Pop-Rock.com



Gojira : "The way of all flesh"
Le gros lézard a toujours aussi faim

jeudi 30 octobre 2008, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Tobias Sammet’s Avantasia : "The Metal opera I & II"
Hatebreed : "Supremacy"
Annihilator : "Schizo Deluxe"
Opeth : "Damnation"
Dream Theater : "Black clouds and silver linings"
King Diamond : "Give me your soul... please"
Motörhead : "Inferno"
Dimmu Borgir : "In sorte diaboli"
Moonspell : "Memorial"
Evergrey : "Torn"


Du death-metal "made in France" ? J’en vois qui ricanent au fond de la salle, petits salopiauds... Et je ne leur donne pas tort. La France n’a jamais été une terre très propice à l’éclosion de groupes de rock, de hard-rock et encore moins de métal. Le peu de groupes que les maisons de disques ont sorti du trou ou ont créés de toutes pièces sont soit nuls, soit ridicules, et ne ciblent de toute manière que l’ado pseudo rebelle qui croit que Aqme est le comble de la violence après être allé voir du côté de Kyo...

Pourtant, dans un petit village des Landes résiste encore et toujours une poignée d’irréductibles qui n’en ont rien à carrer (pour le moment en tout cas) de passer chez Drucker et de faire la bise à la présentatrice de la télé. Et, chose encore plus incroyable, ces anges noirs et bruyants ont du succès, sont même reconnus à un niveau international (ouais ouais, comme Daft Punk), mais à l’échelle du death-metal cependant. M’enfin c’est déjà pas mal. Les Gojira, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont en effet obtenu à force de bons disques et de prestations scéniques de haut vol le respect de leurs pairs et un certain succès public, peut-être encore plus visible à l’étranger qu’en France. Il est ainsi facile de trouver des commentaires et news sur le groupe sur des blogs chiliens, argentins ou nord-américains. Aux prémices de Gojira, il y a Godzilla, le nom originel du combo, mais pour de logiques problèmes de droits d’auteur, nos fans de lézards en plastique ont choisi de prendre la traduction littérale japonaise.

Depuis 1996, année de fondation du groupe et de sorties des premières démos, les frères Joe et Mario Duplantier, Christian Andreu et Jean-Michel Labadie ont peu à peu peaufiné leur univers et leur démarche. Ou caser Gojira ? On y retrouve du Tool, du Behemoth, un gros soupçon de Morbid Angel, mais le tout à leur propre sauce. Gojira peut se vanter d’avoir pour le moment une discographie sans fausses notes, un trio d’albums studio très réussis, Terra incognita en 2001, The link en 2003 et From Mars to Sirius en 2005. A cela s’ajoute le monstrueux live The link alive de 2004, faisant suite à l’album... The link. Simple et cohérent non ?

Entretemps, Joe Duplantier a participé au projet Cavalera Conspiracy (voir ici) des frangins brésiliens, ainsi qu’au dernier album d’Apocalyptica (Worlds collide), ça le fait pas mal sur un C.V., ce genre de petites escapades... Retrouve-t-on un peu de tout ça sur ce nouvel opus fort attendu par des millions de fans transis ? Non, les irréductibles de Gojira se permettent comme à leur habitude de faire ce qu’ils savent faire de mieux, soit... du Gojira. Batterie tribale et impressionnante de puissance, rythmes hypnotiques et lourds, j’oserai qualifier leur univers de death shamanique, avec Joe qui professe de sa grosse voix dans la langue de Shakespeare, et la technique rythmique si particulière de son frère.

Les thématiques abordées ne sont pas forcément habituelles non plus pour un groupe de death, la vie la mort, ça on connaît... Mais l’engagement sur l’environnement est déjà plus original (notamment sur Toxic garbage island), d’autant que les textes, pour un peu que l’on soit anglophone, vont un peu plus loin que les classiques sacrifices d’écureuils en hommage à Satan au clair de lune sur un parking désert avec des orgies de trolls barbus en fond d’écran. C’est vrai, ça a aussi son charme, mais Gojira n’est pas vraiment dans ce trip-là.

The way of all flesh est un disque qui demande de la patience et une écoute attentive, tantôt brûlant, tantôt glacial, l’on passe à son écoute un moment très étrange, proche de mon trip à l’acide hebdomadaire du samedi soir, partagé entre ces instants de calme relatif et ces moments de folie furieuse qui n’ont rien de grotesque. Car, sur toute la durée de l’album restent ces éléments fondamentaux caractéristiques de Gojira, la batterie qui se la joue mitrailleuse, puis tribale, puis douce, puis dure, ces lignes de guitare montant crescendo, faisant tomber puis remonter la pression, la voix de Joe, imprécatrice, me faisant parfois penser au Jaz Coleman de Killing Joke ou de Hosannas from the basements of Hell. Ce dernier opus tout frais est une bonne porte d’entrée pour accéder à l’univers de Gojira, pas plus accessible ni supérieur à son prédécesseur, From Mars to Sirius, mais incroyablement maitrisé. Pas étonnant que le chanteur d’In Flames ait un jour reconnu qu’à côté de Gojira, ils passaient pour un pauvre tribute band...



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Gojira : "The way of all flesh"
(1/3) 17 novembre 2008
Gojira : "The way of all flesh"
(2/3) 8 novembre 2008
Gojira "The way of all flesh"
(3/3) 30 octobre 2008, par Oliv’




Gojira : "The way of all flesh"

17 novembre 2008 [retour au début des forums]

Euh ouais enfin dire que la France est mauvaise en matiere de Metal, c’est simplement faire preuve d’un manque flagrant de connaissance envers cette scene tant critiquée. C’est juste que le Metal francais n’est absolument pas ou tres peu soutenu dans notre pays, c’est tout. Bon nombre de groupes francais (Benighted, Deathspell Omega, Anorexia Nervosa (RIP), Adagio, Penumbra...) sont plus connus a l’etranger que sur leur propre sol. Et ils n’ont clairement rien a envier a d’autres. Seul Gojira aujourd’hui peut se vanter d’etre veritablement connu au niveau international, certes, mais je pense que cela fait office de porte ouverte. Nombre de fois j’ai pu voir des etrangers, genre Americains ou Suedois, dire "ohh je savais pas que la france faisait du metal, connaissez vous d’autres groupes comme ca ?" La roue tourne.

[Répondre à ce message]

    Gojira : "The way of all flesh"

    17 novembre 2008, par Vincent Ouslati [retour au début des forums]


    Je ne dis pas le contraire cher ami !

    Bien au contraire, il y a nombre de groupes de métal très intéressants en France, qui pourraient en remontrer largement aux groupes d’Outre-atlantique, dans le désordre je pense à Sa Meute, à Résistance, à UltraVomit pour la déconne.
    Je continue à penser que la France n’a pas la culture musicale suffisante pour aborder une musique plus “lourde”, ce qui amène ce pauvre pays à rester dans ces trucs de rap et ces machins de nouvelle chanson française.

    J’ai personnellement très envie de parler de groupes français et belges géniaux de temps à autre, j’ai déjà quelques idées ;-)

    [Répondre à ce message]

Gojira : "The way of all flesh"

8 novembre 2008 [retour au début des forums]

Aââhhh un album de métal brossé comme ça (à enseigner dès le secondaire tellement c’est complet) ! et rien à zapper : merciiiiiii !! je me suis régalé, le climax est quasi post-punk, crépusculaire aussi (A Sight To Behold), original, exploratoire (The Art Of Dying), progue (le suivant), confortable (Vacuity),les couilles à l’air aussi (Wolf Down The Earth), excusez-moi, tout ce que j’aime à la fois et comme si la chronique avait été écrite que pour moi tout seul ! cet album tombe pile poil à la bonne époque et au bon lieu pour quiconque aurait raté le début du film et c’est un vrai album, une œuvre un tableau un condensé qui se découpe pas en petits morceaux. Encore une fois merci Nouveau Maître extrême.

NB : je ne vous retrouve qu’en 9ème page en gouglant ce titre, cher Pop-Rock.com. A une exception prés, je trouve qu’il faudrait se méfier de ce rang incongru, vu les merdes qui vous précèdent...

[Répondre à ce message]

Gojira "The way of all flesh"

30 octobre 2008, par Oliv’ [retour au début des forums]

Tout à fait d’accord avec la comparaison de la voix de Joe avec celle de Coleman. C’est un des aspect de Gojira qui me charme le plus.

Pour ce qui est de la musique, justement, je pense que Gojira serait beaucoup plus intéressant si le groupe se débarassait de ses gimmicks death-metal et son léger pompage de Morbid Angel pour essayer d’atteindre un univers propre (un peu comme Killing Joke, qui n’est ni vraiment pop, ni vraiment punk, ni vraiment metal...).

La plupart des chansons sont à l’image des compositions type de la plupart des groupes metal extremistes : une succession de riffs pas toujours cohérente, allongée artificiellement parfois, qui mise plus sur la force de frappe et la précision des riffs que sur une belle progression de bout en bout. Ca manque un peu de "vie". "World to come" sur l’album précédent montrait par exemple une facette intéressante du groupe, que j’aurais aimé qu’ils approfondissent.

Sinon en death-metal français, Yrkoon est également assez impressionant.

[Répondre à ce message]