Pop-Rock.com



Lacuna Coil : "Karmacode"
Nivellement par le bas...

vendredi 26 mai 2006, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Watcha : "Phenix"
Despairation : "A requiem in winter’s hue"
KoRn : "See you on the other side"
Mass Hysteria : "Failles"
Neurosis : "Given to the rising"
W.A.S.P. : "Dominator"
Anorexia Nervosa : "Redemption process"
Saxon : "Killing ground"
Sick of It All : "Death to tyrants"
Evanescence : "Fallen"


... et pourtant le groupe ne partait déjà pas de bien haut dans mon estime. En fait, je n’ai jamais pu accoler à Lacuna Coil les mots « personnalité », « charisme », « originalité » ou « oufti, que c’est bon », raison pour laquelle j’ai toujours suivi le groupe d’assez loin. De trop loin en fait pour m’émouvoir de la simplification outrancière de leur musique sur cet album. C’est du metal formaté, qui remplit un cahier des charges minimaliste, pas fondamentalement mauvais ou désagréable, mais qu’on zappe rapidement.

Vous connaissez le mot hype ? C’est un mot passe-partout dont on nous rabâche périodiquement les oreilles. En gros, un groupe est dit hype dès qu’il n’est pas connu, mal produit, sonne comme une synthèse ébouriffante de toute la branchitude bobo des vingt dernières années et est promis à un grand avenir par un cercle d’initiés qui s’empresseront, sitôt le premier album sorti, de dénoncer le manque de fougue juvénile et d’énergie chez ces pseudo-stars qui se prennent déjà pour les nouveaux Stooges. Et bien sachez que la hype, ça existe aussi en metal. En 1998, par exemple, j’avais réussi par quelques détours à me procurer l’EP d’un jeune groupe italien. Lacuna Coil, que ça s’appelait. On en parlait comme de la relève de The Gathering, dont ils auraient normalement dû assurer la première partie (mais ils ont été remplacés à la dernière minute par les immondes Skulptur, ou quelque chose comme ça, pouah !). Et c’est vrai que cet EP avait de la gueule. Plus gothique et plus sombre que la musique des Hollandais, celle des Italiens avait des arguments de poids pour s’imposer. Mais dès l’arrivée dans les bacs de In a reverie, leur premier album, j’ai ressenti bien malgré moi le dégoût typique du petit branleur branchouille. Mais où était passée l’âme du groupe ? Cet album me semblait tellement convenu, tellement passe-partout. Et c’est sans parler du massacre en règle opéré sur une des meilleures chansons de l’EP, Falling. Ballade minimaliste et éthérée, elle s’est vue affublée sur l’album d’une batterie ridicule et d’une grosse guitare sur le refrain. C’est alors que j’ai pu affirmer, fort en gueule et sûr de mon bon goût, que Lacuna Coil s’était vendu. Et ce n’est pas cet album qui va me réconcilier avec eux.

D’un point de vue « technique », rien de bien neuf. La chanteuse a un joli timbre, mais il y a mieux sur le marché. Le chanteur est nul. Les musiciens sont quelconques. La production se veut brute. Les chansons n’excèdent pas les quatre minutes et demie. D’un point de vue personnel, les riffs sont bourrins, les chants inexpressifs, les compositions sont bateaux et certaines se ressemblent beaucoup trop, les ballades ne sont pas langoureuses. Rien à en retenir, donc ? N’allons pas si loin. Tout cela est exécuté proprement, professionnellement, tout est calculé pour faire dodeliner de la tête, c’est catchy, mélodieux et certains titres valent le détour, notamment Fragments of Faith et sa jolie boucle au clavier. A noter également une reprise scolaire de Enjoy the Silence de Depeche Mode.

Il paraît que le groupe rêve de l’Amérique. Il y a d’ailleurs enregistré cet opus. C’est clair qu’en simplifiant le propos comme ils le font, en épurant leur musique de toute touche personnelle, en misant sur des mélodies carrées destinées à être appréciées le temps de la chanson et oubliées sitôt après, et en bannissant tout ce qui peut ressembler à une construction d’ambiance, Lacuna Coil met toutes les chances de son côté pour être diffusé sur MTV. On leur souhaite bon vent, on ne crachera pas hypocritement dans la soupe en niant l’efficacité générale à court terme de l’album, mais on gardera toujours à l’esprit que ce groupe avait en main les cartes pour faire bien mieux que ça.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Lacuna Coil : "Karmacode"
(1/4) 22 mai 2008, par Elsa
Lacuna Coil : "Karmacode"
(2/4) 19 janvier 2008, par Eva
Lacuna Coil : "Karmacode"
(3/4) 10 novembre 2006, par Raoul25
Lacuna Coil : "Karmacode"
(4/4) 26 mai 2006




Lacuna Coil : "Karmacode"

22 mai 2008, par Elsa [retour au début des forums]

n’importe quoi cet article, In A Reverie est bien meilleur que leur EP et surtout c’est l’album qui a le plus d’âme justement... Impossible en le finissant de ne pas mettre 30 min a revenir sur terre. Quand à la reprise de Falling, elle est bien meilleure que l’original qui était bientrop plate et trop axée sur le vocal. Parfois la voix trop brailalrde de cristina ne nous permettait pas de se concentrer sur autre chose, là avec leur reprise, c’est le cas, beaucoup plus planant et mélancolique.
Pour ce qui est de Karmacode je pense sincérement que effectivement c’est leur pire album et de loin... Je n’aimais pas trop Comalies ( mais y’en avait des très sympa comme Entwined ) non plus, mais par contre Unleashed Memories est vraiment très bon et est un album qu’on peut qualifier d’envoutant...

In A Reverie est leur album le plus personnel et diversifié, alors dire que les EP sont mieux alors qu’ils contiennent des merde comme Halflife !! qui sert juste a remplir l’album ! Il n’y a pas une seule chanson de In A Reverie qui ne soit pas unique et de qualité, et pour moi ce n’est pas le cas des EP

[Répondre à ce message]

Lacuna Coil : "Karmacode"

19 janvier 2008, par Eva [retour au début des forums]

D’accord !

J’ai tous leur salbums donc je les ai "vu" évoluer. Ici ils s’americanisent tout le monde est d’accord. J’en parlais avec mon copain d’ailleurs et on est arrivé à la conclusion suivante :

s’americaniser (selon ces groupes qui tente de) = riffs simplistes mais lourds et répétés + formatage des morceaux sans surprise.

Alors ça voudrait dire qu’ils résument le son ricain par ça ! Je ne suis pas d’accord puisque selon nous, les groupes heavy US ne se limitent pas à la simplicité. Beaucoup de groupe US ont des musiciens hors pairs qui font de véritables compos de 8 min (environ pour certains) où le chant et la musique sont imprévisible.

Donc j’en ai marre de voir des groupes que j’adore se formater façon "ricaine" et le revendiquer. Puisque tout ce qu’il y a de ricains là dedans relève plus du produit industriel que de musique.

Je déplore le manque de prise de risque et si ils avaient voulu piquer quelque chose aux ricains je leur conseil :

1) Un BON chanteur, Cristina doit à chaque fois relever le niveau.
2) Des musiciens plus présents et non pas des figurants.
3) Une réelle agressivité : au niveau musical par des compos plus complexes et au niveau chant par la suppresion (svp !) du fameux couplé, refrain, couplé, refrain répété "til the end"
4) améliorer les fins des chansons (ref au 3) en "osant" le changement

[Répondre à ce message]

Lacuna Coil : "Karmacode"

10 novembre 2006, par Raoul25 [retour au début des forums]

Je sens dans cette critique un journaliste musicien un peu frustré me tompe-je ?

[Répondre à ce message]

Lacuna Coil : "Karmacode"

26 mai 2006 [retour au début des forums]

Nivellement par le bas, c’est bien aussi comme sous titre. Moi j’avais pensé dissolution dans la soupe

[Répondre à ce message]