Pop-Rock.com



Samael : "Solar soul"
Lumière tamisée

dimanche 15 juillet 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Caïna : "Mourner"
Theatre of Tragedy : "Storm"
Finsterforst : "...Zum tode hin"
Napalm Death : "Smear campaign"
Iced Earth : "Horror show"
Pleymo : "Alphabet prison"
Eths : "Sôma"
Pantera : "Reinventing Hell - The Best Of Pantera"
Samael : "Above"
Thursday : "Common existence"


Formation au parcours atypique, Samael, comme l’indiquent les titres de ses albums successifs, a entamé depuis bien longtemps un lent cheminement vers la lumière. De l’obscurité souterraine caractéristique du black metal jusqu’aux chaleureuses effluves orientales qui forment à présent sa marque de fabrique, il y a du chemin à parcourir, mais Samael est aujourd’hui devenu une mécanique parfaitement huilée. Trop, peut-être.

On se souvient encore de l’excellent Reign of light, sorti voici trois ans. J’avais prophétisé à cette époque que le successeur d’une telle réussite ne pourrait que surprendre à nouveau tout le monde. Dans un sens, je ne m’étais pas trompé : Solar soul surprend par son classicisme et sa prévisibilité. Tous les éléments caractéristiques du groupe suisse sont à leur juste place : le rythme martial (Ave !), l’ossature électronique très sèche des morceaux, l’aspect hautement dansant de certains d’entre eux (Valkyrie’s new ride) et les tendances mystico-orientales présentes sur quelques autres (Slavocracy),... Tout se trouve exactement là où on l’attend. De même, le chant rauque mais parfaitement modulé de Vorph ravira toujours les contempteurs acharnés des vocaux death.

Evidemment, Solar soul ne se limite pas à une copie conforme de l’album précédent, pas plus qu’il n’est un échec magistral. Tout d’abord, en cherchant bien, on note tout de même quelques différences, comme le retour à l’utilisation partielle d’un batteur humain, et des orchestrations moins ouvertement « Mille et une nuits » qu’auparavant. Quelques éléments se rapprochent même de ce qu’on trouvait sur Eternal, ce qui fait que Solar soul peut presque être considéré comme une synthèse des dix dernières années d’existence de Samael.

Qualitativement non plus, il n’y a pas de quoi hurler au scandale. Solar soul ne comporte pas de temps mort, la fusion metal/electro est parfaitement rôdée et les morceaux sont efficaces et accessibles. Quelqu’un qui découvrirait Samael avec Solar soul serait sans doute positivement étonné par le talent du groupe à mêler harmonieusement le feu et la glace. Il n’en reste pas moins que si Solar soul séduit instantanément par ses mélodies carrées et sa froideur maîtrisée, il laisse un goût de trop peu et on fait un peu trop rapidement le tour de cette réalisation sans grandes surprises. Compte tenu de la manie de groupe à se réinventer en permanence, on pouvait espérer beaucoup plus de ce septième album studio. Solar soul reste bien évidemment de bonne facture dans l’absolu, dans une optique « Metal mondialisateur » à la Rammstein, mais à trop user des facilités qui lui sont offertes, Samael pourrait finir par réellement décevoir.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Samael : "Solar soul"
(1/1) 16 juillet 2007




Samael : "Solar soul"

16 juillet 2007 [retour au début des forums]

Découvert et écouté sur myspace, la prod me laisse un peu froid (les drums triggées à foison ça me saoule, à quoi bon trop vouloir ressembler à une machine et pour impressionner qui ? tout le monde le sait que ça se fait en studio alors à quoi bon). Compos chouettes mais effectivement trop accessibles et épurées pour être réellement crédibles. Bon article.

[Répondre à ce message]

    Samael : "Solar soul"

    17 juillet 2007, par Jaques [retour au début des forums]


    Bien d’accord pour ce qui est des triggers !
    C’est effectivemment saoulant à la longue , je préfère une peau de grosse caisse bien détendue (avec un marteau bien dur et de bons micros , on fait des merveilles ...) que ces machines humaines qu’on nous sert dans quasi tous les nouveaux groupes métal .

    [Répondre à ce message]