Pop-Rock.com



Devin Townsend Project : "Ki"
Entrée légère

mardi 1er décembre 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Halford : "Crucible"
Serj Tankian : "Elect the dead"
Ill Ninõ : "One nation underground"
Mass Hysteria : "Une somme de détails"
Gronibard : "We are French fukk you"
Murderdolls : "Beyond the valley of the Murderdolls"
Pelican : "What we all come to need"
Lamb Of God : "Wrath"
Cradle Of Filth : "Damnation and a day"
Moonspell : "Night eternal"


Devin Townsend est un complexe bonhomme. Jamais à court d’idées, éternellement charmé par les muses jumelles, les fameuses Marie (Jeanne et Brizard), le prolifique Canadien a nouvellement lancé un projet démesuré dont lui seul est capable. Un quadriptique, pas moins. Et comme le laisse supposer ce fin sous-titre, on reste un peu à vide avant le plat de résistance.

Il est des humains pour qui la musique n’a d’autre but que le divertissement, l’occupation libre de son temps et de ses oreilles, rien de grave, tout dans la jouissance de l’instant, point de belle finalité, rien de beaux discours, aucunes nécessités de survie. Devin Townsend est bien loin de ces courtes aspirations, la musique est pour lui un exorcisme, un besoin vital, un antidote. Et Ki est sa nouvelle médecine. Encore une fois, l’auditeur peu au fait des dérives de Devin se sentira à coté de la plaque, Ziltoid et son café est loin, très loin. A des années-lumières même de la brutalité incontrôlable de City qu’il fit paraitre avec son Stapping Young Lad en 1997. Non, Ki, c’est encore autre chose.

Les quatre albums qui forment cette quadrilogie sont déjà tous enregistrés, ce premier opus sert d’introduction à la mammouthesque entreprise. Mammouthesque, ce disque ne l’est certainement pas, pas de riffs de guitares à décorner les buffalos, pas de rythmiques brutales, pas de growls (ou si peu), le climat se veut apaisant, comateux, le père Townsend voulait déstabiliser sa fan base, il y est encore parvenu.

On savait Devin un peu éloigné de ses problèmes récurrents avec les joints et la binouze, ce disque se donne une gueule de plénitude qui assume bien cette guérison, la violence est si rarement perceptible, si peu apparente. Elle ne s’affiche qu’en petites gouttes dans une mer de la tranquillité inattendue. Monday donne le ton, soit simplicité et émotion pour grossistes, cette mise en bouche se laisse appréhender facilement si l’on accepte cette étonnante absence de brutalité qui semble en être le ciment.

D’accord, Heaven send voit quelques bons gros cris à l’ancienne qui font dire que l’animal se rappelle de ses tourments passés. Mais c’est bien trop peu pour mettre cet album dans un giron métallique. Le pesant se fait léger, la douleur se fait apaisante, Devin n’est plus ce grand garçon tourmenté que l’on connaissait, il a parfaitement su retranscrire cette nouvelle étape de sa vie. La douceur se dévoile par une grande unité rythmique, à peine malmenée par quelques esquisses de groove, de rock, de palettes de notes qui rarement se font dures.

Réussi alors ? Oui si Townsend voulait surprendre, mais on ira bien chipoter que tout n’évite pas l’ennui cependant, (Lady Helen est bien jolie mais un peu lente). Que Townsend fasse dans la charcuterie ou l’épicerie fine, il faut toujours un temps d’adaptation conséquent pour en apprécier toutes les saveurs. Ki demande une foi inébranlable. Il faut alors attendre le prochain volet intitulé Addicted pour une meilleure imprégnation. Encore plus atmosphérique ou plus métallique ? La roulette de Devin ne s’arrêtera donc jamais de tourner.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Devin Townsend Project : "Ki"
(1/3) 6 décembre 2015
Devin Townsend Project : "Ki"
(2/3) 3 décembre 2009, par Reivoli
Devin Townsend Project : "Ki"
(3/3) 1er décembre 2009




Devin Townsend Project : "Ki"

6 décembre 2015 [retour au début des forums]

There is no question that music brings happiness to someone who would listen to it. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Devin Townsend Project : "Ki"

3 décembre 2009, par Reivoli [retour au début des forums]

Même si ce disque n’est pas parfait, pour moi il représente EXACTEMENT ce qu’il fallait faire.
Faut avouer que Synchestra et le dernier SYL commençaient à recycler des idées et avoir un sentiment de déjà vu. Et Ziltoid était imbuvable et assez plat comparé à des grands albums comme Terria et Infinity.
Là, Townsend réussi presque à faire ce que Bowie avait fait avec Low : c’est toujours lui, mais c’est pas le même goût tout en restant délicieux.

Pour la première fois, il a renoncé à l’abus de compresseurs qui faisait en parti son "gros son". Ca donne à des piste comme Coast (ma préféré) une sacrée dynamique et des montées en puissance vraiment orgasmiques.
Et pour la première fois il engage un batteur qui ne soit pas un métaleux et qui a un vrai feeling dans un jeu "rock" bien carré (Gene Hoglan est un monstre, mais dès qu’il n’y a plus de double-pédales sur un tempo à 220, il est nettement moins pertinent).

Pour les mauvais côtés, je retiendrais la faible consistance de certaines pistes (Ki, Disruptor, Terminal) qui auraient gagné à avoir des riffs ou des structures un peu plus élaborés ; la basse, mal mixée (Devy a encore des choses à apprendre sur le mix) ; la chant féminin, qui est un ajout bienvenu mais parfois mal intégré.

Comme je l’ai dit, c’était de toute façon le type d’album qu’il DEVAIT faire s’il voulait éviter de se répéter. La seul manière qu’il avait de faire mieux à mes yeux aurait été de faire un album électro. Ou de pop intelligente à la Radiohead ou Bowie. Mais Ki fait aussi très bien l’affaire.

[Répondre à ce message]

Devin Townsend Project : "Ki"

1er décembre 2009 [retour au début des forums]

Quadrilogie ou tétralogie, Vincent ?

[Répondre à ce message]