Pop-Rock.com



Sinergy : "Suicide by my side"
Mais pourquoi est-elle si méchante ?

mardi 1er juillet 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
AC/DC : "Black ice"
Behemoth : "Evangelion"
Devin Townsend : "Ziltoid the omniscient"
Undercover Slut : "Communism is fascism"
Iced Earth : "Horror show"
Mötley Crüe : "Saints of Los Angeles"
W.A.S.P. : "Unholy terror"
Mass Hysteria : "Failles"
Metallica : "Death magnetic"
Lordi : "The Arockalypse"


Formé au départ en tant que super-groupe scandinave, Sinergy a rapidement passé le cap de la simple réunion de pointures musicales, avec ses textes sombres, ses musiciens fort compétents et sa chanteuse qui risque fort de vous faire voir les femmes d’un autre œil. Qui a parlé de "sexe faible" ?

Qu’il s’agisse de Nightwish, The Gathering, Lacuna Coil ou Edenbridge, les groupes de metal féminins se distinguent toujours par un style qui mise davantage sur l’instauration d’ambiances que sur la rapidité d’exécution et la violence. Sinergy balance toutes ces idées reçues aux orties avec sa déferlante de saine agressivité. Exit la voix de soprano de Tarja Turunen, le chant sensuel de Christina Scabbia, ou le ton exotique et mélancolique de Anneke Van Giersbergen ; Kim Goss est la digne fille spirituelle de Rob Halford et crache sa haine de femme trahie avec une sincérité qui laisse peu de doutes sur la part de vérité des textes de ce Suicide by my side.

Musicalement, on est en plein metal old-school avec des duels de guitares du feu de dieu comme on en avait plus entendus depuis la grande époque de Judas Priest ou Iron Maiden. Il est vrai que la présence derrière une des guitares du compagnon de Kim, Alexi Laiho (accessoirement leader de Children of Bodom), n’est pas pour rien dans cette débauche de prouesses techniques. La voix de Kim Goss, vibrante de fureur non contenue, apporte une terrifiante capacité offensive à cette musique. Rarement groupe de metal aura trouvé une vocaliste plus convaincante et en symbiose avec sa musique et ses textes. Sinergy n’est cependant pas la huitième merveille du monde. A l’exception de quelques excellentes chansons (les très directes "I spit on your grave" et "Me, myself & my ennemy") et de la venimeuse balade "Written in stone", le reste de l’album, sans être mauvais, reste un peu trop classique à mon goût. Peut-être est-ce du au très haut niveau technique et vocal du groupe, qui tranche avec le léger manque d’originalité global des titres ? Quoi qu’il en soit, à défaut d’atteindre les sommets du heavy metal, Sinergy peut déjà s’enorgueillir de compter dans ses rangs une incontestable "Metal-goddess" !



Répondre à cet article

Marc Lenglet