longue, Beyond daylight, dure environ 11 minutes mais, en tant que conclusion du concept-album, elle a été tout particulièrement soignée, et demeure absolument vierge de toute trace d’ennui. Si Vanden plas est certainement moins impressionnant techniquement que Dream theater, il lui ravit son trône au niveau de la sensibilité artistique.

Aucun fan de progressif ne devrait hésiter à plonger sur cet album, qui voit l’éclosion (un peu tardive, c’est vrai) d’un futur grand du prog-metal. Quant aux autres, la relative douceur et la richesse instrumentale de cet album pourraient constituer une bonne entrée en matière dans le monde du metal.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Vanden Plas : "Beyond daylight"
(1/1) 19 septembre 2016




Vanden Plas : "Beyond daylight"

19 septembre 2016 [retour au début des forums]

Nice review of the album. And I agree with you, they have proven how good they are in this album. - Bath Planet

[Répondre à ce message]