Pop-Rock.com



KoRn : "Take a look in the mirror"
Always follow the leader !

lundi 29 décembre 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Madball : "Infiltrate the system"
Queensrÿche : "American soldier"
Heaven & Hell : "Live Radio City Music Hall"
Paradise Lost : "In requiem"
Pain : "Dancing with the dead"
Kamelot : "Ghost opera"
Mayhem : "Ordo ad chao"
Heaven & Hell : "The Devil you know"
Pain of Salvation : "Scarsick"
Fantômas : "The director’s cut"


A l’écoute de ce nouvel album, on se dit que KoRn, s’il a été considéré auparavant comme un père fondateur du neo metal, n’a plus grand chose à voir avec ce que cette mouvance est devenue. KoRn ne fait pas de neo metal, KoRn fait du KoRn, il en a d’ailleurs toujours fait. S’il a bien été l’initiateur d’un nouveau genre de metal en son temps, c’était avant que neo-metal ne devienne synonyme de fusion rapcore pour ados révoltés « with attitude ».

Leur dernier opus, Untouchables, était une véritable merveille. Audacieux, le groupe avait risqué gros en abandonnant son style brutal et groovy pour créer des atmosphères oppressantes, tout en nuances de sombres. Jonathan Davis, le leader perturbé de KoRn y exposait à nouveau ses angoisses et ses névroses diverses, mais abandonnait ses hurlements de fureur pour y révéler l’étendue insoupçonnée de son registre vocal. Il y gagna au passage ses galons de grand chanteur metal. Par moment, on avait presque l’impression d’avoir affaire à une sorte de Cure très rauque et fiévreux, tant le groupe y arborait des couleurs inattendues pour un groupe de metal.

L’album, particulièrement coûteux pour un groupe de metal, avait été un échec commercial (à l’échelle de KoRn, évidemment ; pas mal de groupes tueraient père et mère pour atteindre seulement la moitié de ses chiffres de vente !) Rupture trop brutale pour les fans, chansons pas vraiment efficaces en concerts, beaucoup avaient été déçus par l’option atmosphérique prise par le groupe californien. Il n’empêche : accouché dans la douleur, l’album était une totale réussite artistique, jamais le groupe n’avait semblé aussi tendu, aussi désespéré et fataliste, aussi proche de la rupture nerveuse. Jonathan Davis l’avait eu, son Disintegration Nu-metal. A présent, pour rassurer les fans et s’octroyer une petit défouloir bien mérité, il était temps de laisser à nouveau exploser la rage, au travers d’une quinzaine de pistes où Davis exprime ses sentiments profonds pour les individus qu’ils n’arrive pas à encadrer, autrement dit une large part de l’humanité ! Ce n’est sans doute pas bien différent du fond de commerce neo-metalleux habituel, mais quand on connaît un peu l’animal, on sait qu’il est véritablement en rogne, lui !

D’autant plus que Jonathan Davis nous prouve ici à nouveau qu’il est impossible d’encore le considérer comme un simple hurleur professionnel et qu’il fait bien partie des vocalistes les plus impressionnants de la scène hard.

En cherchant la petite bête, on pourrait toutefois regretter que, tout en ayant abandonné le style glauque et ténébreux d’Untouchables, le groupe n’ait pas su retrouver le chaos déstructuré des deux premiers albums. Les mélodies restent globalement fort carrées et bien calibrées. Certes, aucun rapport avec les produits formatés à la Linkin Park ou Ill Ninõ, mais KoRn est un peu trop « propre » sur lui depuis quelques albums. Même la reprise de One de Metallica en fin d’album reste très classique, loin du tourbillon que j’aurais attendu d’une interprétation kornienne de cette légende du metal. Ce relatif classicisme n’a pas empêché KoRn de nous proposer à nouveau des titres musclés, coléreux et sans concessions, qui réussissent avec le même succès qu’auparavant leur mission sacrée : nous prendre à la gorge.

L’album se clôt sur un titre on ne peut plus ironique : Da ya want a single ?. La maison de disque exigeant un single et KoRn ne composant pas ses chansons dans le but d’en faire, ces iconoclastes se sont amusés à pondre un titre stupide, simpliste, répétitif et malgré tout parfaitement formaté pour passer sur les radios ! Une manière moqueuse de montrer que, même en étant un des plus gros vendeurs de la scène metal, KoRn n’est pas prêt pour autant à suivre avec empressement les impératifs commerciaux des maisons de disque...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

KoRn : "Take a look in the mirror"
(1/3) 5 octobre 2016
> KoRn : "Take a look in the mirror"
(2/3) 24 décembre 2004, par flo
> KoRn : "Take a look in the mirror"
(3/3) 13 septembre 2004




KoRn : "Take a look in the mirror"

5 octobre 2016 [retour au début des forums]

I used to listen to music with excellent harmonies and captivating melodies. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

> KoRn : "Take a look in the mirror"

24 décembre 2004, par flo [retour au début des forums]

Félicitations Marc.Parmis tout mon entourage je suis le seul à avoir apprécié Untouchables,ses arrangements,ses mélodies,son ambiance.Pourtant il me semble être un excellent album ayant le mérite d’être le plus original,un virage dans l’évolution des 5 de Baskerfield.Grace à toi je ne me sens plus seul dans cette affection que je portais à ce Cd.Quoique "Take a look in a mirror" soit aussi très bien et péchu mais un poil trop carré.

[Répondre à ce message]

> KoRn : "Take a look in the mirror"

13 septembre 2004 [retour au début des forums]

BEURK !... Vivement la mort des 1990’s !

[Répondre à ce message]