Pop-Rock.com



Scorpions : "Unbreakable"
Un peu de UHU et ça repart !

jeudi 11 juin 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Gathering : "Souvenirs"
Behemoth : "Evangelion"
Judas Priest : "Demolition"
Lunatica : "New Shores"
The Mad Capsule Markets : "Osc-Dis"
Lacuna Coil : "Karmacode"
Ultra Vomit : "Kebabized at birth"
Gronibard : "Satanic Tuning Club"
Nightwish : "Wishmaster"
KoRn : "Untitled"


Il fut un temps où j’achetais encore des revues consacrées au rock et dérivés, et parmi celles-ci, Rock Hard. En ce mois de juin 2004, le numéro proposait un CD avec quelques nouveautés hard rock dont pas mal de trucs franchement miteux. M’en rappelle d’ailleurs plus vu que le Cd est passé sous la voiture peu de temps après. Mais cet accident tragique me laissa au moins le temps d’accrocher à un titre provenant du dernier album de Scorpions. Blood too hot était l’extrait et grande fut ma surprise. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas dodeliné de la caboche à l’écoute d’un morceau des Allemands.

Fatalement, l’obtention de l’album fut rapide et me valut un retard au taf, mais qu’importe. Revenons quelque peu au contexte de l’époque, Scorpions venait de pondre Pure instinct et Eye II eye, soit deux formidables daubes qui avaient enfoncé le groupe dans un statut de bouseux pour des siècles et des siècles. Fallait plus écouter Scorpions, c’était caca, tabou, sale. Jusqu’au jour où... Blood too hot me fit retomber dans la coke et dans la scorpionite, ce morceau de hard brutal et un Meine toujours charismatique, ça fumait de partout, cognait sans pitié sans jamais oublier qu’on parle de Scorpions et que niveau mélodique ça atteint souvent les couches ultimes de l’atmosphère. Lors du refrain hurlé par une paire de Teutons couillus, je finissais d’exploser les lattes du lit, balançant des cris inhumains en tentant de suivre les soli de feu de Matthias Jabs. De la folie, du panache, diantre que Scorpions avait habilement retourné sa veste en cuir.

La production est dantesque et New generation, mid-tempo qui ouvre le bal file des frissons dans l’échine. Pas original pour un sou (à part les choeurs d’enfants quoique pas nouveau non plus...), c’est bêtement écrasant et accrocheur, Meine confirme que sa voix devrait être gardée dans un coffre-fort de Zurich tant elle est inestimable et le tout sonne, miracle, moderne. Le reste ne déçoit pas, et si l’on sent quelques facilités aux entournures (Love ’Em or Leave ’Em, bonne sans épater plus que cela), la machine privilégie l’efficacité au point de parfois conserver cet aspect pop metal (Borderline) qu’ils ont contribué à façonner. Très visible sur Deep and dark qui profite de refrains faciles à retenir sans renier ses origines cloutées. Les puristes du hard n’aimeront pas, mais les autres avoueront que c’est quand même très entrainant.

La suite, beh c’est du Scorpions des années 80, soit bien rock, bien bandant, bien fait en somme. Je me garde au chaud les hymniques Blood too hot, Can you feel it, et This time qui font partie de ce que Scorpions a sorti de meilleur depuis longtemps. Le reste des titres catégorisés durs étant plus anecdotique. Vous avez forcément votre paire de ballades, bandes de pucelles, ne vous effrayez pas. Mais curieusement, elles sont (presque) bonnes. La petite beauté qu’est Maybe I maybe you (pompé sur la paire I’m leaving you/Coming home mais soit...), qui donne envie de chialer tant le chant de Meine y est pénétrant compense aisément la limite nulle She said qui n’a de mérite que d’être la seconde et ultime ballade de l’album, ce qui en soi est un miracle.

Pas à considérer comme supérieur à ses glorieux ancêtres, Unbreakable fut encensé parfois jusqu’au ridicule à sa sortie. Compréhensible au vu de l’abysse créé d’avec, au hasard, Eye II eye, cet engouement se doit d’être un peu modéré, car cet album comporte aussi pas mal de titres moyens sans plus. N’empêche qu’il signait enfin le retour de Scorpions à un niveau qu’on ne les voyait plus atteindre et rien que ça, ça se respecte.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

> The Scorpions : "Unbreakable"
(1/1) 18 août 2004




> The Scorpions : "Unbreakable"

18 août 2004 [retour au début des forums]

Scorpions est un groupe majeur, avec un excellent chanteur et des guitaristes, passés ou présents, fantastiques. Mais cet album m’a un peu décu tout de même, pour le moment en tout cas.

[Répondre à ce message]