Pop-Rock.com



P.O.D. : "Testify"
Sed libera nos a P.O.D.

mercredi 15 mars 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Scorpions : "Unbreakable"
Europe : "Start from the dark"
Saxon : "The inner sanctum"
System Of A Down : "Mesmerize"
Slayer : "Christ illusion"
Versailles : "Noble"
Epica : "The Classical Conspiracy"
The Gathering : "Souvenirs"
Velvet Revolver : "Libertad"
Angra : "Temple of shadows"


J’ai écouté le nouveau P.O.D. Suis-je à nouveau pris d’une brutale envie de détruire pour détruire ? Même pas. Simplement, dans le cas de cette formation que j’ai perdue de vue depuis de nombreuses années, j’ai naïvement pensé que je pourrais retrouver, sur ce nouvel album, certains éléments qui m’avaient vaguement semblé sympathiques à une autre époque, voire même que durant notre séparation, P.O.D. aurait évolué vers quelque chose de différent et que je pourrais à nouveau le considérer comme un petit groupe pataud mais attachant.

Pour ceux qui débarqueraient, P.O.D., contrairement à tous ses semblables, ne délivre pas un message de révolution, pas même de révolutionnette. Non, P.O.D., c’est le metal à destination des ouailles du révérend Lovejoy. Un metal familial, gentil et pacifique, qui manifeste sa désapprobation du mal, de la guerre et des gens méchants, en se tournant vers la lumière du Créateur. Un metal dont tout cultivateur de maïs du Nebraska, tout courtier en assurance de l’Utah, tout avocat du Wyoming peuvent lire un extrait du livret à leurs chères petites têtes blondes chaque soir, sans risquer que leurs frêles oreilles n’aient à subir la souillure d’un F-Word impromptu.

D’un côté, nous sommes bien d’accord, P.O.D. nous change un peu du bréviaire metal pour micro-guerilleros du samedi soir. D’un autre côté, parmi les tentatives de transfigurer la foi chrétienne en musique, le negro spiritual ou les chants grégoriens ont infiniment plus de charme et de grandeur que cette piteuse tentative de persuader les kids de troquer le skateboard contre le goupillon. Mais cessons de persifler sur l’exaltation christique de ces jeunes gens. Faisons fi des thématiques trop positives et concentrons nous sur la musique, rien que la musique. Voilà. C’est fait. Deux secondes soixante centièmes et on a fait le tour de Testify, qui est à l’inventivité ce que Manowar est à la dignité vestimentaire ou Mayhem à la poésie naturaliste. Pas de quoi m’encourager à aller m’imprégner de la bonne parole dans un lieu de culte. Et même pas de quoi, dans un mouvement d’humeur, m’inciter à aller saigner un bouc dans une cave obscure en représailles.

Si le groupe injecte, davantage que ses congénères païens, beaucoup d’éléments exogènes au metal (hip-hop et reggae à forte dose sont au programme), cela ne suffit même pas à lui conférer la moindre identité personnelle. On se croirait revenu 8 ans en arrière, quand 15 albums de neo metal sortaient par semaine. Et Testify se classerait sans difficultés parmi ceux qu’on écoute vaguement à la médiathèque en zappant rapidement les pistes, et dont on a déjà oublié le nom deux heures plus tard. Ca ressemble parfois à Linkin Park, parfois à un autre groupe de petits branleurs tout aussi passe-partout, mais en tout cas, ça ressemble toujours à quelque chose d’autre... et c’est bien tout le problème de P.O.D. Niveau surprise, étonnement, imprévisibilité, souffle coupé, on frôle le zéro absolu. Déjà que ce type de musique manifeste assez rarement des tendances pionnières à la base... Même dans ses moments les plus « hardcore » - mouarf - P.O.D. verse dans un conformisme mou absolument lamentable.

La fadeur et le copier-coller sont la profession de foi de Testify. L’essentiel est de ne surtout pas se faire remarquer, d’éliminer toute folie du propos, de demeurer fidèle à des carcans putréfiés depuis la fin du dernier millénaire. Allez, trois pater et quatre ave pour ce vilain blasphème au metal !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 5 contribution(s) au forum.

P.O.D. : "Testify"
(1/4) 2 décembre 2016
P.O.D. : "Testify"
(2/4) 23 janvier 2007
P.O.D. : "Testify"
(3/4) 18 décembre 2006, par Fabb74
P.O.D. : "Testify"
(4/4) 6 octobre 2006, par el nino




P.O.D. : "Testify"

2 décembre 2016 [retour au début des forums]

Nice collection of songs. This is the kind of music that anyone can listen to. - Dr. Thomas G. Devlin MD, PhD

[Répondre à ce message]

P.O.D. : "Testify"

23 janvier 2007 [retour au début des forums]

Moi ce que je pe vous dire c’est que P.O.D veut vous apportez la réalité des chose qui se passe dans ce monde ..Pour moi ils ont totalement raison et je pensse que leurs texte sont véridique
Frenchement réfléchissez bien à leurs texte et vous verez que c’est totalement juste ..Et je les encourage de tout coeur qu’il continue dans cette vOix car moi je préfere écouté du métal ou il y a de la vie que du métal où on parle que de mort etc...PoD irons Loin Que Dieu les gardent

[Répondre à ce message]

P.O.D. : "Testify"

18 décembre 2006, par Fabb74 [retour au début des forums]

Je me permets de faire un post, parce que je ne suis absolument pas d’accord avec la critique ici présente.
J’ai eu l’impression de lire l’article de quelqu’un qui n’accepte pas le "metal" actuel qui a tendance à mélanger les genres afin d’enrichir un style déjà puissant et indemmodable.

P.o.d. signe là une référence du métal/crossover !

Ce groupe formé en 1992, est un des précurseur du style ou de l’étiquette, (car les français ont toujours besoin d’une étiquette), "Néo-métal".
Nom qui veut tout et rien dire, du coup d’autres groupes à la base de ce courant ont vite été catalogué à leur dépend sans que l’on s’intéresse vraiment aux atouts artistiques de ces derniers (Papa Roach, (Hed)pe, Downset parmi les meilleurs).

Ce petit prologue juste pour dire que P.o.d. est à la base un vrai combo underground qui à ramé pendant 7 ans avant de s’attirer la faveur d’une vrai maison de disque et d’être par la même occasion reconnu et respecté du public.

Après l’album "Fundamental elements of southtown" efficace mais inégal, la bombe "Satellite" qui a fait son effet à sa sortie, aujourd’hui un incontournable, "Payable on death" moins évident d’accès, qui devient plus attachant au fil des écoutes...

Voici : "Testify", le summum de P.o.d. !
C’est bien simple, rien n’est à jeter dans cette merveille.
Sonny le chanteur nous assome de ses flows rappés imparables et nous touche par ses mélodies vocales ennivrantes.
La section rythmique toujours aussi énervée et groovy, tout comme la guitare avec toujours la bonne note au bon moment.

A la croisée des chemins musicaux auquels le groupe nous a habitué, celà passe du bon rock mélodique "if you could see me now", "This time" au métalcore puissant "Lights out", "Sounds like war", "Mistakes & glories", "Mark my words".
Sans oublier l’influence reggae qui plairait même aux novices "Strength of my life".
Autant s’arrêter là pour ne pas tout citer.

Pour la petite histoire, je ne suis pas forcément croyant, je suis bilingue, et les textes de P.o.d. qui mèlent assez habilement spiritualité et réalité ne parasitent absolument pas la puissance musicale de leur compositions.

A se procurer sans hésiter.

[Répondre à ce message]

P.O.D. : "Testify"

6 octobre 2006, par el nino [retour au début des forums]

en tous cas ce ke vous dites est totalement faux car c’est un retour aux sources.Il nous offres un très bon album avec divers influences qui fait de pod un groupe a part par rapport a certains groupes dont je citerais pas le nom...pour finir si vous ne savais pas aprécié leurs musique mettez vous a la musique classiques

[Répondre à ce message]

    P.O.D. : "Testify"

    6 octobre 2006 [retour au début des forums]


    Marrant la haine que les ptits incultes fans de nu metal vouent à la musique classique. Incompréhension, jalousie, inaptitude mentale à la comprendre ? La musique classique ça fait quelque siècles qu’elle est là, le nu metal il est déjà mort mais il ne le sait pas encore...

    [Répondre à ce message]