Pop-Rock.com


L’album du mois de juin
Nightwish : "Once"
Nouveaux désirs nocturnes...

jeudi 17 juin 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Symphony X : "Paradise lost"
Dark Suns : "Grave human genuine"
Guilt Machine : "On this perfect day"
In Flames : "Soundtrack to your escape"
(Həd)p.e. : "New world orphans "
Slayer : "God hates us all"
Tiamat : "Amenethes"
Rosetta : "Wake/Lift"
Serj Tankian : "Elect the dead"
Heaven & Hell : "Live Radio City Music Hall"


Au vu de la débauche de déclarations dithyrambiques dont nous avait gratifiés à propos de la formation finlandaise avant la sortie de ce nouvel opus, la moindre des politesses de leur part aurait été de nous sortir un album à la hauteur de ses promesses. Le pari n’a pas été tenu à la perfection : Once n’est pas à la hauteur des attentes placées en lui, il leur est infiniment supérieur !

Parce qu’on a beau adorer Nightwish, il faut bien admettre que le groupe n’avait plus vraiment réussi à convaincre depuis le fabuleux Oceanborn en 1998. La déception éprouvée durant les 5 années qui suivirent se nourrissait plus de leurs difficultés à atteindre à nouveau de tels sommets que d’une réelle et subite incapacité de Tuomas Holopainen à composer le moindre titre valable. Wishmaster avait amorcé une période plus pop, avec des morceaux simples, simplistes mêmes, et dépourvus de tout ce qui avait fait la gloire de Nightwish. Century child avait renoué avec une certaine ambition, mais sans jamais retrouver la saveur des premiers albums.

Deux précautions d’usage sont à prendre préalablement à l’écoute de ce nouvel album. Un : Nightwish se donne les moyens de toucher le plus large public possible et continue à creuser dans la veine pop-metal. Deux : Tarja semble avoir définitivement abandonné ses manières de cantatrice. Je m’explique : plus que jamais sur cet album, Nightwish a délaissé sa vision puriste du metal scandinave pour une approche ouvertement popisante, pouvant même toucher un non-amateur de metal. Il ne faut cependant pas en déduire que les compositions sont subitement devenues molles et sucrées. Non, il faudra toujours posséder un certain niveau de tolérance envers les riffs tranchants et une rythmique tonitruante pour apprécier la musique du groupe. Il reste que leurs compositions n’ont jamais semblé aussi faciles d’accès. En vérité, il est assez difficile d’isoler clairement le ou les éléments qui font que Nightwish est maintenant prêt à entrer en lice avec les groupes de metal majeurs du moment. Les refrains hyper accrocheurs ? Les cavalcades de clavier, parfois mélancoliques, parfois mutines ? Les orchestrations symphoniques, puissantes sans être envahissantes, qui atteignent parfois la grandeur de celles d’un Rhapsody, langueur septentrionale mise à part ? Ou bien les nombreux styles abordés à travers l’album ? Probablement un peu de chacun d’entre eux.

Deuxièmement : Tarja, soprano de formation, ne s’était jamais privée de faire étalage de ses dons lyriques, avec une emphase que d’aucun trouvaient préjudiciable à la dignité de leur musique. On se souviendra par exemple, avec émotion ou effroi suivant les affinités, des vocalises impressionnantes de Passion & the opera. Cette caractéristique qui faisait de Nightwish un groupe unique au monde et, paradoxalement, l’empêchait de jouer dans la cour des grands. Aujourd’hui, la voix est toujours aussi pure et cristalline mais le chant est devenu plus classique, plus fluide, débarrassée des multiples effets d’antan. Moi qui n’avait jamais juré que par Oceanborn, j’appréhendais ce nouvel album comme un clou de plus planté dans le cercueil de ce qui avait été mon groupe de metal favori à une époque. Tragique erreur : les deux premières minutes de Dark chest of wonders m’ont définitivement convaincu qu’on tenait là un grand, un très grand album de Nightwish. Ce morceau, de facture power-metal épique assez classique, n’est pourtant guère différent de ce à quoi le groupe nous avait habitué. Mais l’interprétation de Tarja et l’écriture de Holopainen ont retrouvé toute leur magie. Après la prestation sans défaut mais sans grande conviction des deux albums précédents, on a peine à assimiler ce qu’on entend, et il faut attendre que les premiers frissons vous parcourent la colonne vertébrale pour comprendre que ces six années d’attente en valaient finalement la peine. On se souvient alors que Tarja n’est qu’interprète dans l’histoire. Le véritable socle du groupe a toujours été le claviériste Tuomas Holopainen qui, par conséquent, porte une grande responsabilité dans le nivellement par le bas des deux derniers albums. On ne peut pas demander à une vocaliste, même de l’envergure de Tarja, d’accomplir des miracles sur des compositions moyennes. Et la vérité explose ici plus clairement que jamais : quand la plus grande chanteuse et l’un des meilleurs compositeurs metal s’en donnent la peine, le résultat frôle à chaque fois la perfection (et lorsque je dis "frôler", il ne s’agit que d’une tentative désespérée de rester objectif.)

Changement radical de style et d’ambiance dès la deuxième plage : Wish I had an angel voit l’intervention râpeuse du bassiste Marko Hietala qui partage équitablement la vedette avec la déesse nordique. Mais c’est surtout la rythmique techno-indus écrasante, proche de celle d’un Rammstein, qui surprend. Deuxième médaille d’or pour le groupe, avec ce titre ébouriffant qui fait passer pour la première fois le headbanging au premier plan des préoccupations du groupe. Après ces deux très hauts faits d’armes, le fameux single Nemo paraît presque "normal" en comparaison. Mélangeant harmonieusement claviers mélancoliques et guitares fortes sans jamais être hargneuses, cette piste au refrain très accrocheur est effectivement un choix idéal pour une sortie en single. Planet hell, ténébreux et inquiétant, est un dernier coup de semonce, avant les premières notes de l’autre merveille de Once : Creek Mary’s blood. A première vue, il y avait pourtant de quoi être méfiant : une balade langoureuse, sur le thème des indiens d’Amérique, truffée de choeurs tribaux, d’instruments native, et agrémentée de la prestation de John Two-Hawks, flûtiste indien renommé. Que des Finlandais s’attaquent aux histoires de l’ouest américain est pour le moins étonnant, voire même potentiellement source de ridicule. Mais après une seule écoute, on n’éprouve plus l’envie de rire. La prestation Tarja y est au delà de toute appréciation humaine. L’expression "voix d’or fondu", entendue à propos d’Annie Lennox, et qui me plonge toujours dans un abîme de perplexité, me paraît néanmoins ici tout à fait appropriée. Ne me demandez pas pourquoi. Vous l’avez compris, cette balade est l’un des plus belle qu’il m’ait jamais été donné d’entendre, manquant même de détrôner Swanheart (de Nightwish aussi, comme par hasard !) dans mon hit-parade personnel. Il est vrai qu’on aurait pu se passer de l’intervention finale en dialecte lakota du brave Injun mais, le sujet semblant tenir à cœur au leader du groupe, cela n’a finalement guère d’importance.

On pourrait aussi parler des soupirs mystiques de The siren, de la beauté baroque de la longue suite Ghost love score, de la délicatesse de la surprenante balade en finlandais Kuolema tekee taiteitijan, mais on ne le fera pas. La faute au groupe qui nous a entraîné vers de telles hauteurs qu’il est impossible de redescendre suffisamment vite pour juger à leur juste valeur les morceaux moins miraculeux de la seconde moitié de l’album. Une nouvelle écoute, débutée à la piste 6, remet les choses en perspective : les 7 derniers morceaux sont eux aussi de véritables bijoux ; leur seule différence réside dans la certitude qu’ils ont été composés et chantés par des humains, sans pacte aucun avec le monde elfique. Ces titres feraient tout de même frémir de jalousie Lacuna Coil, Edenbridge ou After Forever, sans même parler d’Evanescence, hors concours depuis longtemps.

Inutile de tergiverser : Once, tout différent qu’il soit par son optique et sa production, est le véritable successeur d’Oceanborn, l’album du groupe qu’on n’osait plus attendre. Once ne se contente pas d’être simplement excellent, il fait partie de ces rares production dont on tombe instantanément amoureux dès la première seconde. Il serait vraiment surprenant qu’on découvre mieux cette année dans le domaine du metal. Je ne doute pas que ce chef d’oeuvre est suffisamment chatoyant et accessible pour risquer d’essuyer les remarques acerbes de certains : défenseurs du true metal viril, gardiens de l’orthodoxie, ennemis de tout ce qui semble susceptible d’avoir du succès...Qu’ils se rassurent, personne ne les forcera à écouter Once... Mais ils ne savent pas ce qu’ils ratent !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 16 contribution(s) au forum.

Nightwish : Once-Agréablement surpris !
(1/7) 24 avril 2006
> Nightwish : "Once"
(2/7) 10 août 2005, par Erya
> Nightwish : "Once"
(3/7) 19 juillet 2005
> Nightwish : "Once"
(4/7) 9 juillet 2005, par Angel
> Nightwish : "Once"
(5/7) 14 juillet 2004, par Phil
> Nightwish : "Once"
(6/7) 30 juin 2004, par Vafanc
> Nightwish : "Once"
(7/7) 17 juin 2004, par Triskelion




Nightwish : Once-Agréablement surpris !

24 avril 2006 [retour au début des forums]

Je ne dirais pas que c’est leur meilleur album mais peut-être le deuxième ? Un album un peu plus compliqué que les précédents (attention c’est quand même pas du progressif là) à conseiller fortement !

En passant, pourquoi comparer Evanesance à des groupes comme Within Temptation, The Gathering et Nightwish ? Eva n’arivent pas à la cheville de ces formations là.

[Répondre à ce message]

> Nightwish : "Once"

10 août 2005, par Erya [retour au début des forums]

Je pense qu’on ne peut pas comparer Lacuna Coil avec Eva et Nightiwish ça serait dénigrer leur travail et comme ils le disent et comme je le confirme ! Italian do it better !. On a cette idées des italiens en france comme des gens au sang chaud ! ca se ressent dans la musique de LC ! et la lenteur des gens du nord non ? les chansons de Once sont longues... lentes... début du solo .. fin du solo .. oh 4 min ! .. La chanson " Kuolema Tekee Taiteilijan " c’est le vrai titre wi wi ! euh bah .. on entend quoi " sexi mixi sexi " euh .. sexe ? si vous voulez madame..

Nigtwish est nigtwish seulement grace a " Sleepwalker " . Once . 6/10.

Lacuna Coil et Mars Volta sont intouchables ! laissez les aux cieux ils le méritent !

[Répondre à ce message]

    > Nightwish : "Once"

    10 août 2005, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Question de goût tout cela...on peut très bien préférer à la chaleur du sud cette froideur mélancolique que les latins seront toujours incapables de saisir...

    Quant à Once, vous êtes certain d’avoir bien écouté ? Car en dehors des deux balades assez longues, le reste est plus qu’énergique. J’aime beaucoup Comalies , In a reverie et Lacuna Coil dans l’ensemble, mais j’ai tendance à me lasser relativement vite du côté léthargique et peu flamboyant de leur musique. Certes, c’est sensuel, sombre et félin...mais moi, ça ne me suffit pas.

    Quant à "Kuolema Tekee Taiteilijan ", ne parlant pas le finlandais, je n’ai aucune idée de son contenu, même si on peut supposer qu’il s’agit d’un histoire de lacs, de forêts et de neiges éternelles surtout apte à toucher l’âme...des finlandais justement.

    [Répondre à ce message]

> Nightwish : "Once"

19 juillet 2005 [retour au début des forums]

Quand tu joueras comme eux, tu pourras les critiquer

Dom’s

[Répondre à ce message]

> Nightwish : "Once"

9 juillet 2005, par Angel [retour au début des forums]

J’aime beaucoup cette chronique, car je suis fan de Nightwish. Je n’écoute pas ça tout le temps mais à chaque fois je passe un moment unique.

ce qui me choque, c’est ce message ou il est écrit "nightwish premier dans les collèges de france et de navarre"... OUOUOUOUi bien sûr tout le monde connaît Nightwish -_- dans les collèges très peu de jeunes connaissent car beaucoup se cantonnent à NRJ, Skyrock (qui aurait du s’appeller Skyrap) et Europe 2 (qui se dit rock et qui passe du Beyoncé -_-). Ensuite, je ne vois pas ce qui peut faire dire cela puisque Nightwish est un groupe À PART ENTIÈRE, on peut ne pas aimer, je le conçois, car cet une musique qui diffère d’autres, cependant, on ne peut pas leur reconnaître du talent, une inventivité : de plus, ils ne se renouvellent pas. On voit nettement l’évolution entre Angel Fall First et Oceanborn. OK, petite baisse de régime avec Wishmaster qui était trop facile, mais ensuite ils ont rebondi avec Century Child puis avec cette perle symphonique qu’est Once. Alors bon. Ils ont évolué, progressé, et ne sont pas tombés dans la facilité comme The Silent Force de Within temptation (j’ai adoré mother earth mais là... bref).

Même si l’on n’aime pas, il faut au moins argumenter, sinon ce n’est pas la peine de poster des remarques aussi puériles. Et qu’on ne vienne pas me dire que je suis une vieille aigrie a cheval sur les principes, j’ai 17 ans et je sais au moins m’exprimer pour que mes commentaires aient un peu plus d’intérêt qu’un CD de Lorie.

Merci à Msieur Lenglet (désolée je n’ai pas retenu le nom ^^’’’) pour cette chronique qui m’a mise en joie !

[Répondre à ce message]

> Nightwish : "Once"

14 juillet 2004, par Phil [retour au début des forums]
Le forum de l’Egrégore

Je connaissais Nightwish de nom sans jamais avoir eu l’occasion d’entendre un morceau. Je n’avais pu qu’admirer les splendides pochettes de leurs albums.

Puis il y a 1 mois j’ai pu écouter "Wishmaster" et "The kinslayer". J’ai tout de suite été emballé, tant la voix est belle et les morceaux entraînants.

Ce coup-ci, décidé à ne pas louper le train j’ai sauté le pas en achetant cet album, Once. Quelle claque !

C’est la plus belle chose que j’ai écouté depuis un bon bout de temps. Tout est magnifique, aussi bien le chant que les claviers.
Je vais pas trop m’étaler, d’autant plus que tout a été dit dans l’article, mais je ne saurais que trop conseiller l’écoute de cet album à tout le monde (amateur de métal ou non). Mention toute particulière à la chanson n°9 "Ghost love score" qui m’a renversé par sa beauté ! Quand on croit qu’elle finit elle continue de plus belle, nous fait vibrer avec un orchestre et prolonge la jouissance auditive encore et encore. Tout simplement magnifique ! Devenue illico une de mes chansons préférées. Si dans le futur j’ai le "loisir" de préparer mes funérailles, je ferai en sorte qu’on passe ce morceau ; tant pis pour les commodités !

Contraste saisissant : j’ai écouté cet album en boucle toute une matinée et immédiatement après, à la télé, je suis tombé sur "Ma révolution" de qui vous savez.. ! Même en sachant que ça ne tape pas dans le même registre, le choc a été dur.

Donc à ceux qui écouteront cet album pour la première fois : N’ECOUTEZ RIEN D’AUTRE JUSTE APRES !

[Répondre à ce message]

> Nightwish : "Once"

30 juin 2004, par Vafanc [retour au début des forums]

On dirait Bonnie Tyler meets Krokus in a "maison de retraite" dans la forêt allemande...

[Répondre à ce message]

    > Nightwish : "Once"

    15 juillet 2004 [retour au début des forums]


    kler, je voi bien mémé en train d’ecoutre cette "musique" dans cs maison de retraite bavaroise...

    /**--->Nightwish<---**\vous avez Dja entendu pire ???

    [Répondre à ce message]

> Nightwish : "Once"

17 juin 2004, par Triskelion [retour au début des forums]

J’ai vraiment eu peur en lisant dans les premières lignes que l’album ne tenait pas ses promesses, mais j’ai tout de suite été rassuré. Rien a redire sur la critique complète et bien faite (ce qui est souvent le cas sur ce site ;). Peut etre que les quelques mots en dialecte indien dans Creek Mary’s Blood font partie de cette petite ombre qui vise a penser que Nightwish fait un peu plus dans le commercieal (que veut-on, faut quand même vivre) mais au niveau vocal, musical et personnel, je trouve qu’il y a beaucoup d’investissement de la part de chaque membre du groupe. J’ajouterais aussi que le groupe a fait ici appel a un grand orchestre londonien (celui qui a signé la bande originale du seigneur des anneaux) pour réaliser les accompagnement classiques, si c’est pas une preuve de qualité ça ?

[Répondre à ce message]

    > Nightwish : "Once"

    15 juillet 2004 [retour au début des forums]


    non !!! ce n’est pas une preuve de qualité...c t juste une des conditions sinequanon pour obtenir une galette taillée sur mesure pour devenir un blockbuster...

    Nightwish : n°1 dans tous les colleges de France et de navarre...pouah !!!

    [Répondre à ce message]

      > Nightwish : "Once"

      15 juillet 2004 [retour au début des forums]


      Je te comprends... Moi aussi j’ai du mal à écouter des disques produits à plus de 3 exemplaires.

      Et quand j’apprends qu’il y a au moins 50 personnes qui connaissent, alors là je le jette sans scrupule.

      Plus sérieusement je vous trouve bien difficile !

      [Répondre à ce message]

        > Nightwish : "Once"

        16 juillet 2004, par argröoh, ermite de son état [retour au début des forums]


        Au lieu de vouloir à tout prix être "underground", vous feriez mieux de vous pencher sur la qualité de la musique !

        (même si j’avoue également avoir une tendance à apprécier des groupes lettoniens qui n’ont sorti qu’une demo tape 1000 hand-numbered en 5 ans...)

        [Répondre à ce message]

    > Nightwish : "Once"

    18 août 2004 [retour au début des forums]


    je trouve que le nouvel album de nightwish est tout simplement un chef d’oeuvre !
    les chorales apportent beaucoup et la voix de tarja reste tout simplement envoutante et nightwish a prouvé toute sa valeur avec "once".
    Même si le groupe commence a tourner vers le commercial (on y est pas encore tout à fait mais on s’approche gentillement !)il reste de qualité c’est indiscutable dans le rang des fans...je crois !!? ;-)

    [Répondre à ce message]

      > Nightwish : "Once"

      29 octobre 2004, par Ktulu [retour au début des forums]


      Commercial...le groupe sera commercial quand ils seront diffusés en boucle sur radio contact et c’est pas demain la veille...Non sérieusement lachez-nous les baskets avec vos histoires de commercial/underground. On peut vendre beaucoup et faire de la musique de qualité (Iron Maiden a vendu qques millions d’albums à titre d’exemple)et ce n’est pas parce qu’on est ds l’underground qu’on fait de la musique de génie. De la merde, il y en a partout...

      [Répondre à ce message]