Pop-Rock.com



Europe : "Secret society"
Toujours ringards ?

mardi 12 décembre 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Undercover Slut : "Communism is fascism"
Fantômas : "The director’s cut"
Apocalyptica : "Worlds collide"
Arch Enemy : "Doomsday machine"
Adagio : "Archangels in black"
Lamb Of God : "Wrath"
Linkin Park : "Meteora"
The Answer : "Everyday demons"
Ankla : "Steep trails"
Iron Maiden : "A matter of life and death"


Depuis sa reformation en 2004, Europe s’est attaché à prouver au public - avec un certain succès, je dois l’admettre - qu’il est un groupe de hard-rock avec lequel il faut compter, et non « les fossoyeurs du metal », « les caniches nains chantants », « les pédales du hair-metal » et autres gracieux qualificatifs dont les ont affublé des individus qui, bien souvent, se sont limité à l’écoute de The final countdown pour asseoir leur opinion.

Deuxième album de cette seconde phase dans le parcours d’Europe donc, sur lequel la formation persiste et signe dans la nouvelle optique qu’elle s’est choisie. Plus que jamais, Europe désire oublier les incursions (qui a dit « putasseries » ?) synth-rock qui ont jadis fait sa fortune et s’astreint à redevenir ce qu’il aurait sans doute été sans cette reconnaissance soudaine en 1986 avec The final countdown : un bon vieux groupe de hard moulé à l’ancienne, épicé sur les refrains, un peu plus fade sur la richesse réelle de ses compositions. Mais après tout, des compositions riches, ça se ramasse à la pelle chez les progueux, et ce n’est pas non plus ce qu’on attend d’un revenant-FM des années 80. Malgré une première plage complètement loupée, Secret society retrouve rapidement le style carré et mélodique propre au groupe : au menu donc, cet éternel don made in Sweden pour les refrains en acier trempé à entonner à tue-tête dans les festivals, le briquet déjà dégainé pour la ballade et les cheveux dégoûtants de bière séchée ; le chant, toujours enlevé mais avec moins d’enphase que jadis, de Joey Tempest, et le jeu technique et sans prétentions de John Norum, qui démontre à nouveau s’il en était besoin, qu’il est un guitariste des plus sous-estimés. A un niveau purement technique, Europe reste fidèle à lui-même dans l’excellence, même si une grande partie de leur publlic n’avait nul besoin d’être rassuré à ce niveau. Et pour le reste ? Bah... Disons qu’une fois de plus, les avis seront tranchés et irréconciliables. Entre ceux qui n’y verront qu’une abomination grotesque et ceux qui ont toujours éprouvé une certaine sympathie même pas honteuse pour Europe, la conciliation n’est pas permise.

Il est vrai que Secret society founit quand même quelques raisons de râler. En vrac, on pointera du doigt ces abominables chœurs d’enfants (à la fin de Let the children play - quand donc cette pratique aussi gerbante qu’irritante disparaîtra-t-elle ?), ainsi que des orchestrations symphoniques superflues, rajoutées à la grosse louche pour dissimuler le manque d’imagination de certaines compositions. Dommage, d’autant plus qu’Europe s’était même autorisé le luxe de ne pas se reposer le moins du monde sur les ballades (on n’en découvre qu’une seule, évidemment cliché, qu’on oubliera très vite)... Hormis ces couacs qui ne concernent heureusement que quelques pistes, Secret society se présente comme un tout bête album de hard carré et fonctionnel, limite passe-partout, mais qui offre quand même une certaine impression de fraîcheur.

Une fois de plus, le groupe suédois se livre à un calcul quelque peu dangereux. En reléguant aux oubliettes ses caractéristiques les plus datées et son charmant côté kitsch involontaire, Europe tente de s’acheter la respectabilité qui lui avait toujours été refusée, mais ne parvient pas pour autant à s’imposer comme un groupe hard réellement incontournable. A l’instar de Start from the dark, Secret society laisse légèrement l’auditeur sur sa faim. Trop inégal, avec quelques réussites mais beaucoup de remplissage plus ou moins tolérable, Secret society ne parvient pas à convaincre sur la durée, même si on passe quand même un agréable moment à découvrir toutes les chansons. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : Secret society reste un chouette petit album plutôt bien ficelé. Certains des morceaux (Always the pretenders, Forever travelling, Brave & beautiful soul) s’avèrent même d’excellente facture. Mais de chouettes petits albums bien ficelés, avec deux ou trois pistes qui sortent du lot et le reste qu’on s’enfile comme la vague tambouille d’une cantine de l’administration, ce n’est certainement pas ce qui manque aujourd’hui...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Europe : "Secret society"
(1/2) 1er août 2007, par yolatangopresident
Europe : "Secret society"
(2/2) 12 décembre 2006, par lolo




Europe : "Secret society"

1er août 2007, par yolatangopresident [retour au début des forums]

un bien bel album, très bon moment ! lol !!!!!!!!!!!!!!!!!! hahahaha

[Répondre à ce message]

Europe : "Secret society"

12 décembre 2006, par lolo [retour au début des forums]

Bravo Marc, j’ai ressenti la même chose en écoutant ce nouvel opus de Europe qui restera qu’un album moyen et surtout pas dans les prestigieux albums de référence du Rock.
A éviter pour les fans de Europe dans les 80, et de Joey tempest en solo dans les années 90.

[Répondre à ce message]

    Europe : "Secret society"

    20 août 2007, par Tony [retour au début des forums]


    Un excellent album même si comme le souligne Monsieur Lenglet, Europe a un peu trop épuré son style en cherchant à se moderniser. "Secret society" corrige néanmoins certains défauts de "Start from the dark" et c’est plutôt agréable (un peu plus de claviers, des solos un peu plus longs, etc), reste au final un (très) bon album perfectible. Je suis fan d’Europe et j’ai tous leurs albums, encore un peu plus de synthé et des solos encore un peu plus mélodiques améliorait à coup sûr la musique des suédois du moins j’en suis persuadé. Pour cela pas besoin de renouer avec le hard FM du milieu des années 80, regardez Children of Bodom :-) Vive Europe et vive Joey Tempest !

    [Répondre à ce message]