Pop-Rock.com



Freak Guitar : "The road less travelled"
Rions avec Matthias Eklundh !

dimanche 26 septembre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Papa Roach : "Getting away with murder"
John 5 : "Remixploitation"
Queensrÿche : "Operation : Mindcrime II"
Pain of Salvation : "Scarsick"
Deathstars : "Night electric night"
Megadeth : "The world needs a hero"
Pain Of Salvation : "Remedy lane"
Serj Tankian : "Elect the dead"
Dirge : "Wings of lead over dormant seas"
Freak Kitchen : "Organic"


Le Suédois Matthias Eklundh est un guitar-hero. Un de plus, me direz-vous... Hé bien non ! Car un album de Matthias Eklundh s’appréhende, non pas sous l’angle de la virtuosité bouffie d’orgueil, mais sous celui de l’audace permanente et d’une folie en permanente ébullition.

Il faut bien l’admettre, qu’il s’agisse de Joey Satriani, Steve Vai ou Yngwie Malmsteen, les réalisations des guitar-heroes, sont d’une perfection technique indiscutable, même pour quelqu’un n’ayant jamais posé ses pattes sur une gratte de toute son existence. Mais justement - et c’est bien le problème - à moins d’être soi-même passionné par l’instrument, ce genre d’onanisme musical à la « je m’astique le manche et j’aime ça » devient rapidement insupportable. Et encore ne parle-t-on que de ceux parmi ces dieux des temps mordernes qui prennent le temps d’élaborer des morceaux intéressants, même pour le néophyte. Il en existe d’autres qui semblent passer leur existence à prouver à quel point les plus rudes acrobaties manuelles leur paraissent d’une méprisable simplicité...

Dans l’autre formation dans laquelle il officie, le gentillet Freak Kitchen, Eklundh l’iconoclaste s’était déjà fait remarquer par sa propension à jouer de la guitare à l’aide d’un vibromasseur ! Pour autant, Freak Kitchen reste néanmoins un groupe sérieux, toutes proportions gardées. Freak Guitar, totalement instrumental ou presque, s’apparente davantage à une récréation et à une bonne séance de décompression et d’expérimentation compulsive pour Eklundh.

Premier bon point : en lieu et place de l’esprit généralement Guitar über alles de la plupart des œuvres de cet acabit, la guitare, si elle reste ici le fil conducteur des morceaux, est très loin d’être prédominante. Les ajouts de claviers, percussions et cuivres donnent à l’ensemble un côté très accessible et très pop. Entre l’écoute d’un court morceau divisé entre electro, jazz et metal, et 10 minutes de prouesses hermético-heroïques, soutenues par un orchestre symphonique, la plupart auront d’instinct fait leur choix.

Quelques exemples de l’esprit décalé de ce diable de viking ? Un morceau joué avec les cordes détachées, une improvisation de quinze secondes sur une corde, du boogie à la rythmique plutôt surprenante, plusieurs compositions clairement jazzy emportées par une véritable tornade de riffs, deux courts morceaux (Toxic Mickey et Toxic Donald), à l’ambiance étrange mais rythmée à base de bruits bouche et de claquements de dents trafiqués, et la liste est encore longue. Parmi les plus sympathiques découvertes, n’oublions pas Insert coin qui reproduit de manière criante de vérité les musiques stridentes des vieilles bornes d’arcade des années 80 du style Pacman ou Space invanders. La palme de l’expérience la plus déjantée reste sans doute Print this !, morceau accrocheur et hautement addictif, dont la rythmique se base sur le bruit (énervant) d’une vieille imprimante poussive !

Ce côté bouffon, qui dédramatise un peu l’idée raide que l’on se fait d’un dieu de la guitare, n’empêche pourtant pas notre ami de disposer de capacités plus que réelles. Au point que même Malmsteen, pourtant peu suspect de se montrer tolérant vis à vis des médiocres et autres déviants, se soit écorché les cordes vocales à maugréer l’un ou l’autre commentaire admiratif à l’égard de son jeune suiveur.

Malgré l’esprit imprévisible et amusant des différents morceaux, Eklundh rejette l’idée de l’improvisation totale. Chacune de ses expérimentations se doit d’avoir une histoire, un instant de référence, un détonateur. The woman in seat 27A, longue suite mélancolique de 9 minutes a pour point d’ancrage sa rencontre avec une vieille dame paralysée ayant été mal accueillie et traitée avec condescendance dans un aéroport néerlandais. Tandis que, plus sautillant, Ketchup is a vegetable fait référence à une décision saugrenue de l’administration Reagan, qui visait à considérer la fameuse sauce à crasse comme un végétal puisque dérivé de la tomate. Reste les reprises : Minor swing, parfaite adaptation d’un morceau de Django Reinhart, et Smoke on the water, speedée au possible et qui, bien qu’intégralement électrique et nettement plus enlevée, parvient à ressembler à un tube pour dancefloors !

Avec cet étrange compendium de délires en tous genres, Eklundh prend indubitablement une route peu usitée. Il faut une certaine dose de décalage et de second degré pour apprécier cette nouvelle livraison de Freak Guitar. Pas évident, vu le sérieux du metal en général et des guitar-heroes en particulier, de comprendre du premier coup l’ambition artistique et humouristique de cette curieuse créature du nord, dont le seul objectif semble être de réaliser les constructions sonores les plus alambiquées, de se lancer les défis les plus improbables et minimalistes, et de tirer les notes les plus imprévues de son instrument. Ce n’est pourtant pas bien difficile. Freak Guitar peut s’écouter avec attention pour essayer d’en extraire toutes les subtilités, mais peut aussi s’apprécier en toute simplicité, comme une curieuse démonstration d’inventivité et de fusion des styles. Eklundh s’amuse et se fait plaisir. Nous aussi. Que peut-on demander de mieux ?



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

> Freak Guitar : "The road less travelled"
(1/1) 3 décembre 2004, par Badrock




> Freak Guitar : "The road less travelled"

3 décembre 2004, par Badrock [retour au début des forums]
FK

C’est clait je suis allé voir Freak Kitchen avec Patrick et Yann Armillino... et quel concert !
D’une coté les guitars heroes comme tu dis avec rondat et armallino et de l’autre freak itchen.. quelle technique mais mise au service de la "découverte" et de l’amusement !! contrairement a malmsteen, vai ou autres (que j’apprécié aussi a fond)

Preuve que ces gars se prenne pas la tete allez voir les photos a la fin de la gallerie de "Freak Kitchen et Ptrick Rondat" pour voir leur sales gueules qu’ils ont pris ac nous...assez sympas les types !

http://www.wistiti.fr/purplemonster...

[Répondre à ce message]