Pop-Rock.com



Soulfly : "Conquer"
Blood, fire, war, hate

mercredi 15 octobre 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pelican : "What we all come to need"
Deftones : "Deftones"
Gwar : "Beyond Hell"
Gene Simmons : "Asshole"
Vanden Plas : "Christ O"
Rammstein : "Rosenrot"
Hellyeah : "Hellyeah"
Sinergy : "Suicide by my side"
Queensrÿche : "American soldier"
Velvet Revolver : "Libertad"


Mais qu’arrive-t-il donc à Soulfly depuis quelques années ? A la base simple exutoire pour un Max Cavalera avide de sonorités tribales et de professions de foi naïves à l’égard de la tribu humaine, le groupe n’avait jamais dépassé le stade d’honnête tâcheron nu-metal plus bariolé qu’il n’était convenable. Mais, depuis le foudroyant Dark ages, sans que rien ne puisse expliquer ce revirement, Soulfly est devenu une force de frappe de premier plan au sein de la sphère metal.

En fait, si, il existe peut-être une explication à la montée en puissance et en qualité du combo brésilien, et cette explication tient simplement au fait que Soulfly a intériorisé l’idée que les bonnes intentions ne font pas forcément les grands albums, et a donc abjuré toute fidélité rigide à sa vision musicale de départ. Du nu-metal, Soulfly a donc simplement conservé le côté brut de décoffrage et la simplicité des paroles. A la grande satisfaction de beaucoup, le mélodique Dark ages marquait une certaine rupture avec les premiers albums. Jouant davantage que ses prédécesseurs sur le raffinement des mélodies, il avait pourtant déçu une partie des fans en raison de la virulence assez basse des nouvelles compositions, certains allant même jusqu’à redouter un avenir en forme de Soulfly goes pop. Poussant son avantage plus en avant, Soulfly est pourtant parvenu à accroître encore davantage ce feeling mélodique tout en revoyant à la hausse les caractéristiques les plus brutales de sa musique. Ce qui aboutit à des compos du calibre de Fall of the cycophants, Unleash ou Warmaggedon, qui prennent leur place à la fois parmi les pistes les plus mélodiques et les plus violentes jamais livrées par Soufly.

Une autre raison de se réjouir tient à la relative mesure qui guide les aspects world-music de Soulfly. Non qu’accords et percussions aient cessé d’adopter des colorations exotiques mais Cavalera n’étale plus ses obsessions tribales à la grosse louche. Plutôt que de différencier les influences sans vraiment chercher à les faire opérer en symbiose absolue, celles-ci sont injectées avec une grande maîtrise à travers les différents titres et contribuent enfin réellement au succès de ce cross-over metal/folklore jadis touché du doigt par le Roots de Sepultura Conquer recèle encore bien d’autres surprises, comme ces luxueux arrangements symphoniques qui ouvrent l’album sur le brutal Blood fire war hate, le Sabbathien Touching the void ou le traditionnel instrumental, ici baptisé Soulfy VI, qui tient plus d’un rock mélodique dans l’esprit des meilleurs heures de Joe Satriani que de la fête annuelle du djembé.

En renouant avec ses racines thrash sans rien renier de ses amours world-music, simplement en en usant de manière plus maîtrisée et moins emportée, Soulfly laisse à présent loin derrière lui sa formation-mère, dont le cadavre n’en finit plus de rendre son dernier soupir.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Soulfly : "Conquer"
(1/2) 8 décembre 2016
Soulfly : "Conquer"
(2/2) 16 octobre 2008, par Vehau




Soulfly : "Conquer"

8 décembre 2016 [retour au début des forums]

I wonder if they will be making another set of albums. - Dr. Thomas Devlin

[Répondre à ce message]

Soulfly : "Conquer"

16 octobre 2008, par Vehau [retour au début des forums]

Je crois n’avoir jamais été capable d’écouter un album de Soulfly dans son intégralité, Dark Of Ages m’avait déjà plus intéressé dans ce qu’il proposait, soit un dosage plus équilibré qu’à l’accoutumée entre gros riffs bien lourds et rythmique tribale.
Donc, suivant encore une fois le Sieur Lenglet, je vais jeter une portugaise discrète sur ce dernier opus.
Petite remarque, la pochette que je connaissais de ce Conquer est un peu différente puisqu’elle représente une divinité Hindoue (de la guerre je crois, mais j’ai la flemme de vérifier sur Wikipédia). Artwork réussi, chose rare chez Soulfly... Et album très bon selon les commentateurs, Max Cavalera a donc bel et bien enterré Sepultura, huhu...

[Répondre à ce message]