Pop-Rock.com



Moonspell : "Memorial"
En souvenir des ténèbres

dimanche 2 juillet 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Type O Negative : "Life is killing me"
Grip Inc. : "Incorporated"
Opeth : "Ghost reveries"
Sixx A.M. : "The heroin diaries soundtrack"
Iron Maiden : "Dance of death"
Despairation : "A requiem in winter’s hue"
Gamma Ray : "No world order !"
Cannibal Corpse : "Kill"
Evanescence : "The open door"
Slayer : "God hates us all"


Si le Portugal n’est pas exactement le territoire auquel on pense d’instinct lorsqu’on on parle de metal enragé et lugubre, Moonspell a pourtant référencé, depuis le milieu des années 90, le pays des Lusiades comme la terre natale d’un de ses plus brillants représentants. Ayant démarré comme un classique groupe de metal extrême gratifié d’un fond occulte, Moonspell avait su considérablement évoluer au cours des années 90, relayant par sa musique des éléments blues, classiques, tribaux et même electro et expérimentaux (cette reprise de Depeche Mode !) qui furent accueillis par le public avec des fortunes diverses. Cette inconstance volontaire avait en tout cas positionné la formation de Lisbonne comme un phénomène agréablement imprévisible dont la carrière méritait d’être suivie avec attention.

Une fois n’est pas coutume, après un Antidote qui tranchait avec le passé immédiat et renouait maladroitement avec les tendances rageuses des origines, Moonspell ne surprend pas. Peut-être las des perpétuels volte-face qui ont caractérisé l’essentiel de sa carrière, les Lisboètes semblent être définitivement revenus de leurs expérimentations trop souvent décriées par les puristes. Il y a de l’Irreligeous, voire du Wolfheart dans ce Memorial qui, tourné vers le passé comme il l’est, porte décidément bien son nom. Habitués à la nouveauté comme on l’était, on aurait pu être déçu par cet album finalement très conforme à leur esprit originel. C’est sans compter le talent infini du groupe - un peu occulté par leur course à l’évolution - pour marier une brutalité totale à des ambiances ténébreuses qui, sans être réellement surprenantes, génèrent toujours un effet certain.

Toute éventuelle maladresse de jeunesse, toute baisse de régime dans la conviction artistique du groupe a été impitoyablement balayée pour la plus grande réussite de cette oeuvre ténébreuse, puissante à souhait, intensément réfléchie - mais ça, c’est une habitude - de la première à la dernière note. Loin de se vouer exclusivement à la mise en oeuvre d’un death ravageur, ni même d’atmosphères occultes et inquiétantes, Memorial passe de l’un à l’autre sans efforts, accouchant d’une œuvre aux contours variés et aux couleurs changeantes, même si elles voguent perpétuellement du côté obscur de la force. Face à la brutalité sans concessions d’un Finnistera, le calme inquiétant d’un Sanguine rétablit l’équilibre. A la déferlante rocailleuse de Upon the blood of men répond le mysticisme de Luna. Le tout étant constellé d’intermèdes judicieux, pas forcément extraordinaires en tant que tels, mais qui s’harmonisent à la perfection à la succession de morceaux.

Cette relative variété n’empêche pas Fernando Ribeiro d’accorder une prééminence plus imposante que jamais aux grondements death, qui relèguent ici son fameux chant clair à la noire suavité au rang de détail sans grande influence. Heureusement, même dans la catégorie des éructations rauques, Ribeiro reste un vocaliste d’exception, qui ne se contente jamais de faire bêtement vibrer sa paroi abdominale mais apporte en toutes occasions une personnalité très marquée à chaque morceau.

Certes, Moonspell n’échappe pas à certaines redites (si vous espérer retrouver la sensation d’intense surprise provoquée par un Sin/Pecado, autant passer votre chemin), ni ne parvient à éviter perpétuellement certains clichés de la musique sombre (avalanche de claviers symphonico-horrifiques, vocaux féminins efficaces mais quelque peu prévisibles,...). Mais qu’importe : alors que les ténors de la scène extrême se sont contenté dernièrement de tourner en roue libre, Moonspell continue à soigner intensément l’architecture et les ambiances libérées par ses œuvres. Pour l’originalité et le défrichage de nouveaux territoires, il faudra vraisemblablement attendre la prochaine fois, mais si vous souhaitez simplement écouter un excellent album de metal sombre, symphonique mais pas trop, et composé avec un souci obsessionnel du détail, Memorial est ce qui s’est fait de mieux depuis bien longtemps.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Moonspell : "Memorial"
(1/2) 13 octobre 2016
Moonspell : "Memorial"
(2/2) 3 août 2006




Moonspell : "Memorial"

13 octobre 2016 [retour au début des forums]

This is really an impressive expression of their talents. This album really rocks. - Bath Planet

[Répondre à ce message]

Moonspell : "Memorial"

3 août 2006 [retour au début des forums]

Et merde, une journée gâchée ! Je suis d’accord avec Lenglet.

[Répondre à ce message]