Pop-Rock.com



Moonspell : "Night eternal"
Le zénith

dimanche 8 juin 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Tobias Sammet’s Avantasia : "The Metal opera I & II"
Summoning : "Oath Bound"
Sepultura : "A-lex"
Artefact : "Ruins"
Stratovarius : "Stratovarius"
The Gathering : "Souvenirs"
Manowar : "Warriors of the world"
Anthrax : "We’ve come for you all"
Megadeth : "United abominations"
Children Of Bodom : "Are you dead yet ?"


Après les tacherons de Crematory et les perfectionnistes froids de Tiamat, le troisième groupe assimilé goth de la semaine est également celui pour qui ce qualificatif est beaucoup trop réducteur : Moonspell, venu d’un pays plus renommé pour le fadó que pour sa scène metal mais qui s’est imposé au cours des années 90 comme l’une des sensations les plus excitantes de la scène européenne.

Toutefois, Moonspell semble en avoir terminé avec les audacieuses expérimentations de l’ère Sin/Pecado et Butterfly effect. Si Night eternal ne se démarque pas fondamentalement des tendances développées à travers Memorial, il n’en reste pas moins que l’évolution qualitative du groupe est palpable.

Les orchestrations symphoniques ont conservé toute leur majesté mais, plus intelligemment agencées, elles gagnent encore en puissance d’évocation. Même remarque pour le chant de Ribeiro, qui recherche moins la brutalité à tout prix et atteint un équilibre parfait, entre death-growling plus féroce que jamais et chant clair débordant de charisme. En dehors d’un duo réussi avec Anneke van Giersbergen, Night eternal ne fait franchement pas dans la dentelle et se présente du début à la fin comme un album de metal solidement charpenté, tout à la fois brutal et maîtrisé, qui ne fait aucune concession en faveur d’auditeurs occasionnels. Mais ce qui frappe surtout à l’écoute de cet album, c’est qu’il ressemble à une version finalisée de l’album précédent, qui donnerait dès lors presque l’impression de n’avoir été qu’un brouillon inabouti.

Avec la richesse étonnante dont font preuve cette dizaine de nouvelles compositions, cette atmosphère toujours aussi lugubre et cérémoniale, et sa violence qui ne semble jamais gratuite, Moonspell n’est pas loin de livrer son meilleur album, à défaut d’être le plus surprenant et original. Revenu à une notion plus traditionnelle du metal sombre, Moonspell maîtrise aujourd’hui son art à la perfection et a vraisemblablement atteint le zénith de ses capacités. Espérons qu’il n’en redescende pas trop rapidement.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Moonspell : "Night eternal"
(1/1) 12 juin 2008, par vehau




Moonspell : "Night eternal"

12 juin 2008, par vehau [retour au début des forums]

Peut-être n’ais-je pas encore assez écouté ce nouvel opus de Moonspell, mais je suis pour le moment moyennement emballé. Non pas que l’album soit mauvais, loin de là, tout est parfaitement maîtrisé, et on tient là une excellente galette.

Mais les diverses écoutes me laissent la même impression que pour le dernier Dimmu Borgir, In Sorte Diaboli. Du bon boulot, bien fichu, efficace, mais au final très classique, rien ou très peu qui relève la sauce. Là où on attendrait un peu plus de fantaisie, ou de grands moments forts, on a affaire à une suite de titres efficaces mais sans plus.
Je dois regretter un peu les "audacieuses expérimentations" de naguère, mais encore une fois, il est plaisant à écouter et va séjourner quelques temps sur ma platine au titre de dernier effort de Moonspell, en attendant quelque chose de plus percutant.

[Répondre à ce message]