Pop-Rock.com



Iced Earth : "The glorious burden"
Intérimaire de luxe cherche bonne place et patrons sympas...

samedi 23 avril 2011, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Oomph ! : "Wahrheit oder pflicht"
Stratovarius : "Elements part. 2"
Slayer : "World painted blood"
Paradise Lost : "Paradise Lost"
The Mad Capsule Markets : "Osc-Dis"
Machine Head : "Through the ashes of empires"
Anorexia Nervosa : "Redemption process"
Impaled Nazarene : "Manifest"
Soulfly : "3"
Ancient Rites : "Dim Carcosa"


Iced Earth, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un peu Iron Maiden à l’Américaine, en plus jeune, et moins talentueux quand même. Si le groupe a sorti quelques bons albums, j’ai toujours eu du mal à en écouter un en entier : au bout de quatre chansons, je me lasse et l’ancien/nouveau chanteur, Matthew Barlow a une voix que je n’ai jamais vraiment apprécié. En 2001, Barlow se tire pour reprendre ses études de droit et ainsi défendre l’Amérique qu’il pense menacée depuis le 11 Septembre. Il est d’ailleurs devenu flic... C’est Tim Owens, chanteur intérimaire de luxe, qui va le remplacer et le résultat est plus que bon.

Cet album est une sorte de témoignage relatant la guerre à travers les âges et des personnages marquants, rien que pour ça, j’ai hésité à gerber directement dessus sans passer par la touche Play. Mais la curiosité étant un mal nécessaire, j’ai fait un effort. L’hymne à la gratte The star-spangled banner pour débuter, ils auraient pu éviter. Certes le thème de l’album s’y prêtait bien mais peut-être est-ce mon fond d’anarchisme qui me fait repousser de façon inconsciente tout ce qui ressemble de près ou de loin à du patriotisme aveugle, j’ai du mal, en clair, c’était pas obligatoire, surtout que sur le plan purement musical, ça casse pas la baraque.

Par contre, cent fois oui pour Declaration day, Owens remplace avantageusement Barlow parfois un peu trop trash à mon goût. On sent qu’il se fait plaisir, le refrain entêtant, les soli impecs de Schaffer, ça présage du meilleur et, à ce niveau de l’album, je suis plutôt confiant. When the eagles cries, avec des chœurs très présents est une plage assez lente et un peu molle, dommage. Et voilà que déboule The reckoning, avec un Lieutenant Schaffer génial et un Captain Owens qui retrouve des accents priestiens du meilleur effet. Greenface est plus quelconque et rappelle des tas d’autres morceaux tout aussi bons et tout aussi peu inventifs, pas nul mais passable.

Et de Greenface, amis et compagnons, allons faire un tour chez Attila voir si l’herbe a repoussé, difficile avec le désherbant employé par Iced Earth, ça vous ferait tomber n’importe quelle tignasse de métalleux un titre pareil, puissant, épique, avec alternances au milieu des éructations d’Owens et de chœurs masculins, bien foutu, on imagine aisément Attila jouer au bulldozer avec ce titre en fond sonore.

Roooaaarrr, (je fais bien l’avion hein ?) et voilà que le Baron Von Richtofen, qui fend les airs à bord de son zinc rouge pour nous envoyer une rafale bien sentie entre les oreilles. On sent là tout le talent d’Iced Earth pour créer une musique très imagée, les personnages défilent et l’on suit tout ça avec délectation.

Détente et Cabernet Sauvignon avec Hollow man, titre lent et relativement calme, intermède agréable avec toujours ces chœurs en refrain très efficaces. Valley forge vous réveille de votre torpeur en douceur pour mieux vous amener vers le petit chef-d’œuvre qu’est Waterloo, au riff de guitare original et à la dimension épique évidente. On est dans la bataille, entre Prussiens, Autrichiens, Russes, tout ce petit monde se fout joyeusement sur la gueule. C’est le grand morceau de bravoure de The glorious burden, et l’un des plus réussis. Le premier CD se clôt par une version unplugged de When the eagle cries, était-ce bien utile, oui et non, oui dans le sens où après Waterloo, L’Aigle Impérial avait de bonnes raisons de chialer et non car cette version n’a rien de transcendant.

Ouvrez vos esgourdes, on arrive au meilleur, le second CD. A noter qu’il retrace la bataille de Gettysburg en trois titres. Revoilà donc notre The star-spangled banner, mais à la cornemuse cette fois, ça passe pas mieux, désolé... Il ouvre pour The Devil to pay, morceau superbe mais je vous avais prévenu de toute façon, ce second CD justifie à lui seul l’achat de cette galette... Ou son téléchargement... Oups, pardon.

The Devil to pay donc, douze minutes de génie, varié avec Owens qui décidément a parfaitement trouvé sa place. On retrouve au long de ce titre un peu de folklore militaire savamment distillé, charges au tambours galopants, coups de feu, ambiance quoi. Hold at all costs ne fait pas faiblir le rythme, quoique, allez si je chipote, elle aurait mérité d’être un poil plus courte, mais je chipote, notez bien.

Et enfin, High water mark, à l’intro batterie rappelant au début celle de Trust de Megadeth, la comparaison s’arrête là. Faire plus heavy-metal que ce machin-là, c’est difficile, on est encore en face d’un bon titre qui achève cet album avec talent sur fond de bruits de batailles. Schaffer, Owens et consorts ont réussi là un bon disque malgré quelques pistes plus faiblardes. Il est heureux de constater que la greffe Owens a très bien prise, même sur une terre gelée. Belle prouesse qui ne durera malheureusement pas.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Iced Earth : "The glorious burden"
(1/1) 23 avril 2011, par Initiative Zarma




Iced Earth : "The glorious burden"

23 avril 2011, par Initiative Zarma [retour au début des forums]

Le patriotisme est particulièrement chiant et ridicule quand il est américain ou plus généralement occidental.

A l’inverse, allez savoir pourquoi, un patriote afghan, malawite ou mauritanien, ça choque déjà beaucoup moins.

Ça peut même émouvoir, d’une certaine façon.

Et au pire ça reste très respectable.

Tout ça pour dire que ce n’est pas le thème de ce "concept album" qui va m’inciter à acheter la dernière production des braves mickeys de Iced Earth (Dont le live in Athens reste néanmoins honorable si on supporte le genre)

[Répondre à ce message]