Pop-Rock.com



The Elderberries : "Nothing ventured, nothing gained"
Not such a long way to the top

mercredi 4 avril 2007, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Def Leppard : "X"
Theatre of Tragedy : "Storm"
Devin Townsend : "Ziltoid the omniscient"
Megadeth : "United abominations"
Despairation : "A requiem in winter’s hue"
Marduk : "Rom 5:12"
White Lion : "Return of the pride"
Ayreon : "01011001"
Napalm Death : "The code is red, long live the code !"
Europe : "Start from the dark"


J’avais autre chose à faire quand j’ai commencé à écouter cet album. Je l’écoutais donc très distraitement, sans vraiment me rendre compte de ce qui se passait. Au bout d’un moment, des problèmes de concentration sont apparus, mon pied s’est mis à battre la mesure et ma tête s’est rapidement mise à suivre le mouvement. Vingt minutes plus tard, je faisais de l’air guitar dans le salon...

Ca fait un bout de temps qu’on nous parle de revival rock, de post-punk, etc. J’ai même entendu parler de scène rock parisienne. Balancez-moi tout ça dans un coffre, roulez dans le désert pendant deux heures, ensuite descendez de la voiture, marchez direction sud-est pendant dix minutes et vous me trouverez à côté du cactus en forme de phallus. Ne vous inquiétez pas, j’aurai déjà creusé le trou. Une fois terminée cette mission sanitaire, on ira boire un verre au tripot de trou-de-cul-du-monde city, où une bande de bouseux prennent toujours leur pied à écouter The Elderberries en matant les cartons de bière dédicacés par Angus Young et Billy Gibbons que le patron expose fièrement au-dessus de son bar.

Ci-dessous, quelques extraits de la conversation qui s’ensuivit. Les éructations, commentaires sur les bottes de la serveuse, la Smart d’un copain, le réchauffement climatique (sic) et le goût de pisse de la bière ont volontairement été supprimés dans un but de lisibilité.

Attendez, que dites-vous ? C’est un groupe de Clermont Ferrand ? Nan, j’y crois pas. Ah oui, ils viennent d’Angleterre, du Québec et de France, et ils se sont rencontrés à Clermont Ferrand. Okay. Tu parles d’une salade russe. Oui, je sais, il faut dire cosmopolite, c’est plus beau. Quoi ? Vingt ans d’âge ? Tu parles du whiskey qu’ils s’enfilent à longueur de journée pour accoucher de morceaux pareils ? Même pas... m’enfin ces gamins m’ont l’air d’avoir ingurgité tout ce que le rock bête et moche a engendré depuis trente-cinq ans. Ils ont tous passé leur adolescence à écouter et réécouter les vinyles de Led Zep et AC/DC de leurs parents ? Ouah ! Je voudrais avoir des gosses comme ça.

Laquelle je préfère ? Boah, ‘sais pas, moi. La p’tite blonde au chapeau de cow-boy n’a pas l’air bien farouche, et après ce que j’ai bu, j’ai pas trop envie de me fouler, tu vois... Oh, les chansons ? Ben, celle avec le riff, là, elle est chouette. Oui, je sais, c’est pas très précis, mais tu sais bien, celle avec le solo, tout bon, à la fin, avant qu’ils ne reprennent le refrain. Ouais, je n’écoute pas très attentivement, j’avoue, mais bon, on n’est pas à la messe, ici.

T’as raison, je peux pas dire le contraire, je suis pas le dernier à taper sur un groupe au motif qu’il n’est pas original. Mais ça concerne la brit-pop, ça, tous ces machins qui s’inspirent de trucs que j’aime pas, tu saisis. Si j’aime pas les originaux, je ne vais pas penser du bien de ceux qui les imitent. Mais maintenant, si des petits jeunes font du bon hard craignos, wouah... craignos... j’avais plus employé ce mot depuis des lustres... enfin bref, si tu me condenses en douze titres de l’AC/DC morveux, du Whitesnake sans ballade ni claviers, du Bad Co moins bluesy, un poil des Ramones pour le goût et tout ce genre de choses, ben moi, j’oublie pendant une petite heure que cette foutue planète tourne, et pas dans le bon sens, j’oublie qu’il y a les élections bientôt, et qu’il y a ce putain de réchauffement climatique, dont on nous rebat les oreilles à chaque JT, et même dans les pubs pour des pneus. Pendant ce laps de temps (torse bombé, verre levé), plus rien n’a d’importance, mec, tu peux boire cette pisse avec des potes et te dire qu’il n’y a rien de meilleur au monde. Tu peux te dire que tu n’as plus de passé, que tu n’as pas d’avenir, que tout ce qui compte, c’est ce putain de présent dans lequel tu te sens si bien. Pendant ce court instant, la vie vaut d’être vécue. Rock’n’roll, mec !

Et tous les culs terreux du bar de lever leur verre, la larme à l’œil : « putain, mec, ouais. Rock’n’roll ! »



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 4 contribution(s) au forum.

The Elderberries : "Nothing ventured, nothing gained"
(1/3) 6 avril 2007, par Jhon Corabi
The Elderberries : "Nothing ventured, nothing gained"
(2/3) 6 avril 2007
The Elderberries : "Nothing ventured, nothing gained"
(3/3) 4 avril 2007




The Elderberries : "Nothing ventured, nothing gained"

6 avril 2007, par Jhon Corabi [retour au début des forums]

Pas terrible la critique,-demande de reflexion plus subtile ...Même s’il s’agit de gros rock baveux

[Répondre à ce message]

The Elderberries : "Nothing ventured, nothing gained"

6 avril 2007 [retour au début des forums]

Vraiment ,tu peux beaucoup mieux faire

[Répondre à ce message]

The Elderberries : "Nothing ventured, nothing gained"

4 avril 2007 [retour au début des forums]

ça se dégrade ici

[Répondre à ce message]