Pop-Rock.com



Mayhem : "Chimera"
Le retour de la bête

mardi 27 avril 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Chant : "Ghostlines"
Trepalium : "XIII"
Sepultura : "A-lex"
Molly Hatchet : "Warriors of the rainbow bridge"
Iron Maiden : "A matter of life and death"
Annihilator : "Schizo Deluxe"
Dark Suns : "Grave human genuine"
Judas Priest : "Demolition"
Deftones : "Saturday night wrist"
Paradise Lost : "Faith divides us - Death unites us"


A la seule évocation du nom de Mayhem, un torrent d’idées et de souvenirs envahit l’esprit en force : symbole du black metal norvégien à lui seul, coupable d’albums parmi les plus terrifiants de la scène extrême, groupe à la biographie fertile en rebondissements sanglants et quelque peu nauséabonds, Mayhem n’est pas vraiment ce qu’on peut nommer un groupe marginal ou insignifiant. Ce nouvel album, très attendu après le long silence du groupe, repositionne les Norvégiens à la place qu’ils n’avaient jamais vraiment quittée : la première !

De mysteriis dom sathanas, ses ténèbres insondables, sa violence inhumaine, sa haine entière et totale, avaient marqué d’une manière indélébile le black metal norvégien. Le dernier album en date de Mayhem, Grand declaration of war avait, lui, choqué les fans puristes et tourmenté tous les autres. Avant-gardiste, sophistiquée et plutôt électronique, cette production difficile à cerner démontrait au moins que, outre le corbeau crevé de leur ancien chanteur Dead, Mayhem avait plus d’un tour dans son sac.

On amorce ici un net retour aux sources, avec une brutalité crue qui fait honneur aux principes fondateurs du genre. Mayhem a expérimenté jusqu’à l’excès sur son album précédent, le voilà revenu plus près du dogmatisme de ses origines. Et pourtant, Chimera est somptueusement produit : rien à voir avec la qualité de production proprement répugnante des quelques égarés qui continuent à estimer qu’installer le studio d’enregistrement au fin fond des égouts de Trondheim est la garantie d’une soi-disant intégrité maléfique. A l’inverse de Dimmu Borgir ou de Cradle Of Filth, les sulfureux Scandinaves balaient d’un revers de la main l’idée de s’offrir les services d’un orchestre symphonique pour souligner la malignité de leur propos. L’ambiance, inutile de vous le préciser, est malgré tout renversante de noirceur. Mayhem est décidément le seul groupe de black metal à pouvoir insuffler une atmosphère extraordinaire à ses compositions, sans avoir recours au moindre artifice symphonique.

N’y allons pas par quatre chemins : Chimera, à l’instar des autres albums du groupe, marquera son temps. Sans céder en rien à la tentation d’adoucir le propos, Mayhem a inventé sa propre définition du genre. Aussi éloigné des « traîtres » à la cause que des gardiens de l’orthodoxie, le groupe reste ce qu’il a toujours été : une formation à part dans le monde du metal extrême. Sans pousser l’audace jusqu’au niveau atteint voici 4 ans, Mayhem expérimente, triture les possibilités offertes, et enfonce des portes hermétiquement closes pour beaucoup d’autres. Sections déclamées, variations de rythme continuelles, lourdeur doom-metal, chœurs sombres et malsains, ralentissements subits... Excepté le frénétique Whore qui ouvre l’album, aucune des pistes de Chimera ne correspond vraiment à la définition d’un morceau black-metal « à l’ancienne ». Pour un peu, on aurait presque l’impression, vu l’originalité qui jaillit à chaque instant de la noirceur inhérente à la musique du groupe, que Mayhem est devenu un groupe progressif : un groupe progressif à tendances psychotiques, passé en camp de rééducation, et dont douceur raffinée et léthargie onirique auraient été impitoyablement expurgées (et probablement fusillées derrière un baraquement). Derrière les fûts, Hellhammer fait à nouveau honneur à son pseudonyme, tandis que Necrobutcher et Blasphemer sont au dessus de tous soupçons. Quant au chanteur Maniac, il s’améliore constamment, officiant aujourd’hui dans un registre ouvert et évidemment toujours aussi malsain.

Si vous êtes fan de Black metal, Chimera vous flanquera une dérouillée comme seul Mayhem est encore capable de les flanquer. Dans le cas contraire, il y a peu de chances que vous éprouviez un intérêt subit pour ces sonorités vomies de l’enfer. Quoi qu’il en soit, voilà une fois de plus un album exceptionnel qui établit un nouveau standard de qualité en matière de black metal non symphonique. Une réalisation inoubliablement démoniaque !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Mayhem : "Chimera"
(1/3) 12 décembre 2006, par FriedrichUlven
> Mayhem : "Chimera"
(2/3) 2 juin 2004, par Kurgan
> Mayhem : "Chimera"
(3/3) 28 avril 2004, par Agael




Mayhem : "Chimera"

12 décembre 2006, par FriedrichUlven [retour au début des forums]

Je suis toujours surpris de voir à quel point les ’’fans’’(ou supposé fans) se fient sur leur incompréhension ou leur ’’vision personelle’’ de ce qu’est le Black Metal pour juger les oeuvres de grands maitres. Aurriez-vous oublié que se sont ces gars là qui, il y a une quinzaine d’année, on créé le Black Metal, n’ont t-ils pas le droit de continuer de créer toujours une musique nouvelle et en évolution ??? Qui êtes-vous donc pour juger si bêtement certains chefs d’oeuvres comme AGDOW ??? D’accord, ce n’est pas un album conventionnel, je dirais même un album très avant-gardiste. Les ’’puristes’’ n’ont pas accrochés et c’est surement ce que voullaient les gars de MayheM indirectement, car ces prétendu ’’puristes’’ ne désire pas d’évolution et préfère la stagnation ; pas tellement le genre des Blasphemer, Hellhammer, etc selon moi !!! Içi ils nous arrivent avec CHIMERA, bonne nouvelle pour les ’’puristes’’ si facile à déstabiliser par les nouvelles approches : les structures de bases de ses titres sont dans l’optique De Mysteriis Dom Sathanas malgré que des variantes innombrables peuplent cet album ce qui rappel fortement AGDOW. Les structures des riffs sont d’une technicitéincroyable usant d’influences musicales très diverses. L’ambiance de l’album rappele beaucoup le style occulte d’avant AGDOF qui lui est plus dans l’ambiance ’’guerre civile’’. En gros, encore un excelent album de ces musiciens dont on ne peut espérer une composition et une performance moindre, BRAVO !!!

[Répondre à ce message]

> Mayhem : "Chimera"

2 juin 2004, par Kurgan [retour au début des forums]

Chimera marque le retour du vrai Mayhem. Fini la période "Grand Declaration of War" ou ils avaient perdu l’âme du Black Metal propre au Mayhem d’Euronymous et Dead. On retrouve enfin ce groupe mythique même si les choses ne seront plus jamais pareilles sans eux... Mais passons ! on ne peux pas vivre dans le passé et MayheM est de retour, qu’on se le dise !!!

[Répondre à ce message]

> Mayhem : "Chimera"

28 avril 2004, par Agael [retour au début des forums]

huummm vu de ce point de vue ;..j’vais peut être me le procurer celui là...

[Répondre à ce message]