Pop-Rock.com



Evergrey : "Torn"
Retour aux sources

lundi 24 novembre 2008, par Arnaud Splendore

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Rammstein : "Rosenrot"
Gris : "Il était une forêt..."
Tobias Sammet’s Avantasia : "The scarecrow"
Megadeth : "Endgame"
Ahab : "The divinity of oceans"
Katatonia : "The great cold distance"
Halford : "Resurrection"
Queensrÿche : "Operation : Mindcrime II"
Saxon : "Heavy metal thunder" (compilation)
Jelonek : "Jelonek"


Avec leur album précédent, Monday morning apocalypse, les métaleux gothiques suédois d’Evergrey avaient cherché à se réinventer en sortant des sentiers battus du gothic-metal. Le résultat avait été diversement apprécié par les fans. Si certains saluaient la prise de risque, d’autres regrettaient le son caractéristique du groupe. Pour un bien ou pour un mal, ce sont ces derniers qui auront eu raison, car avec Torn, le groupe opère un retour aux racines... qui a un léger goût de retour en arrière.

C’est un drame classique de la scène musicale : un groupe établi cherche à sortir des sentiers battus afin de ne plus répéter inlassablement la formule qui lui a apporté le succès. Ne serait-ce qu’en heavy-metal, l’histoire pullule d’exemples célèbres : Moonspell avec le très commercial Sin/Pecado, Megadeth et le bien nommé Risk, My Dying Bride et l’expérimental 34.788%... Complete. Même les grosses pointures passent par là (Iron Maiden et Metallica en tête). C’est là qu’invariablement, les fans commencent à conspuer leurs idoles d’hier et à hurler à la trahison. Si certains groupes tiennent bon contre vents et marées, la plupart abandonnent l’expérience et reviennent à leurs sources, histoire d’apaiser la meute. On pourrait débattre pendant des heures des tenants et des aboutissants d’une telle démarche, ainsi que de ses motivations sans jamais en sortir. Toujours est-il que la manœuvre fait quasi partie des épreuves imposées dans la carrière d’un groupe. Et dans cette épreuve, Evergrey a fait son choix : celui du retour en arrière.

Pour commencer, un brin de contexte... Avec leur album précédent, Monday morning apocalypse, Tom S. Englund, le leader incontesté du groupe, avait décidé de lâcher du lest en faisant appel à un producteur/arrangeur de renom, Sanken Sandqvist (qui a, entre autre, travaillé sur Gothic Kaballah, le dernier Therion). Et si on peut regretter une production un peu molle (emblématique du travail de Sandqvist, oserai-je préciser), l’album emmenait Evergrey dans des nouveaux paysages musicaux foutrement intéressants et laissait augurer un futur très intéressant. Mais quand vint le moment de retourner en studio, Englund décida de mettre un terme à l’expérience (à tort ou à raison, l’avenir nous le dira) et de revenir à de l’Evergrey classique.

Et avec Torn, y’a pas photo, c’est du classique de chez classique. C’est certain qu’avec des titres comme Fear, Fail ou These scars, on n’est pas en présence d’un best-of des Musclés ! Englund joue à fond la carte gothique à tel point qu’il en fait d’ailleurs un peu trop. La complainte du gars dont la femme est partie, la mère est morte, le frigo est en panne et son chien s’est suicidé, ça va cinq minutes, mais là ça en devient presque risible. Un exemple ? « Ma poitrine est ouverte / Mon cœur gît sur le sol / Mes pieds nus sont trempés par mon sang / Alors que je te quitte sans un bruit ». Et ce n’est que l’intro de la deuxième chanson de l’album... Là où un groupe comme Sentenced avait le bon goût de faire passer la pilule avec une bonne rasade de second degré, Englund enfonce le clou (rouillé, de préférence) et en repasse une troisième couche. Au bout d’un moment, ça gave forcément. Rien de rédhibitoire mais paradoxalement, ça casse un peu l’ambiance.

Musicalement, on est également bien chez Evergrey. Des gros riffs bien couillus le disputent à une rythmique bien en place et un clavier qui soutient le tout en toute discrétion. Et si Broken wings ou Soaked chassent clairement sur les terres de Sentenced, des chansons comme Numb ou Nothing is erased lorgnent plutôt du côté d’In Flames (niveau guitares, en tout cas). L’album atteint son paroxysme avec Still walk alone, LE morceau de bravoure. Cinq minutes de pur bonheur où Evergrey alterne des riffs acérés avec des passages tout en subtilité et un refrain choral de toute beauté, digne des meilleurs moments de Recreation day (l’album phare du groupe).

Dans l’ensemble, l’album est d’ailleurs assez hargneux. Evidemment, on retrouve l’inévitable Fredrik Nordström à la production et ça s’entend. Le son est clair mais puissant, élément qui faisait cruellement défaut à Monday morning apocalypse. Malgré ce que pensent certains esprits chagrins, Evergrey reste un groupe de heavy-metal et on est très loin des productions aseptisées de groupes comme HIM ou The 69 Eyes. C’est du goth, oui mais pas du goth qui chante la chemise ouverte pour plaire aux minettes.

L’un dans l’autre, Torn reste un bon album. Il a certes ses défauts et est légèrement inférieur à ses prédécesseurs. On dirait qu’en voulant ménager la chèvre et le chou, Evergrey n’a ni continuer dans la lignée novatrice de Monday morning apocalypse, ni vraiment pu recréer la magie de ses anciens albums. Cela dit, la formule reste diablement efficace et devrait sans nul doute ravir les fans. Et pour les autres, ne boudons pas notre plaisir. Hormis le bémol de la thématique gothique frôlant le ridicule, Evergrey reste un groupe qui se place trois coudées au-dessus de la mêlée, même lorsqu’ils ne sont pas dans leur meilleure forme. Torn n’est certainement pas un album essentiel dans la carrière des Suédois, il ne révolutionnera certainement pas le genre, mais ça reste plutôt le genre d’album qu’on se met pour éviter d’user les classiques du groupe et disons le franchement, pour passer un bon moment ! Espérons simplement que le groupe retrouvera le goût du risque et qu’il ne se contentera pas de nous resservir la même soupe d’album en album, comme le font malheureusement trop de leurs collègues...



Répondre à cet article

Arnaud Splendore





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Evergrey : "Torn"
(1/1) 24 novembre 2008, par Vehau




Evergrey : "Torn"

24 novembre 2008, par Vehau [retour au début des forums]

En parlant des Musclés, à quand une chronique détaillée et impitoyable de leur discographie ?
Il est temps de remettre dans la lumière une telle œuvre musicale.

[Répondre à ce message]