Pop-Rock.com



Rammstein : "Reise, Reise"
Voyage, voyage...

dimanche 21 novembre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Stratovarius : "Elements part. 2"
Iron Maiden : "A matter of life and death"
Blind Guardian : "A twist in the Myth"
Evergrey : "Monday morning apocalypse"
Ayreon : "01011001"
Ancient Rites : "Dim Carcosa"
Judas Priest : "Nostradamus"
Saxon : "Killing ground"
Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"
Stratovarius : "Polaris"


Un nouvel album de Rammstein est toujours attendu comme un véritable messie par les amateurs de metal du monde entier. Le quintet d’ex-Allemagne de l’Est, malgré de sérieux désavantages à la base, a réussi, en l’espace de quelques albums, à s’imposer comme une des formations les plus importantes de la scène actuelle. Et le voyage auquel nous convie Reise, Reise lance un fameux pavé dans la mare (malgré un clin d’œil aux pires heures de la pop française), en prouvant à tous les détracteurs éventuels du groupe que non, le succès de Rammstein ne repose pas uniquement sur une exotique teutonisation à outrance du metal, mais réside dans le génie propre et la soif d’innovations de ce groupe décidément pas comme les autres.

Sitôt la première piste enclenchée, on se retrouve face un morceau incroyablement lourd, puissant, sombre, gonflé d’orchestrations symphoniques jusqu’à la saturation. Le doute ne semble pas permis : Rammstein, encouragé par le franc succès de Mutter, a décidé de persévérer dans la même voie, en y adjoignant une dose d’effets spéciaux à la grosse louche. Reise, Reise est très bon, certes, mais on éprouve néanmoins une petite pointe de déception. Les trois premiers albums du quintet avaient réussi à se faire une place de choix dans trois domaines bien différents : metal indus lourd et agressif pour Herzeleid, influence presque techno/dance sur Sehnsucht et atmosphère sombre et gothique pour Mutter. Ici, à première vue, tout semble indiquer que l’on va bénéficier d’un Mutter bis...

Et heureusement, comme bien souvent, on se fait une image totalement biaisée d’un album sur base d’une seule piste. Reise, Reise ne livre sa richesse et sa saveur qu’au fil de nombreuses écoutes, lorsque que l’on comprend enfin que, bien loin de radoter, Rammstein a voulu ici surprendre tout le monde, et y a plus que bien réussi. A la fin du morceau précité retentit même un petit air d’accordéon ! Après Desireless, les francophiles Rammstein rendraient-il hommage à Yvette Horner ? Pas précisément, puisque cet instrument, qu’on retrouve un peu plus loin sur l’album, se marie inexplicablement bien à l’esprit brut et ténébreux de la musique des Allemands.

Mein Teil, premier single tiré de Reise, Reise et inspiré par la sordide histoire d’Armin Meiwes, le « cannibale de Rothenburg », signe le grand retour de l’esprit malsain et provocant cher aux Berlinois, avec un chant qui tient plus du murmure pervers que des inflexions prussiennes auxquelles on s’était habitué. Dalaï-lama se transforme rapidement en une sorte de cérémonie bouddhiste organisée dans une fonderie de la Ruhr, avec de vagues relents de mantra et des atmosphères himalayennes savamment concoctées.

Los, basée, comme son nom l’indique, sur des rimes en los, est le morceau le plus atypique de l’ensemble, celui que témoigne le plus de l’esprit pionnier de Rammstein. L’utilisation inhabituelle qui est faite ici de la guitare donne à ce titre un esprit presque folk ou country. C’est forcément très original et surprenant, mais malheureusement pas très convaincant. On ne peut pas gagner à chaque fois, mais le coup méritait d’être tenté.

C’est au milieu de l’album qu’on découvre les deux plages les plus paradoxales de ce nouvel opus : Amerika et Moskau. Amerika reste du Rammstein à l’état pur, lourd, brutal, conquérant, mais pour une fois construit pour moitié sur la langue anglaise. On pourra regretter de voir Rammstein plonger ici dans le politiquement correct « Vieille Europe » en se lançant à son tour dans la critique d’une nation qui lui est étrangère. Cela restant plus drôle que réellement méchant, on ne s’attardera pas plus longtemps sur la question. Quand à Moskau, dans une veine presque techno/dance, elle bénéficie de fréquents backing-vocals en russe. Malgré la rumeur jaillie il y a quelques mois, il ne s’agit pas des nymphettes de t.A.T.u. mais d’une vocaliste nommé Viktoria Fersh. Voilà donc deux pistes pas très intéressantes musicalement, simples, voire même simplistes par rapport à ce que Rammstein est capable de générer, mais qui possèdent des refrains parmi les plus énormes et entêtants jamais inventés. Deux semaines que je me trimballe We’re all living in Amerika / Amerika ist wunderbar coincé entre deux neurones. A tout prendre, mieux vaut cela que Breaking my habit... Les dernières plages calment un peu le jeu, renouant avec les ficelles traditionnelles du groupe, qu’il s’agisse de brûlots pilonnés avec une finesse toute brandebourgeoise (Stein um Stein) ou de ballades au romantisme brumeux et inquiétant (Amour).

Les formations qui livrent quelque chose de personnel, qui n’hésitent pas à braver les modes et à transgresser leurs propres habitudes, manquent peut-être de visibilité mais ne sont finalement pas si rares. Celles qui passent leur vie à décharger des tubes en puissance et des hymnes fédérateurs, et rencontrent un franc succès commercial, le sont encore moins. Mais une formation qui arrive à marier les deux à la perfection, tout en partant avec de sérieux handicaps à la base (metal brutal et langue autre que l’anglais), ça reste un phénomène quasi unique. Rammstein cogne là où on ne l’attend pas car, en dépit d’un premier contact un peu déstabilisant, voire même décevant, Reise, Reise est peut-être l’album le plus éclectique et inventif jamais réalisé par le collectif berlinois. Du grand art, complet et épanoui, qui installe définitivement Rammstein dans le rôle du groupe de metal majeur de ce début de millénaire.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 10 contribution(s) au forum.

Rammstein : "Reise, Reise"
(1/7) 9 juillet 2007, par KWAK LE PLUS DINGUES DES CANARDS
Rammstein : "Reise, Reise"
(2/7) 29 mai 2007
Moskau
(3/7) 18 février 2005, par Alinovitch
> Rammstein : "Reise, Reise"
(4/7) 8 février 2005, par liberty_seed
> Rammstein : "Reise, Reise"
(5/7) 23 novembre 2004, par Phil
> Rammstein : "Reise, Reise"
(6/7) 22 novembre 2004, par Rodrigo
> Rammstein : "Reise, Reise"
(7/7) 21 novembre 2004, par samhot




Rammstein : "Reise, Reise"

9 juillet 2007, par KWAK LE PLUS DINGUES DES CANARDS [retour au début des forums]

superbe article et exelente critique

kwak lpddc

[Répondre à ce message]

Rammstein : "Reise, Reise"

29 mai 2007 [retour au début des forums]

Bonjour à tous.

Je me permet de commenter l’album, à mon tour.

Reise, Reise.
Thème de l’album et chanson à part entière, elle est tout à fait dans l’esprit du groupe, c’est à dire avec le métal puissant et violent qu’on lui connaît, à ceci près qu’on perçoit quelques notes plutôt changeantes, comme les vocalises de Till où les sonorités de Flake.
Bref, du traditionnel un peu rénnové : tout à fait appréciable.

Mein Teil.
Violent est le premier mot qui vient à l’esprit. Déroutant suit souvent ce terme, et pour cause, l’histoire dont c’est tiré est pour le moins brutale. Je ne l’expliquerais pas puisque c’est déjà fait mais, musicalement parlant, je trouve le rendu très appréciale, d’autant que la part faite aux instruments, comme les guitarres, et aux voies des guitarristes, est belle et délectable.
Encore une fois, Rammstein ajoute du piquant.

Dalaï Lama.
Bien différente des autres pistes, cette chanson est encore à texte, et pour cause, elle est tiré d’un récit allemand (je vous renvoie à des sites pour explications.)
Cette fois, la mélodie est plus lente, des notes boudhistes viennent s’inscruster sous forme de coeur et l’on peut trouver ça déroutant.
Sans que cela soit ma préférée, je l’aime bien.

Keine Lust.
Energique, à texte, drôle et puissante, cette chanson est un véritable bijoux du groupe. Ingrédients habituels et nouveautés, les idées se côtoient dans ce morceau : rifts puissants se mélangent aux vibrations des claviers, le tout souligné par la batterie et la basse et remué par la voie de Till.
Vraiment excellent !

Los.
Nouveauté tout à fait surprenante pour un groupe de métal, le morceau n’en reste pas moins délectable. Des paroles recherchées, des jeux de mots comme bien souvent et l’histoire du groupe se mêlant à la douce mélodie, rythmée et candacée : bien fait.

Amerika.
Des coeurs, des rifts, du violent et brutal : la recette est changée mais les principaux ingrédients sont là. Ca marche, et ça marche même très bien, puisque le rendu est gigantesque, même avec ces innovations..
Un hymne !

Moskau.
Là encore, le groupe tape fort. Mélange entre l’allemand et le russe, critique douteuse sans l’être ; cette chanson est là encore excellente : à ne pas rater.
Un grand plaisir !

Morgenstern.
Un début magnifique et innovant, suivit par des minutes plus traditionnelles bien que soft : c’est bon, et nombre de fans apprécieront.
Très bon.

Stein un Stein.
Triste à souhait, peut être mélancolique aussi, cette chanson est différente de celle de Mutter bien que l’on en retrouve des éléments. Ce mix entre le Rammstein d’hier et d’aujourd’hui peut surprendre mais, d’un point vue personnel, je dirais que la chanson est authentique et de bon goût.
Très bon.

Ohne Dich.
Du même niveau que la préccédente, on tombe là dans une tristesse plus profonde et marquée, que l’on sent au travers de chaque parole et chaque vibration de la voix de Till. Les instruments, derrières, restent parfois discrets, mettant l’organe du chanteur en valeur, mais reviennent vites approfondir les choses.
Vraiment bon.

Amour.

Ma préférée, et pour cause... Les paroles sont profondes bien que très tristes. La chanson est quant à elle bien scénarisée et instrumentalisée : un vrai délice, surprenant, soft et brutal à la fois.
Délicieux.

Pour résumé, Rammstein mélange les gens, les instruments et bousculent les normes, bien que la rage passée se calme.

[Répondre à ce message]

Moskau

18 février 2005, par Alinovitch [retour au début des forums]

Quand je pense que des attardés pensaient que Rammstein étaient nazis (un grand n’importe quoi), R. avait dû sortir "Links 2 3 4" pour remettre les pendules à l’heure.

Mais avec Moskau, il n’y a même plus de doutes :

"Regarde ! (en russe)
Les pionniers* ici et là (en russe)
Chantent des chansons pour Lenine (en russe)"

*pionniers : membres des jeunesses communistes, "scouts" soviétiques

Là on ne peut pas les accuser d’être de l’extrême droite. Pour un peu, ils seraient même de l’autre extrême (ce qui ne me déplairerait pas, bien au contraire).

D’ailleur, c’est un copain staliniste qui m’a fait découvrir le groupe, groupe qu’il adore plus que tout (et je ne peux pas lui donner tord).

Bref, de la musique bien "rouge" comme j’aime (tout comme le groupe de ska italien Banda Bassotti) !

[Répondre à ce message]

    > Moskau

    20 février 2005, par Bob Denard [retour au début des forums]


    Oui enfin ce verset de Moskau ne prend aucun parti, il se contente d’être un propos illustratif sur la ville... On peut faire dire ce qu’on veut à une chanson, mais rien ne pourra jamais excuser l’usage des images de Leni Riefenstahl pour le clip de Stripped. Le pire c’est qu’à ce sujet on a pu lire des interviews de membres du groupe disant qu’ils regrettaient et qu’ils ne pensaient pas que ça aurait été perçu comme ça, et d’autres disant que le résultat était celui voulu et qu’ils ne changeraient rien. Sans ce clip, on ne se serait sans doute pas demandé quelles étaient leurs opinions politiques - c’est donc eux qui ont volontairement brouillé les pistes et voulu ajouter d’autres cartes à celles de la musique... Ce qui n’est pas forcément intelligent : on n’écoute pas de la musique parce qu’elle est rouge, rose, ou noire.

    [Répondre à ce message]

      > Moskau

      19 juillet 2005, par laurent joplin [retour au début des forums]


      On ne peut pas accusé rammstein d avoir monté le mythe de leur pseudo sympathie nazi. Ils ont seulement préféré se moquer de certains médias trop content de pouvoir trouver une bete noire pour faire vendre. Qui plus est quand on chante en allemand des chansons brutales...pour les imbéciles le lien était tout trouvé. On peut quand meme rappeler qu ils ont grandit dans la rda communiste et non sous le 2reich. Mais je suis d accord écoutons leur musique le paramusical ne sera toujours que le fruit de l imagination débordante des magazines non musicaux à scandales. En m écartant un peu (beaucoup) de la musique j ajouterai meme que le pape chante moins bien et que lui en revanche...

      [Répondre à ce message]

> Rammstein : "Reise, Reise"

8 février 2005, par liberty_seed [retour au début des forums]

L’album est genial surtout jusque a moskau qui est le point culminant apres c’est pluis calme et je suis pas fan mais je cherche trop des musique de viktoria fersh (la fille dans moskau lol) parcque je kiffe sa voix.

[Répondre à ce message]

> Rammstein : "Reise, Reise"

23 novembre 2004, par Phil [retour au début des forums]
Le site des Télévores

Eh bien ça promet encore une fois !
Pour l’instant je n’ai pu que voir les singles en clip, et mon impression est mitigé : j’ai trouvé Mein Teil pas mal mais Amerika à chier.

[Répondre à ce message]

> Rammstein : "Reise, Reise"

22 novembre 2004, par Rodrigo [retour au début des forums]

Excellente critique qui reflète assez bien le virage musical pris par Rammstein qui est, c’est sûr, un groupe qui va de l’avant.

Pour ma part, j’ai été un peu déçu par leur dernière production pas assez dance-metal à mon goût. Cependant, force est de constater que Rammstein est définitivement un groupe original qui prend un malin plaisir à prendre ses fans à contre-pied. Le coup de l’accordéon en plein milieu des chansons en est un bel exemple.

Cela dit, Rammstein est un groupe qui s’apprécie live, ceux qui étaient au Sportpaleis ne me contrediront pas…

[Répondre à ce message]

> Rammstein : "Reise, Reise"

21 novembre 2004, par samhot [retour au début des forums]

Ca fait vraiment longtemps que j’attendais cet article pour avoir l’avis du rédacteur métal de pop-rock.Je ne suis pas déçu !

Non mais c’est vrai que cet album est spécial...encore différent du dernier(comme tous les autres qui l’ont précédé d’ailleurs).Enfin bon très bon album à mon sens avec de nouveaux sons qui donnent une touche très ... sombre je pense.

Salut et bravo encore pour tous tes articles(bien que je ne sois pas toujours d’accord mais c’est normal)

[Répondre à ce message]

    > > Rammstein : "Reise, Reise"

    10 mars 2005 [retour au début des forums]


    moi j’aimerais seulement savoir si Rammstein vont venir fair un concert au Canada de leur Tournée Reise Reise car je suis fan d’eux et j’aimerais vraiment les voir live.

    [Répondre à ce message]