Pop-Rock.com



In Flames : "A sense of purpose"
Transition

lundi 28 avril 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Stratovarius : "Elements part. 2"
Skeptical Minds : "Rent to kill"
P.O.D. : "Testify"
The Answer : "Everyday demons"
Black Label Society : "Mafia"
Static-X : "Cult of Static"
Austrian Death Machine : "Double brutal"
Nightwish : "Once"
Devin Townsend : "Ziltoid the omniscient"
True Symphonic Rockestra : "Concerto In True Minor"


Lorsqu’un groupe emprunte une voie criticable sur le fond, on ravale ses critiques pour autant que le dit groupe maintienne un certaine qualité dans ses réalisations. Mais qu’il commette un seul faux-pas et le chroniqueur se jettera férocement sur la fautif comme la vérole sur le bas-clergé. La vengeance est un plat qui se mange froid.

In Flames, je les ai suivi envers et contre tout, alors même que leur parcours soulevait des dissensions rarement observées chez un groupe de ce genre. A partir de l’an 2000, la majeure partie de la fan-base initiale abandonnait le navire, dégoûtée par un changement d’orientation radical riche d’imposantes promesses de ventes. Obéissant à cette tendance porteuse, In Flames avait limé ses compositions aux entournures, éliminé impitoyablement toute trace de gras sonore, de soli superflus, d’envolées un peu trop mélodiques, pour se concentrer exclusivement sur la force de frappe de sa musique, sur la construction de refrains percutants et sur la mise en œuvre d’un son ultra moderne. On aurait beau jeu de le leur reprocher : plus les Suédois s’éloignaient de leur créneau d’origine, plus les ventes d’albums explosaient... A tel point qu’aujourd’hui, le groupe scandinave est considérée comme une valeur sure du metal américain ! Bien qu’à la base davantage fan du style des années 90, j’ai toujours suivi In Flames dans ses transgressions, tout bêtement parce que Reroute to remain - voire même Soundtrack to your escape et Come clarity - restaient des réalisations d’une trempe incontestable. Mais avec A sens of purpose, In Flames a raté son coup. Je ne leur reproche pourtant pas la simplicité des nouveaux morceaux. Pas même la pratique toujours plus résolue du mid-tempo. Et même pas leurs quelques tentatives à contre-courant, notamment ce qui doit être la plus longue ballade glauque jamais composée de la part d’une formmation classée à l’extrême du spectre metal (les neuf minutes de The chosen pessimist). Non, c’est juste que ce nouvel album est faiblard, terriblement faiblard. Aucune excitation, aucune sueur, rien. Le vide intégral.

Les jours passant, on se dit pourtant qu’il faut quand même lui laisser une chance, à ce supposé ratage, et le réécouter au minimum une fois intégralement avant d’acter sa condamnation à mort. Et là, on change d’avis... un peu. Il reste quelque chose à exhumer du désastre, une tentative réelle d’explorer de nouveaux horizons musicaux, et une volonté de cesser d’être assimilé à un rassemblement de brutes épaisses uniquement bonnes à exploser la sono d’une salle de concert. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : les deux tiers de l’album sont tout bonnement à jeter mais, de loin en loin, on découvre quelque chose qui suscite l’intérêt, à défaut d’admiration ou de jouissance barbare. Sans doute ai-je été moi-même victime de préconçus, jugeant qu’un album d’In Flames qui ne dépassait pas la vitesse du son et ne proposait aucun refrain qu’on puisse hurler à tue-tête après avoir ingurgité une lampée d’alcool à 80° ne méritait même pas qu’on s’y attarde. A défaut d’arriver à la cheville de ses prédécesseurs, A sense of purpose est à considérer comme une œuvre de transition. Seul l’avenir décidera s’il s’agissait d’un réel faux pas dans la discographie du groupe ou d’une première tentative maladroite conçue comme une rampe de lancement vers quelque chose de plus concluant.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

In Flames : "A sense of purpose"
(1/1) 21 septembre 2016




In Flames : "A sense of purpose"

21 septembre 2016 [retour au début des forums]

It was n’t the best album that hey created but definitely it was hughly recognized. - Morgan Exteriors

[Répondre à ce message]