Pop-Rock.com



Madder Mortem : "Eight ways"
Nouvelle vague

mercredi 30 décembre 2009, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Insomnium : "Across the dark"
Gronibard : "We are French fukk you"
Judas Priest : "Demolition"
Artillery : "When death comes"
Sonata Arctica : "The days of grays"
Mötley Crüe : "New Tatoo"
Helloween : "Keeper of the seven keys - The Legacy"
Fear Factory : "Digimortal"
Marduk : "Rom 5:12"
Samael : "Reign of light"


L’avantage du métier de chroniqueur, hormis la coke et les putes, c’est que de temps à autre, on se mange dans les dents un véritable OVNI musical, le genre de trucs qui pourrait tout à fait passer sous le radar du fan de base, trop occupé par les dernières productions des grosses pointures ou des groupes à la mode. Le désavantage du métier de chroniqueur, hormis les retours d’acide et les maladies vénériennes, c’est de se retrouver face à un problème de taille : comment décrire l’indescriptible ? Mais votre serviteur n’est pas homme à renoncer facilement. Embarquons donc vers les confins des sphères musicales avec les norvégiens de Madder Mortem. Je vous promets que le voyage sera mouvementé !

Madder Mortem, c’est avant tout sa chanteuse, Agnete M. Kirkevaag. Alors oui, je vous entends déjà. « Waaah, encore un groupe de metal avec une chanteuse. Ca va, c’est bon, on connaît ». Et là, je vous arrête de suite. Miss Kirkevaag n’a rien à avoir avec ces tartignoles soi-disant gothiques qui poussent gentiment la chansonnette dans des groupes aussi inintéressants que hollandais (ou allemands, à la rigueur). On a à faire ici à une véritable chanteuse à la voix puissante et dont le registre s’étend de Dani Klein (Vaya con Dios) à la regrettée Janis Joplin. Oui je sais, la fourchette est improbable mais je vous assure qu’il faut l’entendre pour le croire.

La demoiselle porte littéralement l’album à bout de bras, passant avec aise d’un registre calme à un chant puissant, presque crié. Jetez-donc une oreille sur The little things ou A different kind of hell, sur lesquelles la chanteuse déploie tout son talent. Et elle se permet même de taper dans un registre quasi théâtral, comme sur Get that monster out of here, une des perles de l’album. Grâce à elle, on ne s’ennuie pas une seconde, tant on se demande dans quelle direction elle va nous emmener. Cela faisait bien longtemps qu’un chanteur ne m’avait plus autant impressionné par sa versatilité. Si je devais la comparer à un artiste récent, je dirais bien Jorne Lande, le côté imitateur en moins.

Musicalement, le groupe n’est pas en reste. Là aussi, ils tapent dans un registre très étendu, qui va de la lounge music (Formaldehyde) au nu-metal (Resolution) en passant par le free-jazz (Riddle wants to be) ou le power-metal (Life, Lust and Liberty). Et ce parfois au sein d’une même chanson ! On pourrait craindre qu’à cause de cela, l’ensemble soit trop schizophrénique pour être supportable, bref que ce soit le bordel, comme sur le premier album de System of a Down. Et c’est là le tour de force de Madder Mortem. Là où Tankian et sa bande partent tellement en roue libre qu’il devient fastidieux de les suivre, Eight Ways conserve une certaine cohérence tout au long de l’album. Si le groupe part en dérapage au milieu d’une chanson, c’est toujours de manière contrôlée et toujours pour revenir vers une ligne mélodique directrice.

A plusieurs reprises, j’ai pu voir la musique de Madder Mortem qualifiée de « progressive », adjectif qu’on a un peu tendance à balancer dès qu’un groupe fait quelque chose d’un rien original. Entendons-nous bien, si Madder Mortem est à des kilomètres des productions actuelles, ne vous attendez pas à de l’astiquage de manche version prog-metal. Les gaillards de Madder Mortem ne sont pas là pour faire étalage de leur virtuosité. Fort heureusement, leur originalité et leur créativité sont au service de la musique, pas de l’égo des musiciens. Et y’a pas mal de leurs confrères qui feraient bien de prendre des notes…

Ceci étant, Eight Ways n’est pas pour autant facile d’accès. Soyons clairs, il ne s’agit pas vraiment du genre d’album qu’on tape en musique de fond, entre un petit Britney et un petit Coldplay. Madder Mortem est un groupe qui requiert un investissement de l’auditeur pour pouvoir appréhender pleinement les subtilités de leur musique. Comme Ark à leur époque, Madder Mortem bouleverse les canons établis de la musique moderne. Comme Neurosis, ils dépassent les limites d’un genre musical qui a un peu trop tendance à s’auto-caricaturer. Ce n’est pas tous les jours qu’on a droit à un groupe de leur calibre. Profitons-en, car Eight Ways est sans aucun doute un des albums majeurs de l’année 2009 !



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 7 contribution(s) au forum.

dropshippingwatch
(1/2) 6 avril 2010, par Administrator
Madder Mortem : "Eight ways"
(2/2) 30 décembre 2009, par Mary




dropshippingwatch

6 avril 2010, par Administrator [retour au début des forums]

Bell & Ross BR 01-92 Big Date Automatic with Black Dial 46x46mm
Bell & Ross BR02 Instrument Diver Automatic with Black Dial-Rubber Strap
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Casing 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Automatic Phantom Dial PVD Case AR Coating -Rubber Strap
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Casing-Blue Marking
Bell & Ross BR 01-92 Automatic with Black Dial-Blue Marking
Bell & Ross Raid Automatic Rose Gold Case with Black Dial-Leather Strap 46x46mm
Bell & Ross BR02 Instrument Diver PVD Casing with Black Dial-Rubber Strap
Bell & Ross BR02 Instrument Diver Automatic PVD Case with Black Dial-Rubber Strap
Bell & Ross BR02 Instrument Diver Black Dial with Orange Marking-Rubber Strap
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Case with Black Dial-Yellow Marking 46x46mm
Bell & Ross BR 03-94 Automatic PVD Casing with Black Dial-Rubber Strap 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Big Date Automatic PVD Casing with Orange Marking 46x46mm
Bell & Ross Raid Automatic PVD Casing with Black 46x46mm
Bell & Ross BR02 Instrument Diver Automatic Rose Glod Case with Brown Carbon Fibre Style Dial-Rubber Strap
Bell & Ross BR02 Instrument Diver PVD Casing with Brown Carbon Fibre Style Dial-Rubber Strap
Bell & Ross BR 01-92 Automatic Black Dial with Blue Markings Limited Edition 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Case with Black Carbon Fibre Style Dial-Rubber Strap
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Casing with Blue Marking 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Casing with Blue Marking 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Automatic -Orange Marking 46x46mm
Bell & Ross BR02 Instrument Diver Automatic Two Tone Case with Black Dial-Rubber Strap
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Case with Black Carbon Fibre Style Dial and Blue Marking-Rubber Strap 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Automatic with Black Dial-Yellow Marking 46x46mm
Bell & Ross BR 01-97 Working Power Reserve Automatic Black Dial with Orange Marking 46x46mm
Bell & Ross BR 02-94 Working Chronograph Orange Marking with Black Dial and Rubber Strap
Bell & Ross BR 01 Two Time Zone Automatic PVD Case with Black Carbon Fibre Style Dial-Blue Marking 42x42mm
Bell & Ross BR 01 Two Time Zone Automatic with Black Carbon Fibre Style Dial-Blue Marking 42x42mm
Bell & Ross Raid Automatic PVD Casing with Blue Marking-Rubber Strap 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Automatic with Black Dial 46x46mm
Bell & Ross BR 01-92 Automatic PVD Casing with Orange Marking
Bell & Ross BR02 Instrument Diver Automatic with Black Carbon Fibre Style Dial-Rubber Strap

[Répondre à ce message]

Madder Mortem : "Eight ways"

30 décembre 2009, par Mary [retour au début des forums]

Anneke, une tartignole gothique ???

[Répondre à ce message]

    Madder Mortem : "Eight ways"

    30 décembre 2009, par Arnaud Splendore [retour au début des forums]


    Du moment où The Gathering fait du rock gothique...

    [Répondre à ce message]

      Madder Mortem : "Eight ways"

      30 décembre 2009, par Mary [retour au début des forums]


      The Gathering, du rock gothique ? Ah bon !
      Au début peu-être.
      Définition du rock gothique, svp ?

      [Répondre à ce message]

        Madder Mortem : "Eight ways"

        30 décembre 2009, par Arnaud Splendore [retour au début des forums]


        Plus exactement du metal gothique (puisqu’il s’agit bien d’un groupe de metal, en tous cas à leurs débuts).

        Et pour une définition sommaire, le goth metal puise allègrement dans des courants aussi divers que le doom-metal (pour ses ambiances), le heavy-metal classique et le mouvement goth en général (notamment pour ce qui est de l’imagerie et des thèmes abordés). En gros, une musique portée sur les atmosphères, le contraste acoustique/électrique, des influences dans la musique classique, et une emphase placée sur les harmonies mineures.

        Ce qui classe aisément les quatre premiers albums dans le genre. On peut argumenter que, par la suite, le groupe a évolué vers un style plus "rock alternatif" (qualificatif fourre-tout, s’il en est), mais perso j’appelle ça de l’électro-wave, et de l’électro-wave au rock gothique, il n’y a qu’un pas.

        Vous noterez juste au passage que ce n’est pour autant pas moi qui ai mis le nom de Miss Van Giersbergen sur le tapis. Je laisse l’association entre l’appellation "tartignole gothique" et divers noms de la scène à la responsabilité de ceux qui la font... ;-)

        [Répondre à ce message]

    Madder Mortem : "Eight ways"

    2 janvier 2010, par Plunk [retour au début des forums]


    Je crois que Vincent pensait plutôt à Within Temptation et autres.

    En ce qui concerne l’album, je reconnais que c’est génial mais je n’y arrive pas ! Une chanteuse dans un contexte metal quel qu’il soit, j’associe systématiquement ça à Within Temptation et autres saloperies, justement, et ça fait tout rater. C’est con.

    J’adore la pochette, une des plus belles de 2009. :-)

    [Répondre à ce message]

      Madder Mortem : "Eight ways"

      21 janvier 2010, par Laurent [retour au début des forums]


      Bah c’est très bien Within Temptation :-) ceci dit si vous préférez du "female" plus couillu et que vous avez des posters de Angela sur le mur de vos WC, y’a quelques groupes sympa avec des chanteuses "viriles" :-) Par exemple, Cripper (thrash allemand), Orphan Hate (death/grind allemand), The Agonist (death/hardcore canadien)...

      [Répondre à ce message]