Pop-Rock.com



Steel Panther : "Feel the Steel"
Le retour de la permanente

jeudi 24 septembre 2009, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Megadeth : "Endgame"
Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"
System Of A Down : "Steal this album !"
Amorphis : "Skyforger"
Yngwie Malmsteen’s Rising Force : "Perpetual flame"
Manowar : "Warriors of the world"
Tobias Sammet’s Avantasia : "The scarecrow"
Rammstein : "Reise, Reise"
Annihilator : "Schizo Deluxe"
Behemoth : "Evangelion"


Rapide check-list… Moule-burnes en spandex, OK. Laque en spray, OK. Mascara, OK. T-Shirt déchiré, OK. Groupies en chaleur, OK. C’est bon, j’ai tout ce qu’il faut pour chroniquer l’album qui marque le retour en force du hair-metal. Parce que les petits gars de Steel Panther, sous leurs habits de Spinal Tap, viennent de nous sortir un album de hair-metal bien années 80, qui fleure bon la testostérone. Everybody shout, Heavy Metal’s back !

A l’origine, Steel Panther n’était en effet qu’un groupe parodique qui écumait le Sunset Strip, reprenant sur scène les classiques de la scène hair-metal, le tout entrecoupé de sketches. Après une dizaine d’années de ce régime, le groupe décide de laisser les reprises au vestiaire et sort son premier véritable album studio. Et si la parodie est toujours au rendez-vous (il suffit de voir les perruques), Feel the Steel peut aisément faire illusion et se tenir sans rougir auprès des classiques du genre.

Le quatuor est composé de Michael Starr au chant, Stachel à la guitare, Lexxi Roxxx à la basse (avec, je cite, plus de « x » parce que c’est plus sexy) et Stix Zadinia à la batterie. Déjà rien que les pseudos sont un vrai bonheur. Et les gaillards ont beau donner dans la parodie, ce sont de véritables musiciens qui s’en sortent pas mal du tout. La palme revient, pour moi, au chanteur Michael Starr. L’homme possède une tessiture impressionnante et rivalise sans soucis avec les Vince Neil et autres Brett Michaels… quand ils étaient au sommet de leur art, cela va sans dire.

Par contre, soyons francs, Steel Panther ne va rien révolutionner. Quand bien même les chansons sont des compositions originales, le côté parodique du groupe reste bien présent et chaque chanson fait ouvertement référence à un classique de la scène hair-metal. Ainsi, l’intro de Party All Night est allègrement pompée sur Livin’ on a Prayer, de Bon Jovi. Ou encore la ballade Girl from Oklahoma fait immanquablement penser au tubesque More than Words d’Extreme. Rien de bien novateur, en effet, mais on s’en fout ! C’est fendard et c’est tout ce qu’on leur demande !

Niveau paroles, Steel Panther enfonce le clou de la parodie. Vous trouviez les textes de Warrant à pleurer, ce n’est pas Feel the Steel qui va vous remonter le moral. Ici, on verse carrément dans le cock-rock, les chansons étant toutes (à l’exception de Death to All but Metal et Hell’s on Fire) à connotation sexuelle… Que dis-je « à connotation », franchement et ouvertement sexuelle, plutôt ! Encore une fois, les clichés du genre sont passés à la moulinette par Steel Panther. Sexe avec les groupies, drogue, alcool et maladies vénériennes sont au menu, et pas toujours avec la plus grande des subtilité. La palme revient sans aucun doute à Death to All but Metal, où Michael Starr règle ses comptes avec l’industrie pop et déverse un tombereau d’insultes sur les artistes en vogue du moment, avec une rare finesse. Bas du front, mais jouissif ! Rapide exemple : "Eminem can suck, so can Dr. Dre. They can suck each other just because they’re gay". Pas vraiment le genre de texte qui risque de rehausser l’image du genre...

Et justement, alors que le côté musical est plutôt correct, c’est le côté parodique qui me pose un léger problème. D’un côté, les pires stéréotypes du genre sont parfaitement épinglés, Feel the Steel est quasiment un concentré de l’époque, poussé à la puissance supérieure. D’un autre côté, la blague s’use assez rapidement et si l’on se prend à sourire des vannes de potaches (Asian Hooker est un vrai bonheur), plus l’album avance, plus on se prend à lever les yeux au ciel. C’est un peu comme se retrouver à une soirée avec une bande d’étudiants chargés à la bière. Au début, on trouve ça marrant mais après une heure, les concours de vomi commencent à devenir lassants...

Bref, dans la série « groupes parodiques », on est loin de la subtilité de Spinal Tap. En même temps, ça reste cohérent pour du cock-rock. On ne va pas voir un spectacle de Bigard en s’attendant à des textes à la Raymon Devos, et on n’écoute pas du hair-metal en s’attendant à du Coldplay. Non pas que je compare Coldplay à Raymond Devos…

Au final, Feel the Steel me laisse une impression partagée. D’une part, c’est le gros pied de voir sortir un bon gros album de party-rock au milieu d’une époque régie par les groupes émos. D’autre part, je ne peux m’empêcher d’avoir un peu honte d’aimer ça, vu le niveau particulièrement bas de l’humour de Steel Panther. Conclusion, je range mes remords au vestiaire et je classe cet album dans la rubrique "Plaisirs Coupables" !



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Steel Panther : "Feel the Steel"
(1/1) 27 octobre 2009, par samolice




Steel Panther : "Feel the Steel"

27 octobre 2009, par samolice [retour au début des forums]

A tous ceux qui, comme moi, se sont régalés à l’écoute de cet album, je recommande le film The Rocker bientôt sur les écrans français. L’histoire d’un batteur sur le retour, fan du metal des 80’s. Grosse bande son, de bons gags, un vrai bon moment pas prise de tête. Long live rock n roll !

[Répondre à ce message]