Pop-Rock.com


Le Flop du mois
Manowar : "Gods of war"
Bâtard d’Odin

dimanche 18 mars 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Hardcore Superstar : "Dreamin’ in a casket"
Machine Head : "Through the ashes of empires"
Opeth : "Ghost reveries"
Iron Maiden : "Brave new world"
Stratovarius : "Polaris"
Ill Ninõ : "One nation underground"
Velvet Revolver : "Contraband"
Jesu : "Conqueror"
Anorexia Nervosa : "Redemption process"
Artillery : "When death comes"


J’ai remisé ma morgenstern au placard, revendu mes slips léopard à un musée d’ethnologie, me suis rasé les poils du torse et ai même mis du déodorant, signe de défection manifeste au clan des True Metal Warriors. Manowar n’est plus. Manowar a déçu. Manowar devrait se suicider en se jetant sur le bûcher sacré qui consumera tous les exemplaires en circulation de Gods of war. Et même comme ça, pas sûr que le Valhalla leur soit encore ouvert.

A avoir aidé Rhapsody à produire le fameux Symphony of the enchanted lands II, dont on ne savait plus très bien s’il s’agissait d’un album de metal ou de la bande originale d’un film qui n’existait pas, Joey DeMaio semble s’être pris au jeu du metal cinématographique bourré d’ajouts symphoniques où l’héroïsme le dispute à la mégalomanie. En tant que membre influent du groupe fondateur de toute la mouvance heroic-fantasy du metal, on pouvait nourrir l’espoir que Manowar saurait profiter au mieux de cette possibilité, et conférer un supplément d’emphase à une musique ma foi déjà fort démonstrative. Résultat des courses : un échec total, absolu. Rarement un groupe que j’affectionne pourtant d’ordinaire m’aura déçu à ce point.

La pire faiblesse de Gods of war tient justement à ces fameuses orchestrations. Etalés sur plus de la moitié de la durée totale de l’album, on doit se farcir une pleine portée d’intermèdes chiantissimes qui viennent encore un peu plus pourrir le peu de rythme de l’album, sans même lui conférer la grandiloquence des albums de Rhapsody. On pouvait trouver ces derniers grotesques à pleurer, mais le groupe italien avait au moins le mérite d’aller jusqu’au au bout de son trip et d’y mettre le paquet en moyens symphoniques (parfois pour dissimuler un manque pathologique d’imagination, il est vrai). Ici, c’est mou, cheap, pas évocateur ni même générateur de la moindre ambiance épique digne de ce nom.... Et ce que c’est bavard, bordel ! Tout au long de cette pesante saga, on subit une grosse voix de clopeur en phase terminale qui vient monologuer sur ces pauvres dieux du Valhalla qui n’en demandaient pas tant. Là aussi, il s’agit d’une mauvaise imitation des pratiques de Rhapsody : n’est pas Christopher Lee qui veut...

Si l’aspect purement metal compensait ce désastre grotesque, on pourrait se montrer miséricordieux. Mais de ballades plates et médiocres (Blood brothers) en incantations guerrières auto-parodiques (Gods of war), Manowar aligne ratage sur ratage sans jamais parvenir à susciter le moindre intérêt et le moindre plaisir. On finit quand même par tomber sur deux ou trois morceaux hyper simplistes (King of Kings, Sleipnir, Loki God of fire, je crois qu’on a fait le tour...) mais dont les refrains entraînants parviennent à susciter un soupçon d’intérêt. Ici non plus, il n’y a pourtant pas de quoi pavoiser. Sur n’importe quel autre album de Manowar, ces brutales explosions de testostérone seraient passées inaperçues. Qu’on parvienne à leur trouver un certain intérêt témoigne à quel point Gods of war est d’une nullité sans bornes.

On ne demande pourtant pas grand-chose à Manowar. Ni originalité ni dignité... Pas même une prouesse musicale hors du commun. Non, juste une bonne dizaine de morceaux bas-de-plafond et rentre-dedans, à nous parler avec ingénuité des dieux païens, du courage, de l’honneur, des motos, et des femmes qui vénèrent ceux qui ont du courage, de l’honneur et des motos. Et jusqu’ici, Manowar s’était toujours tiré à la perfection de cet exercice assez simple. A rêver subitement de grandeur, de respectabilité et de changement dans son idée musicale de base, le groupe américain s’est planté dans les grandes largeurs, négligeant l’aspect metal sans avoir les épaules assez solides pour assumer le côté symphonique. Il n’y a décidément rien à sauver de cet album qu’on attendait pourtant depuis près de cinq ans. Moi, en tout cas, je rends mon casque à cornes !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Manowar : "Gods of war"
(1/2) 11 mai 2007, par lolo
Manowar : "Gods of war"
(2/2) 18 mars 2007, par N




Manowar : "Gods of war"

11 mai 2007, par lolo [retour au début des forums]

Album trop sophistiqué, Manowar est bien mort en voulant en faire de trop.....

[Répondre à ce message]

Manowar : "Gods of war"

18 mars 2007, par N [retour au début des forums]

Bon, quand je l’aurai ecouté, je suis sur que je trouverai encore un bon album de Manowar, rien de bien "Kings of Metal" ou "The Triumph of Steel" mais un bon Manowar, vieillisant bien. J’ai eu l’occasion d’écouter quelques morceaux avec leurs multiples mini-albums ou autre singles tels que "King of Kings" que je trouve excellent, "Gods of War" qui, il est vrai, n’est pas révolutionnaire mais c’est du Manowar et c’est le principal, "The Sons of Odin", très bon, l’instrumental "Odin", bien. Bref, ce qui me fait peur ce sont les "Overture to the Hymn of the Immortals Warriors" ou tout simplement "Hymn of the Immortals Warriors" car quand Joey veut se la péter ou être "à fond dedans", ça ne donne rien de bon généralement.

Tout ce que je sais, même si cet album est aussi "(mauvais ? pourri ? sans imagination ?...)", et bien Manowar est le groupe qui nous a pondu "Kings of Metal", "Carry on", "Battle Hymn", "Brothers of Metal" ... (la liste est longue) donc... je leur pardonne mais il est vrai que si c’est pour nous faire ça (?), autant qu’ils arrêtent.

Sur ce, bonne journée.

[Répondre à ce message]

    Manowar : "Gods of war"

    22 avril 2007, par N [retour au début des forums]


    J’ai enfin pu écouter ce fameux album. Trop long, instrumentaux de claviers trop long, beaucoup trop de blablas... "King of Kings" toujours aussi bon, "The Sons of Odin" pareil, ainsi que "Gods of War" et j’aime bien "Odin" ainsi que "Loki God of Fire", même si... Die for Metal n’est pas si mal non plus même si je trouve que cela ressemble trop à "Kashmir"...

    [Répondre à ce message]

      Manowar : "Gods of war"

      26 avril 2007, par madboy [retour au début des forums]


      ERIC ADAMS, chanteur de MANOWAR, a accordé une interview le jeudi 19 avril 2006 à la ZanZanA, l’émission de Metal de la radio tunisienne RTCI.
      Contacté à New York par téléphone en direct, ERIC ADAMS a parlé de MANOWAR, des critiques concernant le dernier album "Gods of War", du Heavy Metal, de sa passion pour la chasse au tir à l’arc...
      Retrouvez cette interview sur la page de MANOWAR sur le site de la ZanZanA : http://www.zanzana.net/artistes.asp...

      [Répondre à ce message]