Pop-Rock.com



Gene Simmons : "Asshole"
Tout est dit...

lundi 12 juillet 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Opeth : "Watershed"
Watcha : "Phenix"
Pain Of Salvation : "Remedy lane"
Sonata Arctica : "The days of grays"
Tool : "10.000 days"
In Flames : "A sense of purpose"
Limp Bizkit : "Chocolate starfish & the hot-dog flavoured water"
Tarja : "My winter storm"
Tobias Sammet’s Avantasia : "The Metal opera I & II"
W.A.S.P. : "Unholy terror"


Personnage le plus « visuel » et « démoniaque » de l’entité Kiss, responsable autoproclamé de la communication du groupe, jamais à court d’idées pour un bon plan marketing (la poupée Kiss, les lunettes 3D pour le concert, les tongues Kiss, la brosse à chiottes Kiss,...), détenteur invaincu du titre de « la langue la plus longue de l’hémisphère occidental », grand séducteur devant l’éternel (3.000 saillies de groupies selon la légende tout de même...), copain comme cochon avec les plus grands noms de la culture populaire d’outre-Atlantique, Gene Simmons est quelqu’un dont on peut admirer la parcours, à défaut d’apprécier l’homme. Et tant qu’on ne nous demande pas de le considérer comme un artiste valable...

On commence tout de suite par le meilleur morceau de l’album, Sweet & dirty love. Il s’agit d’un morceau de hard rock à l’ancienne, composé pour Kiss en 1977, écarté, puis ré-écarté en 1997 pour l’album Psycho circus. Autrement dit, l’équivalent d’un médiocre morceau de Kiss. Ceci pour vous situer un peu le niveau abyssal du reste de l’album. Premier single, la reprise de Firestarter de Prodigy témoigne d’une certaine forme de génie. Car pour se payer Dave Navarro à la gratte et massacrer un excellent morceau de la sorte, il faut être doté de compétences inhabituelles.

Lamentable ballade pour croisière du troisième âge, Waiting for the morning light avec son chant faiblard et ses grotesques notes de piano Fisher-price à piles, a été co-écrite avec... Bob Dylan ! LE Bob Dylan ? Le même à être à l’origine de Blonde on blonde et Blood on the tracks ? Apparemment... Mais qu’est-il donc venu fabriquer dans cette galère ? Besoin d’argent ? C’est bien la seule chose dont Gene ne manque pas. Je n’ai pas vraiment envie d’y songer davantage... Même les plus grands ont bien le droit de se fourvoyer de temps à autre. Il est vraiment fortiche, le vieux Gene. Non seulement il utilise Bob Dylan comme nègre, mais il est même parvenu à débaucher Frank Zappa pour le titre Black tongue ! Enfin, disons plutôt qu’il a une fois de plus sorti le chéquier pour se procurer un inédit du maître, et le retravailler à sa façon. Le fiston Zappa, Dweezil, était apparemment offert en bonus avec le morceau pour faire de la figuration en backing vocals. C’est nul, bien évidemment.

La chanson-titre quand à elle, s’en tire avec un minimum de décence, dans un registre punk-rock très actuel. Evidemment, on ne la doit pas au maître à penser (et à capitaliser) de Kiss, mais à un obscur petit combo scandinave, qui n’a bien logiquement pas pu refuser l’offre de billets verts tapissés de zéros de Simmons. Sur Now that you’re gone, autre désastre exhumé du passé de Kiss, on croisera d’épouvantables chœurs d’enfants, sans doute la pire manière connue d’accommoder un morceau rock. Un peu plus loin, c’est une indigeste mixture de funk et de reggae qui agresse les tympans Whatever turns you on. Pourquoi pas ? Au point où on en est... Dog, avec ses chœurs soul et ses percussions lascives, ne ressemble définitivement à rien. Le pire est pourtant à venir : I dream a thousand dreams. On nage en pleine science-fiction, avec cette ambiance d’agence Sunair, et ce petit côté « classique d’ascenseur d’hôtel bas de gamme de la Costa brava  ». On n’est pas non plus très éloigné de la musique du clip des fonctionnaires des Nuls, le second degré en moins. Et le reste ? De la pop-rock léthargique des mauvais jours, mi-Wings, mi-Counting Crows, sans le moindre relief.

On peut voir cette « chose » comme un hommage de Gene Simmons à tout ce qu’il apprécie en musique. L’homme n’ayant qu’un talent vocal larvaire et des capacités de composition tout à fait confidentielles, je pourrait même -dans une autre dimension- saluer l’exercice. Mais c’est bizarre, j’ai comme un blocage. L’arrogance de l’individu y est pour beaucoup : quand on la ramène autant en permanence, la moindre des choses est de faire en sorte que la qualité suive. Mais avec la meilleure volonté du monde, il est impossible de ne pas voir dans cette avalanche de mauvais goût une tentative consciente de ratisser le plus large possible. En proposant des titres aussi variés et sans liens entre eux, Simmons devait espérer que tout le monde y trouverait son compte. Ceci dit, avec le fric qu’il possède, il aurait pu au moins prendre la peine de faire remixer un titre par Faithless ou les Chemical Brothers et d’inviter 50 Cent ou Puff Daddy à venir faire quelques bruits de bouche à l’arrière. Ca n’aurait certainement rien arrangé, mais quitte à jeter l’argent par les fenêtres...

Souvenez vous : en 1978, les quatre membres de Kiss avaient chacun sorti un album solo. Celui de Gene Simmons s’était déjà fait remarquer à l’époque par son échec retentissant. Il semble que 26 ans plus tard, rien n’ait évolué. Vous en voulez sévèrement à quelqu’un ? Vous souhaitez voir sa discothèque dépareillée par l’existence d’une monstruosité en son sein, et l’opprobre jetée à jamais sur ses goûts musicaux ? Offrez-lui ce nouvel album de Gene Simmons. Et tant qu’on y est, si vous ne l’aimez vraiment pas, achetez aussi un Gary Glitter et un Geri Halliwell pour encadrer le Gene Simmons et insérez les trois discrètement dans sa collection.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Gene Simmons : "Asshole"
(1/4) 27 juillet 2006, par Philgin
> Gene Simmons : "Asshole"
(2/4) 18 septembre 2004, par MIRA LOUIS
> Touche pas à Gary Glitter ! (sinon j’appelle mon grand frère)
(3/4) 11 septembre 2004, par Uncle Luke
> Gene Simmons : "Asshole"
(4/4) 18 août 2004




Gene Simmons : "Asshole"

27 juillet 2006, par Philgin [retour au début des forums]

Chère trou du cul,
Gene à toujours dit qu’il se foutait pas mal des critiques de métier, et en lisant le torchon que tu as écris sur "Asshole", je me dis qu’encore une fois, il a raison d’ignorer les critiques des gens comme toi, qui font ça, EUX AUSSI pour le fric ! Et en aucun cas, ne font ça par passion pour la musique.
De plus, il faut te dire une petite chose, mon petit trou de bal, avant de critiquer un album et d’exposer sur le web TES résultats, tu devrais d’abord réfléchir à une chose ; c’est que tout ce que Gene fait, c’est de contenter son public et ses fans. Et t’apprendre qu’il méprise les gens comme toi ne devrait pas t’étonner. Tout comme moi, je ...non ! Il vaut mieux que je me taise, je ne me rabaisserai pas à ton niveau primaire.
Allez, bonne continuation dans ton superbe métier qui est de "descendre" les VRAIS artistes.
P.S : S’il était si mauvais que cela, crois-tu vraiment que Gene aurait derrière lui une carrière de plus de 33 ans ? Sans compter que chaque album est double disque d’or, de platine et de diamant !!!
Allez, vas dormir ! Et pourquoi ne pas t’endormir sur "Dream of thousand years" ?? Philgin.

[Répondre à ce message]

    Gene Simmons : "Asshole"

    27 juillet 2006, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Hé non, raté, je ne suis pas payé un cent à faire ça, c’est par pure méchanceté gratuite. D’autant plus que je suis fan de Kiss et tout particulièrement de Gene Simmons. Je sais que Gene fait ça pour son public, d’ailleurs j’en fais partie, c’est pour ça que je m’autorise à dire que j’ai claqué 20€ pour rien. Et un mec qui a 30 ans de carrière et plein de disque d’or...Hmmm, Johnny Hallyday, Barry Manilow, Richard Clayderman ? Certes, il y a aussi Bob Dylan, Bruce Springsteen ou Richie Blackmore mais bon, tout ça pour dire que ça ne signifie pas grand chose au fond...

    [Répondre à ce message]

> Gene Simmons : "Asshole"

18 septembre 2004, par MIRA LOUIS [retour au début des forums]

Eh oui je suis d’accord avec toi, étant fan de kiss depuis 1974 (j’ai 46ans) gene n’a jamais brillé par ses albums solo, les deux seuls qui ont su faire surface sur ce thème, c’est paul et ace. Gene ne peut vraiment s’éclater que lorsqu’il est avec le groupe, je le connais et je peux dire que d’une part il a besoin d’ego, et seul il ne peut que donner sa planche à billets ($)pourtant c’est une personne sinçère et entière.Il n’a pas la composition créative de paul ou de ace, d’ailleurs les vrais disputes dans le groupe qu’il a eu ont toujours été avec ace et peter (qui eux s’entendent très bien), j’aime beaucoup kiss et alice cooper, un joue alice m’a dit, mes fils ont été kiss, qui m’ont donné des petits fils, etc...Gene en est le principal sosie, mais le maquillage ne fait pas tout, et puis on ne peut pas être et avoir été. BYE !!!

[Répondre à ce message]

> Touche pas à Gary Glitter ! (sinon j’appelle mon grand frère)

11 septembre 2004, par Uncle Luke [retour au début des forums]

Mais-euh, pourquoi tu mets mon Gary Glitter dans le même sac que Geri Halliwell ou Gene Simmons ?! T’es vraiment pas gentil !

Bon, j’avoue, il y a vraiment de quoi détester Gary Glitter, surtout si on voit l’un de ses clips. Cela dit, avec un peu de recul (et d’indulgence), on prend vraiment son pied. Et lui, au moins, il a fait de vraies bonnes chansons qui déchirent ("Hello hello, I’m back again" repris par Oasis, "Do you wanna touch me" repris par Joan Jett, "I’m the leader of the Gang"...). Enfin, c’est mon avis.

Bon, OK, c’était le ridicule incarné, mais lui au moins il était VOLONTAIREMENT ridicule, c’était fait exprès... enfin j’espère !

PS : et puis toi, avec Europe et Kyo, tu peux parler. Na !

[Répondre à ce message]

    > Touche pas à Gary Glitter ! (sinon j’appelle mon grand frère)

    11 septembre 2004, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Ben oui, je suis de très mauvaise foi. Mais vu ce que l’animal a ramé avant de connaître le succès, je ne parviens pas à m’enlever de la tête que, quelque part, il se prenait un rien au sérieux.
    Bon, ceci dit, j’avoue...moi aussi j’aimais bien "I’m the leader of the gang"...ceci figuera un jour ou l’autre, entre Europe et 2 unlimited, dans un article intitulé "Les goûts honteux de la rédaction"...

    [Répondre à ce message]

> Gene Simmons : "Asshole"

18 août 2004 [retour au début des forums]

J’aurai aimé avoir eu autant de femmes. Mais je ne crois pas assez en moi, contrairement à Gene, qui croît en lui. C cela le secret ?!

[Répondre à ce message]

    > Gene Simmons : "Asshole"

    11 septembre 2004, par Uncle Luke [retour au début des forums]


    Le record en la matière, c’est un certain Witt Chamberlain, basketteur de son état, qui a clamé dans ses mémoires qu’il s’était tapé 12000 femmes, soit 1,5 par jour depuis l’âge de 15 ans.

    [Répondre à ce message]