Pop-Rock.com



Halford : "Crucible"
Le Metal-god n’a pas fini de surprendre !

dimanche 10 août 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Iron Maiden : "Dance of death"
Amorphis : "Skyforger"
Artillery : "When death comes"
Gamma Ray : "No world order !"
Def Leppard : "X"
Madder Mortem : "Eight ways"
Apocalyptica : "Apocalyptica"
Rhapsody Of Fire : "Triumph or agony"
Mayhem : "A grand declaration of war"
System Of A Down : "Steal this album !"


Resurrection, en 2000, avait été un gigantesque coup de pied au cul de la part de Rob Halford. Quelque chose qui signifiait, en gros : "Hé les jeunots, dégagez de là, je reprends le contrôle du navire metal !". Alors qu’il aurait été si simple de persister dans un style où il est sans égal, le metal-god choisit encore une fois d’expérimenter de nouvelles sensations sonores.

Il est unanimement reconnu que Resurrection est un des meilleurs albums de metal de ces dernières années. Aussi académique et dévastateur que les plus grands moments de Judas priest mais aussi superbement produit et léché que les productions actuelles. On aurait pu en recevoir quelques unes, des dérouillées pareilles, avant de commencer à s’en lasser. Mais non ! Rob Halford a jugé qu’il était trop simple de continuer à régner, sans partage ou presque, dans le milieu du heavy metal "à l’ancienne". Et le voilà parti à la recherche d’un style qui soit moins rapide, plus dense, mais tout aussi hargneux.

Après l’intro époumonée de l’album précédent, on est surpris par la courte ouverture de ce Crucible : c’est épais, lourd, répétitif, presque crade. On ne pouvait s’empêcher d’espérer un Resurrection bis, tant on avait été impressionné par la maîtrise que Rob avait des ficelles classiques du metal. Et on est donc un peu déçu à la première écoute de ce nouvel opus. Même si on retrouve quelques pistes qui font dans la joyeuse surenchère de vitesse, comme "Betrayal", la majeure partie de l’album s’écoule plutôt en mid-tempo et, de toute façon, même ces titres supersoniques sont lourds au possible, avec des riffs taillés à la serpe, et d’impénétrables guitares monolithiques. En fait, on retrouve un peu de Fight dans cet album, l’un des multiples projets de l’ex-Priest durant les années 90, mais un Fight dont le son lourd et les quelques éruptions indus auraient été accouplés avec l’âme déchaînée et la virulence de Halford.

On dénombre aussi une poignée de balades sur ce disque, mais attention : uniquement des balades à la Rob, autrement dit venimeuses et glauques à souhait. Finalement, même si on est loin d’accrocher à Crucible aussi instantanément qu’à son prédécesseur, on découvre au bout de quelques écoutes, une production soignée, très travaillée et des titres tout aussi agressifs et efficaces qu’auparavant, mais dans une optique différente. Sans égaler tout à fait la puissance et la majesté de Resurrection, Crucible est un album plus atypique mais de haute volée, qui comblera tous les amateurs de musique lourde.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Halford : "Crucible"
(1/1) 11 août 2016




Halford : "Crucible"

11 août 2016 [retour au début des forums]

Indeed, this album was highly recognized as one of the best album during the time. - Morgan Exteriors

[Répondre à ce message]