Pop-Rock.com



Type O Negative : "Life is killing me"
Ma vie en vert !

vendredi 19 septembre 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Serj Tankian : "Elect the dead"
Manowar : "Warriors of the world"
Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"
Pantera : "Reinventing Hell - The Best Of Pantera"
Evergrey : "Monday morning apocalypse"
Rhapsody Of Fire : "Triumph or agony"
White Lion : "Return of the pride"
Kamelot : "Ghost opera"
Heaven & Hell : "The Devil you know"
Thursday : "Common existence"


Après un World coming down plaisant (si tant est que "plaisant" soit approprié à cette vertigineuse plongée dans les abysses verdâtres du cerveau de Peter Steele...), la nouvelle cuvée du groupe "vinnlandais" se faisait désirer. J’avais déjà eu un avant-goût de l’album au Graspop festival début juillet et, une fois n’est pas coutume, le monumental chanteur/bassiste était parvenu à me faire éprouver un certain intérêt pour ses états d’âmes.

C’est cependant avec une légère appréhension que je suis allé me procurer l’album chez mon disquaire favori. Et si Life is killing me n’a pas été la révélation qui aurait hissé Type O Negative au sommet de mon panthéon metal personnel, il est loin de m’avoir fait éprouver la même sensation d’ennui que son lointain prédécesseur October rust.

Si la piste d’intro renoue sans surprise avec les riffs pachydermiques qui sont devenus la carte de visite du groupe, I don’t wanna be me surprend par sa rapidité et sa puissance toute heavy. Avec son refrain immédiatement assimilable, cet excellent titre est sans conteste l’une des meilleures plages de l’album, même si elle est aussi l’une des plus évidentes. Tout au long de l’album, on découvrira quelques autres morceaux très énervés, certains alternant couplets à la lenteur dépressive et refrains enragés, comme la chanson-titre, d’autres plus réguliers dans leur violence (Angry inch), et jusqu’à ce I like goils qui, voix sépulcrale mise à part, a tout de la grosse déconnade punk !

Evidemment, Type O Negative n’a pas mis au placard ses chansons granitiques qui, mieux que tout autre, font percevoir tout le mal-être qui imprègne leur leader. Les riffs hindouisants et la lourdeur de Less than zero voisinent avec des dépressions sonores moins plombées et plus aériennes, comme Anesthesia ou le déprimant Nettie, ode à la mère malade de Steele. Globalement, les chansons de Life is killing me sont d’un abord assez facile pour le néophyte, mélangeant avec une certaine idée différents types de chansons. Cette optique un peu plus pop qu’auparavant n’est malheureusement pas exempte de défauts : certaines vocalises de Steele sont assez peu convaincantes, et on se paye même le luxe de dénombrer quelques beaux ratages au sein de l’album, comme les navrants Electrocute et Gimme that. La version Digipack comprend quant à elle un second disque constitué de quelques morceaux anciens légèrement remixés, ainsi que de la fameuse et irréprochable reprise de Black Sabbath.

Finalement, sans prétendre approcher la perfection (aucun album de Type O n’a jamais été totalement convaincant), Life is killing me est une création plus que satisfaisante, glauque bien entendu, mais nettement moins que certaines anciennes réalisations du groupe. Sans doute aussi un peu plus commercial qu’auparavant, mais la qualité ne s’en trouvant pas dégradée, quelle importance ?



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Type O Negative : "Life is killing me"
(1/1) 13 juin 2007




Type O Negative : "Life is killing me"

13 juin 2007 [retour au début des forums]

J’ADORE SURTOUT LA CHANSON I DONT WANNA BE

SIGNÉ KWAK LE PLUS DINGUES DES CANARDS

[Répondre à ce message]