Pop-Rock.com



Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"
Black metal impérial !

dimanche 26 octobre 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Edguy : "Mandrake"
Soulfly : "Conquer"
System of a Down : "Toxicity"
Iced Earth : "Horror show"
Def Leppard : "X"
Therion : "Gothic Kabbalah"
Sonata Arctica : "The days of grays"
Mastodon : "Blood mountain"
Eths : "Tératologie"
Ultra Vomit : "Objectif : Thunes"


Dimmu Borgir est un groupe énervant. Ces Norvégiens refusent toute baisse de régime dans leurs albums, à chaque fois plus professionnels et plus grandioses que ceux qui les ont précédé. Excepté pour les puristes qui critiquent assez logiquement la direction musicale empruntée par le groupe, toujours plus éloignée du black traditionnel, on peut dire que Dimmu Borgir suit irrésistiblement une courbe ascendante.

Dans la guéguerre amicale et plutôt imaginaire que se livrent les deux groupes black tirés de l’underground, Dimmu Borgir et Cradle of Filth, il semble que ce soit perpétuellement à qui fera mieux que le dernier album du rival. J’avais beaucoup apprécié le Damnation & a day de Cradle of Filth, sorti il y a quelques mois, que je trouvais plus enrobé, plus luxueux que le - pourtant magnifique - Puritanical euphoric misanthropia de Dimmu Borgir. Ces derniers viennent de nouveau de faire vaciller mes certitudes : avec ce fantastique hallali destructeur, ces trompettes de l’apocalypse scandinaves, Death cult Armageddon remonte d’un cran le standard qualité du groupe.

Si de nombreux riffs et parties rythmiques restent indéniablement black metal, Dimmu Borgir a lui aussi délaissé l’approche dogmatique de la chose pour élargir son horizon musical. Ils évoluent aujourd’hui dans un metal (très) extrême, avec des éléments de black, de death, de trash, de heavy ou d’indus, mais sans pour autant qu’on puisse les affilier à une de ces mouvances en particulier. On bénéficie donc ici d’une mixture assez variée, pas fondamentalement différente de celle proposée sur le disque précédent , mais qui bénéficie bien logiquement d’une plus grande expérience de la part des musiciens, qui poussent ici leur vision musicale vers des sommets de majesté. Rythmique infernale, riffs imparables, orchestrations grandioses, alternance entre les hurlements habituels de Silenoz et Shagrath, et le chant clair de Vortex, effets de distorsion en tout genre et samples malsains bien en rapport avec le background de la musique (les discours martiaux d’un officier très « prussien » dans l’âme, ou le bourdonnement de hordes de mouches à cadavres...). Pour les fans de la première heure, sachez que deux des chansons de l’album sont hurlées en norvégien, comme au bon vieux temps, et que ces deux pistes sont comme par hasard les plus violentes et old school de toutes...

Sur ce nouvel album, il n’est pas question de mythologie chrétienne ou autre thème fantastique, mais bien d’un tableau nihiliste et destructeur de l’humanité, où guerres dévastatrices, religions oppressantes et épidémies meurtrières s’accordent pour sonner le glas de l’espèce humaine. En ce qui concerne le christianisme, on ne se refait pas, et les textes de Silenoz sont toujours aussi violemment anti-chrétiens. Sans être nécessairement plus agressif que son prédécesseur, Death cult armageddon diffuse une violence sans commune mesure avec le dernier Cradle of Filth, faisant presque passer ce dernier pour la compilation des plus belles comptines d’Henri Dès. Mais outre la partie metal, c’est surtout l’Orchestre Symphonique de Prague qu’il faut féliciter ici. Dans un certain sens, il est tout aussi violent que le groupe en lui même, avec ses orchestrations fabuleuses, puissantes et à la noirceur intense. Sans être sur-présentes pour dissimuler une hypothétique panne artistique, ces parties symphoniques sont utilisées avec intelligence et rivalisent sans difficulté avec une production hollywoodienne. Nul titre mieux que Progenies of the great apocalypse ne peut expliquer la symbiose parfaite qui semble avoir existé entre le groupe norvégien et l’orchestre.

Pour toutes ces raisons et pour un paquet d’autres que je n’ai pas la talent d’exprimer ici, Death cult Armageddon est bien placé pour figurer dans mon top 5 du meilleur album metal de l’année.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"
(1/3) 9 août 2007, par KWAK LE PLUS DINGUE DES CANARDS
> Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"
(2/3) 9 juillet 2004, par Siegfried
> Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"
(3/3) 4 mars 2004, par saigneur vlad




Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"

9 août 2007, par KWAK LE PLUS DINGUE DES CANARDS [retour au début des forums]

vive dimmu

[Répondre à ce message]

> Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"

9 juillet 2004, par Siegfried [retour au début des forums]
Nibelung (Groupe français de black symphonique)

"Death Cult Armageddon" , le titre est plutot bien choisi car Dimmu nous a vraiment livré un album culte ; pour moi Dimmu était un excellent groupe de black symphonique (je suis un fan de la première heure) , maintenant ils sont passé au stade de groupe culte. La légende de la sombre forteresse ("Dimmu Borgir" signifie "La sombre Forteresse" en Islandais)est devenue réalité. Et contrairement a ce que pourrait penser quelques mauvaises langues qui ne les ont jamais vu sur scène , ce n’est pas qu’un groupe de studio ; contrairement à Cradle qui ne vaut pas grand chose sur scène , Dimmu en live c’est tout simplement l’armageddon. Il suffit de les avoir vu au graspop pour en avoir la preuve (ils ont foutu une grande claque musicale à tous les groupes du fest) "Darkness has it’s attraction which everyone can feel ; only hypocrites deny. It’s time to remove the blindfold of hypocrisy."

[Répondre à ce message]

> Dimmu Borgir : "Death Cult Armageddon"

4 mars 2004, par saigneur vlad [retour au début des forums]

ça tu l’as dit bouffi !

[Répondre à ce message]