Pop-Rock.com



Halford : "Resurrection"
Le metal God est (enfin) de retour !

lundi 13 janvier 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mastodon : "Blood mountain"
Tarja : "My winter storm"
Ultra Vomit : "Objectif : Thunes"
Static-X : "Start a war"
Judas Priest : "A touch of evil live"
Gwar : "Beyond Hell"
Def Leppard : "X"
Saxon : "Into the labyrinth"
Static-X : "Cult of Static"
Manowar : "Warriors of the world"


Ses expérimentations des années 90, Fight et Two, avaient laissé sceptique : le sieur Halford, assisté du producteur Roy Z, est donc revenu à ses premières amours, le heavy metal pur jus, dans un disque qui, bien que ravivant les souvenirs de la grande époque de Judas Priest, ne verse jamais dans le cliché passéiste, et sonne comme une véritable « Résurrection ».

A peine ce premier mot lancé, semblant s’allonger indéfiniment durant les premières secondes, on sent qu’il va se passer quelque chose…et on n’est pas déçu : le premier riff de guitare se situe quelque part entre le missile balistique et Mike Tyson ivre dans des vestiaires pour dames : une déferlante de force brute imparable, un déchaînement apocalyptique de coups vicieux qui vous laisseront à plat ventre en implorant tous les dieux de faire cesser cette violence. Et c’est parti pour un Resurrection qui, à lui seul, résume tout l’album. En s’entourant de musiciens pas nécessairement très connus, Rob Halford a réussi le tour de force, de parvenir non seulement à dépasser, et de loin, le niveau actuel de son ancienne formation (pas très difficile, il est vrai…), mais également d’égaler voire de surpasser bien souvent les morceaux de la grande époque de Judas Priest, celle de British steel ou de Screaming for vengeance. Car Resurrection réunit à la fois tous les ingrédients de ce qu’on a pu connaître et apprécier dans le heavy des années 80, tout en parvenant à sonner tout à fait actuel, contrairement à beaucoup d’autres.

Les titres s’enchaînent les uns après les autres, sans faiblir : Made in Hell, Nightfall, Cyber world sont tous des hits en puissance, alliant un jeu puissant, technique et ultra-rapide et un chant varié mais faisant la part belle aux (ultra)-aigus du Metal god. Car, à 50 ans bien tapés, le père Halford a encore indéniablement de la voix. Il n’a même jamais paru aussi en forme, atteignant allégrement le niveau du Painkiller de 1990. Deux autres titres se hissent au-dessus du lot : tout d’abord Silent screams qui commence comme une mélancolique power-balad mais dont le chant vénéneux laisse rapidement la place à la hargne tant attendue. Quant à The one you love to hate, elle n’offre rien de moins que deux Metal gods pour le prix d’un, puisqu’on retrouve Halford et son « rival » de toujours, Bruce Dickinson d’Iron Maiden pour un titre de très haute volée. Si on devait faire un reproche à l’album, ce serait certainement au sujet des quelques chansons qui le clôturent et ne sont « que » très bonnes, c’est-à-dire encore supérieures à 75% de la production metal actuelle.

Après l’écoute de cet album, il n’y a décidément pas photo : le groupe de ses anciens comparses est définitivement relégué aux oubliettes ; le chant n’expliquant pas tout (Ripper Owens n’est quand même si mauvais, après tout), on finirait presque par croire que le succès passé du Priest reposait entièrement sur les épaules d’Halford. Cet album est sans doute la quintessence du heavy metal classique, cuvée 2000, et beaucoup de petit djeunz feraient bien de prendre des leçons auprès du vieux birbe avant de prétendre être capable de faire du metal.

Respect !



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Halford : "Resurrection"
(1/2) 2 décembre 2016
> Halford : "Resurrection"
(2/2) 25 février 2005, par Rodrigo




Halford : "Resurrection"

2 décembre 2016 [retour au début des forums]

This is one of my favorite albums of the group. - Bath Planet

[Répondre à ce message]

> Halford : "Resurrection"

25 février 2005, par Rodrigo [retour au début des forums]

Ouais respect, c’est vraiment le mot. Un grand monsieur du Metal c’est sur, il a une voix unique et beaucoup de charisme. Quelle claque ce "ressurection", des riffs foudroyants, une voix qui dégage n’importe quel autre chanteur, bref du grand art. Une leçon de heavy metal.

Il est de retour avec le Priest et c’est très bien comme cela !

[Répondre à ce message]