Pop-Rock.com



Devin Townsend Project : "Addicted"
Premier service

samedi 2 octobre 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Ayreon : "01011001"
Edguy : "Hellfire club"
Limp Bizkit : "Chocolate starfish & the hot-dog flavoured water"
White Lion : "Return of the pride"
Ultra Vomit : "Objectif : Thunes"
Paradise Lost : "Faith divides us - Death unites us"
Serj Tankian : "Elect the dead"
The Mad Capsule Markets : "Osc-Dis"
Soulfly : "Dark ages"
Fear Factory : "Digimortal"


Voici ce nouveau volet des aventures de Devin. Différent de Ki, il l’est, revenant à plus de force après des épanchements personnels, Addicted conte et décompte sur des rythmiques fortement teintés de gros métal qui tache. Mais…

Mais Devin, notre ami Devin, n’est pas homme à se simplifier l’ouvrage et si Addicted est certainement l’un de ses albums les plus accessibles depuis bien longtemps, il s’agit d’un étrange hybride de metal et de beats électroniques, de vocaux gutturaux et de complaintes féminines touchantes. Addicted croise les genres, mais se limite cette fois à deux univers, deux sphères distinctes qui s’entrechoquent sans interruption.

Suite au Ki, le choc est évident, Addicted est agité, nerveux, et dégaine une artillerie sonore inquiétante au service de titres relativement classiques dans leurs structures. C’est qu’il faut désormais aimanter la clientèle après l’intrigue du premier opus, lui souder le casque sur les oreilles, l’embringuer dans ces dix pistes qui passent vite, s’ingurgitent aisément et rendent accrocs !
Car Addicted est justement nommé, et bien qu’ayant un peu tiqué aux premières écoutes, je dus vite ravaler mes doutes, il accroche aux oreilles et vous vous le repassez machinalement dès l’ultime piste lue.

Ce disque a un seul point de vue, simple, efficace, emballé rapidement et vendu tout aussi vite. Il se consomme par excès quotidiens et ne bourre jamais. On ne badine pas ici, où toutes les plages recherchent le même but, efficacité, pas de prises de risques (exceptée la moyenne Ih-Ah ! qui broie un peu les noix), c’est heavy, groovy, tendance mouillage de moule-bites sur le dancefloor et on en redemande encore et encore, la dose appelle la suivante, quel dealer de génie ce Devin...
Moins classique est la participation de cette voix féminine, qui hante à chaque recoin l’ensemble du disque. Notre ancienne accompagnatrice de The Gathering, Anneke Van Giersbergen qui ne cesse de faire parler d’elle par ses multiples collaborations (Anathema, Moonspell, etc.), se charge de contrer les vocalises du Canadien en y apportant ce petit plus de grâce et de pop.
Addicted aurait pu être nettement plus tourmenté, brutal, mais cette collaboration d’entre le fou et la belle a assagi le propos, simplifié l’affaire et, au bout du compte, rendu plus digeste cette partie du projet.

Impressionnante est la rapidité à laquelle s’assimile l’ensemble du disque, et terrifiante la façon dont il revient sur la platine. De par sa simplicité et son aspect catchy dans tes dents, Addicted remplit son office de membre adolescent de la quadrilogie. Beaucoup n’aimeront pas cet opus trop facile, mais si on l’accepte en tant que porte d’entrée au monde fort complexe de Townsend, l’affaire est conclue et l’on se revoit pour la troisième étape.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Devin Townsend Project : "Addicted"
(1/1) 4 octobre 2010, par Rico




Devin Townsend Project : "Addicted"

4 octobre 2010, par Rico [retour au début des forums]

Pour qui voudrait completer son entame de l’oeuvre phénoménale de ce génie bipolaire, un titre : "Wrong Side". Déluge furieux et mélodique du groupe SYL dont il est évidemment le maitre d’oeuvre. Je suis curieux de voir ce que donne sa période plus "douce"...

[Répondre à ce message]