Pop-Rock.com



Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"
Here comes the flood !

jeudi 29 juillet 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Blaze Bayley : "The Man who would not die"
Limp Bizkit : "Results may vary"
Gronibard : "Satanic Tuning Club"
Dream Theater : "Systematic Chaos"
Watcha : "Phenix"
Madder Mortem : "Eight ways"
Pain : "Dancing with the dead"
Pantera : "Reinventing Hell - The Best Of Pantera"
Ozzy Osbourne : "Black rain"
Fantômas : "The director’s cut"


Quand un groupe, issu d’une scène musicale mineure et d’un pays tourmenté (en l’occurrence Israël) travaille à un album durant 8 longues années, le résultat ne peut être qu’extrême : soit une merveille appelée à marquer son époque, soit un échec total qui pèche par excès d’ambition. Avec un brio inattendu, Orphaned Land délivre ici une œuvre tout simplement sublime, quasiment exempte de défauts. Le groupe hébreu mériterait aujourd’hui sincèrement de connaître un succès à la mesure de son talent : sans limites.

Mabool est un concept hébreu retraçant le mythe universel du déluge. A travers des textes très symboliques et métaphoriques qui semblent influencés par la Kabbale juive, ce troisième album d’Orphaned Land ne se concentre pourtant pas spécialement sur la version juive de l’histoire, et on n’y retrouve guère de références précises aux personnages de la Bible. En lieu et place de l’adaptation littérale des écrits bibliques, Orphaned Land a préféré inscrire son récit hors de tout contexte trop identifiable, tout en demeurant assez logiquement influencé par sa propre culture : le serpent, l’aigle et le lion, qui tentent en vain d’avertir les populations humaines de cesser de braver la colère de Dieu en adorant les idoles et en s’adonnant au vice, ne pourront empêcher que l’humanité soit engloutie par les eaux avant un possible renouveau. Créatures au fort potentiel symbolique, ces trois entités imaginées de toutes pièces symboliseraient les trois religions monothéistes (christianisme, islam et judaïsme), tentant, malgré l’échec prévisible, d’apporter la lumière et le salut aux hommes, soumis à leurs propres péchés et à un dieu vindicatif et impitoyable, visiblement inspiré par celui de l’Ancien Testament. Après cela, libre à chacun d’y voir une allégorie - quel que soit le sens qu’on lui donne - de la tragique situation qui prévaut aujourd’hui au Proche-Orient.

Quelques scories du passé subsistent encore aujourd’hui dans le style musical d’Orphaned Land. Le passif death metal du groupe se fait toujours ressentir sous la forme d’une légère prédominance de vociférations rauques (mais néanmoins fort audibles) en guise de fil conducteur vocal. Le chanteur Kobi Fahri sait toutefois doser les plaisirs en proposant de nombreuses lignes de chants claires et très lyriques, secondées des voix féminines très pures et des chœurs masculins et féminins de haute volée. Si l’essentiel des textes demeure en anglais, un grand nombre de passages et de sections déclamées sont en hébreu. L’un des morceaux (Building the ark) est intégralement en latin, tandis que l’entraînante électrisation du chant traditionnel Norra el norra repose, lui, sur la langue arabe.

La plus grande force de Mabool réside dans son immense pouvoir d’évocation. Au fil de nombreuses écoutes attentives, on est gagné par l’impression persistante de se trouver face à un seul et unique morceau, cohérent de bout en bout, qui offre une variété d’ambiances infinie, des agressions les plus brutales aux douceurs orientales les plus raffinées. Il est impossible de rattacher Mabool à un style en particulier. Avec ses vocaux death ou heavenly, ses riffs heavy ou trash, sa forte coloration world-musicet sa construction progressive, Orphaned Land est un groupe unique. Le forcing des 3 entités à travers le monde pour essayer vainement de sauver ce qui peut encore l’être et la sensation de calme tendu qui précède le désastre sont tout aussi crédibles que la plongée vertigineuse dans les remous du châtiment divin sur le titre Mabool, sensation qui perdure sur The storm still rages inside qui, bien que moins tourbillonnant, sonne comme un glas de fin du monde. Les accords apaisés du final Rainbow sont - c’est le cas de le dire - un réel havre de paix après la tempête.

Chaque élément se trouve à sa place : les morceaux sont profondément mélodiques tout en conservant une puissance de feu apte à faire barrière à tout soupçon de fadeur. Les voix féminines angéliques et les sections d’instruments traditionnels arrivent toujours à point nommé pour éviter toute surdose metallique. Ainsi, le rude The kiss of Babylon se termine en psalmodies mystiques, avant de se fondre en douceur dans le chant tribal et les percussions sahariennes de A’salk. Le bouzouki et l’oûd (sorte de luth arabe) sont utilisés avec parcimonie, mais leur présence se fait suffisamment ressentir pour qu’ils deviennent des éléments indispensables à la bonne marche de la musique. La manière dont ces différentes sections traditionnelles sont agencées au cœur des morceaux est tout simplement éclatante de génie, et je connais un groupe brésilien qui ferait bien d’en prendre de la graine s’il veut arrêter patauger dans la médiocrité... Même dans les parties les plus électriques et saturées, on a de loin en loin l’impression de distinguer un esprit particulier qui n’aurait pu être apporté par une formation allemande ou scandinave. Orphaned Land a eu largement le temps de peaufiner cet album durant les 8 dernières années, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça se sent ! Inutile de tergiverser : le groupe israélien, avec cette œuvre profonde et originale, impressionnante de maîtrise et délicieusement exotique, vient d’offrir un des albums metal de l’année !

Dernière anecdote : Orphaned Land, outre le fait de commencer à faire sérieusement parler de lui en Europe, possède déjà une petite fan-base dans les pays arabes, spécialement la Jordanie et l’Egypte. Lorsqu’on connaît la manière dont le metal est généralement considéré dans ces contrées, et la tension permanente liée au problème palestinien, on doit admettre qu’il s’agit là d’une bien belle démonstration de la manière dont la musique peut transcender les clivages ethniques, politiques ou religieux.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 9 contribution(s) au forum.

Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"
(1/5) 25 novembre 2016
que dire d’un genie qui se doit d’etre ecouté
(2/5) 21 janvier 2006, par ato_hell
l,algerie aussi aime orphand land
(3/5) 29 mars 2005, par juanito
> Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"
(4/5) 20 mars 2005, par Nico
> Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"
(5/5) 2 août 2004, par Richard Cohen




Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"

25 novembre 2016 [retour au début des forums]

I like this album which features most of my favorite songs of the band. - Bath Planet

[Répondre à ce message]

que dire d’un genie qui se doit d’etre ecouté

21 janvier 2006, par ato_hell [retour au début des forums]

salut a tt la redaction de cette exellent site , tt d’abord je voudrias tiré un grand chapeau a tt les croniqeurs , et a leur belles plumes, je voudria juste dire que je usis algerien musulman et partiquant , et que cela ne m’empeche en rien d’aprecier a ca juste mesure le talent et la grandeur de ce group qui est orphand land je les ecoute depuis el nora allila et je pense qu’il ne decevront jammais leur public,, c domage comme vous le ditez qu’il ne connaissent pas le succés qu’il leur est du,,il sont sans aucune contestatation l’un des groupe phare du metal ,une grande leçon d’esprit a tt les bouché de la tete ,je suis arabe et j’aime ces juifes ,merci

[Répondre à ce message]

l,algerie aussi aime orphand land

29 mars 2005, par juanito [retour au début des forums]

A la fin de votre article vs avez mentionné qu,il ya des fan club d,orphand land en egypte et en jordanie,h ben je vs annonce que meme si ya pas de fan club,ce groupe doit avoir plus de fan en afrique du nord et surtout en algerie.Si un jour il font un cancert ici vs pouvait etre sur qu,un stade de 100.100 ne suffirai pas.
Je voulait rajouté que leur dernier album c de la bombe.
juanito vs saluent.

[Répondre à ce message]

    Venez en algerie et vous serai qu’est ce que c le vrai Metal ...

    31 mars 2006 [retour au début des forums]


    je me presente je suis d’un groupe d’orient-metal algerien qui sappelle moudjiza qui veux dire miracle et ont a le meme style qu’orphaned land ont melange de l’oriental avec du metal et ca donne des sons incroyable .Un p’tit com vous oubliez l’algerie alors que vous pouvez pas imaginer le nombre de metalleux qu’il ya alors n’oublier pas qu’il ya l’afroque du nord ;)) Merci

    [Répondre à ce message]

> Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"

20 mars 2005, par Nico [retour au début des forums]

Le concept album mabool est magistral. Il faut l’ecouter et le réecouter plusieurs fois pour en retenir toutes les subtilités.
L’une de mes chansons préférés d’Orphaned Land (qui n’est pas sur Mabool) est El Meod Na’ala ... a couper le souffle, totalement hypnotisant (un peu comme la musique des derviches tourneurs) et il faut avoir lu les paroles traduites... une claque. Cette chanson est en fait la version metal d’une chanson traditionnelle juive.
Orphaned Land reussit le melange parfait entre metal, traditionnel, etc... en un mot TOTALEMENT inclassable.
Juste une précision, je n’aime pas du tout en général le metal... voici mon exception.

[Répondre à ce message]

> Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"

2 août 2004, par Richard Cohen [retour au début des forums]

Tres bon article sur un groupe que j’apprecie tout particulierement en pariculier l’album "EL NORRA ALILA" qui est bien representatif de leur facon de penser.

Une petite remarque par rapport a la chanson "NORRA EL NORRA",les paroles sont en hebreu et non en arabes.

[Répondre à ce message]

    > Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"

    4 septembre 2004, par sarah666 [retour au début des forums]


    moi j aime tt leurs albums sahara et mabool
    c pas un groupe xenophobe non plus ki fait qu augmenter mon amour pour eux
    nous les arabes nous vivons mal a cause des guerres et du racisme en plus
    leur music nous permet d oublier nos malheurs

    [Répondre à ce message]

      > Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"

      30 mars 2006, par iron_axl [retour au début des forums]


      slt a tous
      bon voila je suis un algerien kabyle et ca fé po long temps que jai dicouvert ce group .je trouve que c un excellent group .mais le probleme c que j’ai ecouté q1 seule album qui est le dernier mabool je voudrai bien que quelq1 me donne des liens pour que je puisse telecharger les deux autre album .
      merci davance
      que dieu garde le hard rock .lol

      [Répondre à ce message]

    > Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"

    7 janvier 2005, par Ilan LEVI [retour au début des forums]


    Par contre, il existe bel est bien des morceaux de ce groupe qui sont chantés en arabe. Notament Ornaments of gold de leur cd Sahara !
    bon weekend

    [Répondre à ce message]