Pop-Rock.com



Megadeth : "United abominations"
Apocalypse now

mardi 26 juin 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Celtic Frost : "Monotheist"
The Devin Townsend Band : "Synchestra"
Type O Negative : "Dead again"
Dream Theater : "Systematic Chaos"
Hail of Bullets : "Of frost and war"
Marduk : "World funeral"
Dream Theater : "Octavarium"
Ankla : "Steep trails"
Heaven & Hell : "The Devil you know"
Warrel Dane : "Praises to the war machine"


Les dix dernières années n’ont pas été fastes pour Megadeth, c’est le moins qu’on puisse dire. Entre conflits larvés en interne, orientation incertaine de leurs albums et problèmes physiques, toxicologiques et financiers dans lesquels se débattait Dave Mustaine, l’ancienne référence du thrash était à peu de choses près devenu « l’homme malade du metal ». Il fallut attendre 2004 et un The system has failed, certes perfectible mais parfaitement comestible, pour que le groupe californien retrouve un semblant de prestance. Bonne nouvelle : il est aujourd’hui avéré qu’il ne s’agissait pas là d’un coup d’éclat sans lendemain.

Sommairement, on peut considérer que ce United abominations se positionne dans la continuité de son prédécesseur, avec des compositions qui tapent dans toutes les périodes de la discographie du groupe mais tentent cette fois de renouer autant que possible avec ses jeunes années. Le résultat final est plus inspiré que sur l’album précédent, notamment grâce à quelques sarabandes effrénées (Sleepwalker, Washington is next) qui parviennent presque à retrouver le souffle décapant de l’époque Rust in peace et d’autres qui, bien que davantage dans une optique Risk ou Cryptic warnings de sinistre mémoire, n’en demeurent pas moins d’un très bon niveau. Ce n’est pas encore cette fois que Megadeth évitera les baisses de régime occasionnelles mais si quelques morceaux restent malgré tout un peu faiblards (Blessed are the dead par exemple), United abominations laisse quand même une impression globale plus que positive. Malgré sa production résolument moderne, ce onzième album de Megadeth est magnifiquement - ou désespérement, ça dépend du point de vue - old school, avec des soli ultra techniques en cascade, comme on n’en rencontre plus guère aujourd’hui. Rien à voir avec un quelconque astiquage de manche injustifié, ces acrobaties musicales se fondent parfaitement dans les différents morceaux et sont si parfaitement exécutées qu’elles gèlent instantanément toute critique qui leur serait adressée.

Fidèle à lui-même, Dave Mustaine est toujours un fervent adepte des morceaux militants. Qu’il s’agisse d’un réquisitoire impitoyable contre l’ONU, coupable à ses yeux d’inutilité viscérale (United abominations) ou du constat glacial que le fanatisme messianique des uns n’est peut-être pas fondamentalement éloigné de celui des autres (Amerikhastan), le monde selon Mustaine oscille toujours entre prévisions apocalyptiques et fatalisme ombrageux. L’homme n’a jamais mâché ses mots et bien qu’ouvertement républicain et d’une religiosité parfois inquiétante, personne ne semble trouver grâce à ses yeux aujourd’hui. Un mot, encore, sur ce qui a été choisi comme premier single offensif de l’album : rien de moins que le célébrissime A tout le monde, tiré du Youthanasia de 1994, et remis au goût du jour pour l’occasion. S’il est légitime de juger le procédé un peu limite, le résultat s’avère finalement plutôt attrayant. De cette réédition, on oubliera rapidement la présence de Christina Scabbia de Lacuna Coil, plutôt insignifiante, mais pas la réinstrumentation du morceau. Bien que plus « popisante », elle confère une touche vraiment agréable à ce classique du rock des années 90 - même si les fans de la première heure la renieront sans doute en bloc.

Un bon album donc, peut-être même le meilleur qui soit sorti depuis Countdown to extinction. Si Megadeth n’est clairement plus la légende vivante qu’il fut à une époque, il n’en reste pas moins que la très bonne tenue de ce retour aux affaires, à présent définitif, augure du meilleur en ce qui concerne l’avenir.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Megadeth : "United abominations"
(1/2) 4 septembre 2009, par Moi
Megadeth : "United abominations"
(2/2) 26 juin 2007, par Rico




Megadeth : "United abominations"

4 septembre 2009, par Moi [retour au début des forums]

"The System Has Failed", loin d’être merveilleux, se laissait écouter.

Son petit frère est nullissime. Sorti d’un "Washington is Next" très accrocheur et bien construit, ce disque n’a aucun intérêt.
Et accessoirement, on parle de retour au Thrash Metal sur ce disque... où donc ? Pas de Thrash ici, c’est du Heavy raté. Mais après tout, ce n’est qu’une histoire d’étiquette. Si le contenu avait été à la hauteur...

Riffs recyclés, soli sans queue ni tête qui bouffent tout l’espace, et surtout un Dave je m’en foutiste qui ne se fatigue même plus à produire des mélodies vocales (c’est bien simple, il parle et déclame tout du long) ni à soigner ses refrains (très frustrant quand on connait le savoir-faire qu’il avait fini par acquérir en la matière).

Vous voulez bouffer du solo à tous les étages ? Mustaine a pensé à vous.
Mais si vous voulez écouter de bonnes chansons, allez voir ailleurs.

[Répondre à ce message]

Megadeth : "United abominations"

26 juin 2007, par Rico [retour au début des forums]

Oui Megadeth relève un peu la tête, mais c’est quand même besogneux. La barre était certainement placée tellement haute avec Rust que le niveau est difficile à maintenir, même si je préfère voir Mustaine revenir à son speed-trash d’antant que ses expérimentations plus récentes (qui se souvient d’un seul morceau de Risk ?). Par ailleurs, je sais que le contenant doit se détacher du contenu mais par Odin, quelle pochette craignosse !
Je viens de les voir au Hellfest à Clisson, la nouvelle clique assure bien en concert, c’est déjà ça.
Sacré Mustaine, entre coups de génie et périodes de grave secheresse créative, c’est vraiment un phénomère !

[Répondre à ce message]

    Megadeth : "United abominations"

    26 juin 2007, par kozmik [retour au début des forums]


    Les pochettes hideuses c’est un peu la règle dans le monde du metal. Il ne faut au grand jamais produire quelque chose de gout ; ca serait trés mal accepté. Manowar bat tout le monde sur ce point.

    [Répondre à ce message]

      Megadeth : "United abominations"

      26 juin 2007, par Red Cloud [retour au début des forums]


      Paradoxalement, alors que la musique est horrible, les groupes de black ont souvent de très belles pochettes (ex : Oath Bound de Summoning ou Storm Of The Light’s Bane de Dissection).

      [Répondre à ce message]

      Megadeth : "United abominations"

      27 juin 2007, par N [retour au début des forums]


      Et surtout n’oubliez que toutes ces pochettes en sont pas horribles ni moches, vous ne les aimez pas, c’est différent. Quoi qu’il en soit, les pochettes n’ont absolument aucune importance : seule la musique compte, que la pochette soit pour vous hideuse ou magnifique.

      [Répondre à ce message]

        Megadeth : "United abominations"

        31 juillet 2007, par vehau [retour au début des forums]


        Bien entendu, l’artwork compte peu face à la qualité de la musique. Cependant, un graphisme de qualité, evocateur de la musique, est un plus.
        les Pixies n’auraient pas autant marqué les esprits sans le travail graphique de Vaughan Oliver, la pochette de "Doolittle" est un exemple parmi d’autres, les meilleurs albums d’Iron Maiden ont eux aussi bénéficié de dessins sublimes (Derek Riggs, ce génie !).
        Lorsque le groupe parvient à créer une alchimie entre son univers musical et l’univers graphique d’un artiste, le résultat est souvent de qualité, l’un sublime l’autre, et ça peut inciter à acheter plutôt qu’à télécharger.

        [Répondre à ce message]