Pop-Rock.com



Strapping Young Lad : "Alien"
De la bombe !

lundi 25 avril 2005, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
System Of A Down : "Steal this album !"
Nile : "Those whom the gods detest"
Queensrÿche : "Operation : Mindcrime II"
Steel Panther : "Feel the Steel"
Black Label Society : "Shot to Hell"
Oomph ! : "Wahrheit oder pflicht"
Megadeth : "Endgame"
Saga : "The Human condition"
Vanden Plas : "Christ O"
Freak Kitchen : "Organic"


Chaque nouvel album de Strapping Young Lad fait l’effet d’une petite bombe au sein du metal extrême. Car le groupe canadien, dirigé d’une main de maître par un Devin Townsend aussi barré que dégarni, n’a rien perdu de sa maîtrise des morceaux explosifs, tout en demeurant incapable de rester là où on l’attend.

Alien, le nouveau cocktail molotov de ces Canadiens destructeurs, n’a rien à voir avec la créature vicieuse du Nostromo, pas plus qu’avec les petits hommes verts chers à une formation comme Hypocrisy. Tout simplement, à en croire son géniteur, Alien est tellement violent et désaxé à la première écoute qu’on pourrait le croire issu d’une autre galaxie, générée par des entités aux valeurs radicalement différentes des nôtres. Et effectivement, pour tout qui n’aurait jamais daigné s’intéresser aux méfaits sonores du duo Townsend/Hoglan, il y a de quoi être plaqué au mur devant la sauvagerie et la rage pure de plages comme Imperial ou Shitstorm.

Derrière ce chaos sonore menaçant, cette rythmique furieuse et ces hurlements vénéneux, une écoute plus attentive permettra de déceler de multiples strates mélodiques, apparemment organisées sans logique apparente, mais qui s’imbriquent inexplicablement bien les unes aux autres. Là où la violence exacerbée de nombreux groupes de death metal ou de grindcore paraît souvent un peu forcée dans le but de sonner le plus bestial possible, Strapping Young Lad ne semble motivé dans ses méfaits que par son pétage de plombs perpétuel. La violence d’Alien est riche de nuances, de références à divers courants musicaux, de maîtrise et de corrosivité. Les hurlements de Townsend, toujours aussi convaincants qu’ils soient rauques ou aériens, emportent une adhésion totale. Gene Hoglan assure toujours une frénésie rythmique à même de renvoyer à ses chères études n’importe quel batteur norvégien de Black metal, tandis que Byron Stroud offre une prestation à la basse aussi remarquable que lors de son passage sur le dernier Fear Factory. L’apaisement soudain de Two weeks, étrange balade lancinante qui tombe comme un cheveu dans la soupe, n’en est que plus déstabilisant. Ne décèle-t-on pourtant pas une fine pointe de sarcasme dans le ton de Townsend ? Cette idée d’un Strapping Young Lad qui ne se prend pas plus au sérieux que ça l’empêche définitivement de verser dans la caricature.

Au milieu de ses multiples projets annexes, Strapping Young Lad s’impose clairement comme le défouloir cathartique et sans garde-fou de Townsend, une formation où il peut laisser libre cours à sa folie contagieuse, au format ultra-brutal. Prince de l’extrémisme musical, le combo canadien reste fidèle à sa réputation d’électron libre du metal, dans une veine trop œcuménique pour pouvoir être clairement rattachée à l’un ou l’autre courant. Et parvient non seulement à démettre les cervicales de tout vertébré normalement constitué, mais également à dérouter et à surprendre, derrière son simplisme de surface, tous ceux qui avaient été un peu déçus par le controversé SYL.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Strapping Young Lad : "Alien"
(1/2) 3 décembre 2016
> Strapping Young Lad : "Alien"
(2/2) 28 avril 2005, par Olivier GILIS




Strapping Young Lad : "Alien"

3 décembre 2016 [retour au début des forums]

This is perhaps, one of the most successful albums of the group. - Paradise Home Improvement Charlotte

[Répondre à ce message]

> Strapping Young Lad : "Alien"

28 avril 2005, par Olivier GILIS [retour au début des forums]

Cet album va encore plus loin que les précédents dans l’expérimentation et certaines plages sont vraiment difficiles d’accès mais loin d’être inintéressantes !!!! Le titre "Love" fait même figure de ballade, perdue au milieu d’un champ de bataille de décibels. En tout cas j’ai adoré !!!

[Répondre à ce message]

    > Strapping Young Lad : "Alien"

    4 mai 2005 [retour au début des forums]


    Ce type est simplement fabuleux... ... dans son genre, certes.
    Déferlante sonore, certes... Monstrueuse, même, certes...
    Mais la fusion SYL / DTB est manifestement en cours, à en croire certains passages d’Alien...

    Ecoutez, et imaginez ce que va donner la prochaine galette de Devin...

    Ah et puis oui ! Two weeks ! Bah maintenant ma cop’ peut dire qu’elle ecoute du Strapping Young Lad, ça force le respect dans son entourage, elle ne rase plus les murs dans la rue, elle garde la tête bien droite, ça lui va pas mal aussi...

    Et puis alors la 11, euh...

    Bref, il faut avoir expérimenté au moins une ou deux fois Alien, à supposer qu’on supporte et outrepasse correctement l’aspect purement formel de la chose sonore. Sinon, point de salut...

    En fait c’est ce qu’on est tenté de dire à chaque nouvel album de SYL... :o/

    Bon trip !

    JiO

    [Répondre à ce message]

      > Strapping Young Lad : "Alien"

      21 juillet 2005 [retour au début des forums]


      Moi, pour ma part, je pense que c est effectivement un excellent album.
      Cependant, ayant ete traumatisé en 1996 par City qui contient tellement de violence et qui est la genese de ce qui "est SYL, je prefere quand meme city , non par esprit conservateur , mais parce qu il represente vraiment ce qu est l esprit SYL
      Mais ca ne m empeche pas de penser que Devin est un dieu et qu il creera surement d autres pieces majeures comme celle ci, car il est immortel l astiquot

      [Répondre à ce message]