Pop-Rock.com



Therion : "Secret of the runes"
Ragnarök !

samedi 7 juin 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
W.A.S.P. : "Dominator"
Cannibal Corpse : "Evisceration Plague"
Judas Priest : "A touch of evil live"
Edguy : "Hellfire club"
Lofofora : "Les choses qui nous dérangent"
Manowar : "Gods of war"
Biohazard : "Means to an end"
Slayer : "World painted blood"
The Mad Capsule Markets : "Osc-Dis"
Iced Earth : "The glorious burden"


Therion délaisse cette fois les ténébreuses légendes de l’orient pour plonger dans l’antique mythologie scandinave et ses mystérieuses inscriptions, les runes.

La tête pensante de Therion (à la fois guitariste, claviériste, compositeur et chef d’orchestre), Christopher Johnsson est un passionné d’ésotérisme, et évoque dans cet album le pouvoir mystérieux des runes. Bien loin d’être de simples tags vikings, les runes renferment, selon les légendes, une connaissance et un pouvoir universel, auxquels Odin lui même fut initié, et permettraient d’accéder aux 9 mondes des légendes nordiques (le Midgärd, l’Asgärd divin, les terres gelées de Nifelheim, le royaume des morts d’Helheim,…). Les différents thèmes musicaux de ce Secret of the runes évoquent chacun de ces univers, avec une certaine justesse : bruyante et lourde pour le chaos originel Ginnugagap, très « veillée funéraire du héros » pour le glorieux Jotunheim ou sombre pour le monde souterrain de Schwarzalbenheim.

Les textes sont indifféremment écrits en anglais, allemand ou suédois, ce qui n’aide pas spécialement à leur compréhension dans les deux derniers cas. Mais l’essentiel de Therion ne se trouve pas là. Tout réside dans l’ambiance instaurée par les sections de cuivres et de cordes, les chœurs, les ténors, altos et sopranos engagés pour la réalisation du projet. Et Secret of the runes est une merveille de ce point de vue-là. L’atmosphère de puissance divine sereine ou d’apocalypse, suivant les titres, est d’une grandeur et d’une beauté à couper le souffle. Quelque chose qui se rapproche un peu, en nettement mieux, de l’ambiance de la série Asgard des Chevaliers du zodiaque, pour ceux qui connaissent. Therion, depuis quelques albums, nous avait habitué à négliger de plus en plus l’aspect metal pour renforcer l’optique atmosphérique et symphonique de sa musique. Nouveau revirement pour ce disque qui remet les guitares et les percussions très en avant. Le son est lourd, rude, dans la veine du metal nordique à la Hammerfall, mais jamais ce son ne domine les orchestrations symphonique, pas plus que ces dernières n’étouffent les guitares. Le mélange est dosé à la perfection, et donne pour résultat un des meilleurs albums de metal symphonique de 2001, souvent sombre et presque gothique dans son atmosphère. A noter : deux reprises assez audacieuses en fin d’album, l’une des Scorpions, l’autre de Abba !

Il faut sans doute avoir une âme germanique pour apprécier pleinement cette merveille, mais ce qu’on en perçoit déjà est entièrement satisfaisant. Sans aller jusqu’à dépasser la référence Theli, Secret of the runes s’impose comme le plus sombre et le plus réussi des albums de Therion depuis cette époque.

Dernière remarque pour nos amis pirates : ne songez même pas à copier le CD ! Toutes les pistes sont « faded », procédé discutable pour ceux qui ont l’habitude d’écouter leurs albums sur PC, mais qui n’en est pas moins assez dissuasif.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

> Therion : "Secret of the runes"
(1/2) 17 novembre 2004, par Schwarzalbenheim
> Therion : "Secret of the runes"
(2/2) 18 juin 2004




> Therion : "Secret of the runes"

17 novembre 2004, par Schwarzalbenheim [retour au début des forums]

Je pense que cet album est un point central dans l’évolution de Therion. Et je crois que le génie de chris n’est plus a démontrer, s’est quelqu’un qui a su faire paraitre à travers sa musique différents états de l’Ame humaine.
Et je trouve contrairement a d’autre, apparement, que les chants sont magnifique et que pour une fois un groupe ne gaspille pas son argent pour des bandes pré-enregistrées(cf Dimmu) qui ferait mieu de prendre le temps d’une bonne formation au classique et ensuite apprendre a manier la musique comme le fait si bien Chris.
et petit rappel Nightwish n’aurait surement jamais exister si Therion n’avait pas frayer une place pour ce style si particulier.
Alors un peu plus de respect s’il vous plait pour un groupe qui je pense est un des meilleur de sa génération .

[Répondre à ce message]

> Therion : "Secret of the runes"

18 juin 2004 [retour au début des forums]

pour moi une nullité marketting sans pareil,avec des chants lyrique à la nightwish qui tombent comme un cheveux sur la soupe,l’exemple parfait d’une musique prefabriqueé , formatée à desseins commerciaux et bien dans la tendance actuelle , ce lyrisme de pacotille ne colorera jamais une musique insipide,cf les précédents album de therion , nightwish,dimmu borgir

[Répondre à ce message]