Pop-Rock.com



Madball : "Infiltrate the system"
Révolution (13ème prise)

dimanche 23 décembre 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Grip Inc. : "Incorporated"
W.A.S.P. : "Babylon"
Gronibard : "We are French fukk you"
In Flames : "Come clarity"
Anthrax : "We’ve come for you all"
The Company Band : "The Company Band"
Metallica : "St. Anger"
Blind Guardian : "A Night at the Opera"
Therion : "Lemuria - Sirius B"
Pain : "Dancing with the dead"


L’engagement, Freddy Cricien a ça dans la peau. On n’est pas le frère cadet du leader d’Agnostic Front pour rien. Et il ne se prive pas, d’album en album, de s’en prendre sauvagement à tout ce que le petit bréviaire du hardcore compte comme ennemis jurés. Assez logiquement, le concept de « gouvernement » et son cortège de sujets de thèse pour sociologues en mal de reconnaissance constituent une cible de choix. Mais attention, la cible n’est pas uniquement le méchant gouvernement américain : tous les gouvernements, institutions financières, congrégations religieuses, considéré comme le Système inconsciemment élaboré pour aliéner l’homme, en prennent pour leur grade. Sur ces bonnes paroles, Cricien fait parler la poudre. Exactement comme on s’y attendait.

Madball est une pointure du hardcore new-yorkais, ça au moins, personne ne peut le nier. Plus qu’une pointure même, un symbole. Si je devais donner une définition en un seul mot du NYHC, ce pourrait être « Madball », tiens. Forts de cette stature, il est un peu difficile pour eux de faire évoluer leur recette de base (déjà qu’à la base, le hardcore n’est pas réputé pour sa fantaisie) sans trahir les fondements de leur musique.

Comme tout autre album de Madball, Infiltrate the system est brutal, carré et efficace dans son registre. Ca ferraille, ça dénonce à tout va, ça ne perd pas de temps à cogiter et ça file droit à l’essentiel. Le problème, c’est que tout cela reste très linéaire et prévisible sans être pour autant d’une virulence qui ferait oublier ce léger manque de consistance. Hatebreed ou même Sick Of It All, sans être férocement originaux, sont plus persuasifs, plus destructeurs. Les esprits chagrins y décèleront le paradoxe d’un groupe qui prêche la révolution mais accomplit sagement son taf au sein d’une major, mais il ne s’agit là que d’un détail sans importance. Madball semble en fait prisonnier de sa propre logique puriste, quasiment obligé de livrer la même chose année après année, en s’efforçant de garder le rythme mais sans s’autoriser le moindre pétage de plomb salvateur. Ce sixième album studio est loin d’être mauvais en soi mais ce n’est certainement pas avec lui qu’on bouleversera le système. Ni même le hardcore.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Madball : "Infiltrate the system"
(1/1) 29 septembre 2016




Madball : "Infiltrate the system"

29 septembre 2016 [retour au début des forums]

It may not be the best, but this album is one of the highly recognized work of the group. - Gary McClure

[Répondre à ce message]