Pop-Rock.com



Gris : "Il était une forêt..."
Maître Renard, au bout de sa corde pendu...

mardi 8 septembre 2009, par Yû Voskoboinikov

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Mad Capsule Markets : "Osc-Dis"
Ultra Vomit : "Objectif : Thunes"
Static-X : "Cult of Static"
Genghis Tron : "Board up the house"
Judas Priest : "Demolition"
Ahab : "The divinity of oceans"
Queensrÿche : "Operation : Mindcrime II"
Thursday : "Common existence"
Gene Simmons : "Asshole"
Hardcore Superstar : "Hardcore Superstar"


Une soirée metal comme les autres dans la cave de la Cantada II ; j’avise une black-métalleuse obèse au regard aussi bovin que méchant. Je ne peux résister à l’appel de la baise abominable, donc à raconter absolument à Jérôme Delvaux, qui ne manquera pas de me demander ensuite d’en faire une chronique de disque. Alors, profitant de ce que les enceintes diffusent l’inégalé Dance electric des Waltari, j’engage la discussion avec la chose, et un grand chauve à lunettes dont j’avais dragué la copine tout à l’heure — une grande brunes aux gros seins avec des lunettes, mon style de fille — me pique sous le nez le monstre et s’en va. Ambiance.

Je me retourne et vois que sa copine reste là, seule, à danser sur un titre que je ne connais pas, assez mauvais du reste. Je lui demande si ça ne la dérange pas que son mec se casse avec une autre fille, et elle me répond que non, c’est comme ça qu’ils fonctionnent, et qu’elle-même fera pareil si l’occasion se présente. Devant l’apparente limitation cérébrale de la fille (confirmée plus tard par le fait qu’elle utilise Microsoft Windows), je me risque à rappeler l’évidence, à savoir que je suis là. Au prix d’un grand effort cérébral, elle me sourit.

Je ne m’étendrai pas sur le reste de la nuit. Son mec avait une petite bite, la black-metalleuse un tatouage énorme sur la cuisse droite, déformé par les centaines de kilos pris par la suite, et j’ai baisé sans capote, mais avec un godemichet entre les fesses, la grande brune qui a jouit à point tel que son Kojak m’a par la suite interdit de la revoir. Indice de fierté maximal pour moi, cela va sans dire.

Rien à dire non plus du matin, si ce n’est la tête de la pharmacienne voyant la Bayonetta du quartier acheter une pillule du lendemain avec un autre homme. C’est une expérience au moins aussi importante qu’aller à la boulangerie un samedi matin avec Marc Lenglet.

Rentré chez moi, un message sur mon répondeur. Une belle blonde de ma connaissance m’expliquant qu’elle vient de comprendre qu’elle est amoureuse de moi. Une de plus. Je la rappelle en coup de vent pour lui dire que je la prends (à mes côtés), puis m’installe dans mon fauteuil d’écoute avec mes Senheiser HD-25 et l’album Il était une forêt de Gris. Car pour affecter à sa juste valeur la meilleure baise de Lyon, il fallait bien le meilleur album de black-metal dépressif au monde.



Répondre à cet article

Yû Voskoboinikov





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Gris : "Il était une forêt..."
(1/2) 11 septembre 2009
Gris : "Il était une forêt..."
(2/2) 8 septembre 2009




Gris : "Il était une forêt..."

11 septembre 2009 [retour au début des forums]

Désolé mais c’est Sennheiser avec 2 n, le HD 25.

[Répondre à ce message]

Gris : "Il était une forêt..."

8 septembre 2009 [retour au début des forums]

cette merde est à gerber

[Répondre à ce message]