Pop-Rock.com



Chrome Division : "Booze, broads and Beelzebub"
Rock très Hard et très Grüt !

mercredi 26 novembre 2008, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Iron Maiden : "A matter of life and death"
Tobias Sammet’s Avantasia : "The scarecrow"
Samael : "Above"
Def Leppard : "X"
Deathstars : "Night electric night"
The Chant : "Ghostlines"
Venom : "Metal black"
In Flames : "Soundtrack to your escape"
Rammstein : "Mutter"
Stratovarius : "Elements part. 2"


Shagrath est finalement un mec simple. Après une banale journée de labeur (consistant à dépecer des chèvres sur des autels au clair de lune et en rendre toute la beauté mystique avec des instrument et une grosse voix qui fait peur), il reprend l’autoroute, brûle un cierge au croisement, et gare son corbillard en double file devant les grilles du cimetière. Il pénètre dans son mausolée en frottant soigneusement ses sabots sur le paillasson puis du vestibule, il invoque le Démon, et enfile son peignoir en peau de Dani Filth. Parce que Shagrath, il aime bien enfiler son Dani Filth chaque nuit que Satan fait.
Après avoir lu les dernières nouvelles dans les entrailles d’un poulet, il se cale confortablement dans son cercueil, prend sa guitare, et joue du hard-rock qui ébranle les vieilles pierres du caveau. C’est son petit plaisir à lui, loin de la routine de chez Dimmu Borgir Corp., loin du pesant costume de grand prêtre du Culte.

Puis Shagrath, il trouvait ça pas mal ses petites démos de hard-rock, ça lui rappelait sa jeunesse, les disques de Motörhead ou de Venom, ceux qui suintaient l’urgence et le whiskey. Sa douce succube de l’Enfer, elle, préfère largement ses disques de Dimmu Borgir, elle galère déjà pas mal pour supporter la musique de chambre noire de son tendre époux, ce n’est pas maintenant qu’on va lui imposer du rockounet pour Bisounours.

Shagrath, sa femme, il s’en fout de son avis. Après lui avoir jeté un anathème dans la tronche, il se rend dans sa grotte privée et appelle Nuclear Blast, le grand maître des sons occultes :

- Deaaath, deaaath, deaaaaath, bip bip, tuuuuut ! Bureau de Nuclear Blast, bonsoir ?

- Salut âme damnée, c’est Shagrath, passez-moi le patron.

- Ne quittez pas, je vous prie.

- Salut Shaggy, quoi de neuf, toujours enceinte ta succube ?

- Ouais, c’est devenu un Paradis à la maison, je vais craquer.

- Dis-moi mon petit, il est pas très démoniaque ton In sorte diaboli, va falloir t’énerver un peu, on est plus très loin de la Christ Fest là !

- Oui, Maître, on a un peu déconné, mais ça me fatigue Dimmu, j’ai envie de changer d’air.

- Aaah, dis-moi alors, tu as de nouvelles compos, du malsain, du maléfique bien costaud ?

- Beh voilà, je compose toujours pour mon plaisir un peu de hard-rock, mais très hard hein et... (Un cri strident se fait entendre à l’autre bout du téléphone, les cornes en plastique de Shagrath en vrillent d’effroi).

- Shagrath, tu me broies les noix avec tes lubies angéliques !! Tu te remets direct à louer le Démon ou tu te prends un abonnement au Pèlerin Magazine !

- Mais Maître, c’est pour me défouler un peu, j’ai besoin de changement, promis, on continuera à renverser des croix, c’est une récréation.

(Un impressionnant raclage de glotte plus tard, le Maître suprême reprend la parole).

- Bon, Shaggy, c’est d’accord, si t’as besoin d’expérimenter autre chose, je t’appuie mais si tu me mets pas deux ou trois blasphèmes dans ton Rock de petits Saints, tu retournes direct chez Saint Pierre, toi et ta bande de premiers communiants !

- Merci Maître. Je ne vous décevrai pas.

(La communication se coupe brutalement).

Shagrath, il sort de sa grotte super heureux, du moins autant que puisse l’être un mec qui vit dans un caveau avec une succube engrossée par le Malin. Il remonte dans son corbillard et s’en va recruter de quoi faire son petit groupe. Pour les musiciens, pas de difficultés, il y a ce qu’il faut. Mais pour le chant, Shagrath, il veut quelque chose de bien rock’n’roll, et sa douce voix à lui se rapproche plus d’une goule en chaleur que de Bon Scott. Après quelques recherches dans les morgues proches de son pâté de maisons, il tombe sur son voisin, Eddie Guz. Le monsieur est occupé à cramer son gazon sur sa Harley-Davidson incandescente, et gueule, bouteille de sky en main des vieux tubes de Molly Hatchet et Mötley Crüe. Après s’être échangés leurs sangs, l’affaire est conclue, Eddie devient le hurleur alcoolisé du groupe. La fine équipe se réunit durant une soirée Nécrophilie aux Bains Douches et fera naître en 2006 un Doomsday rock n’roll déjà très accrocheur, bien que manquant quelque peu de personnalité.

Après la tournée In sorte diaboli, Shagrath ressent de nouveau une féroce envie de remettre ça. S’étant débarrassé de sa femme en lui payant des soins de peaux sur les rives du Styx, il invite ses potes chez lui pour élaborer un second album de Chrome Division. Pour faire plaisir au Grand maître des Enfers et des blasts, ils baptisent durant une orgie mémorable leur nouvel ange déchu Booze, broads and Beelzebub. Et force et de constater que l’énergie et le plaisir déjà présents sur le premier opus se voient ici décuplés. On remarque plus nettement que le groupe n’est pas juste un caprice de star, qu’il offre une vraie cohésion, et un son qui lui est enfin personnel. Ça reste du gros heavy rock qui tache et laisse des traces de pneu sur le parking, mais nos petits diablotins y mettent une telle énergie et une telle jouissance perverse qu’écouter ces brûlots hors d’âge sans avoir une terrible envie de mouiller la cravate est impossible.

Shagrath a bien révisé son Ace of spades encore cette fois-ci. Pourtant, au rayon influences, on se surprend à retrouver du Deep Purple dans Wine of sine, le solo est directement pompé du titre Anya de The battle rages on. Mixé aux studios Fredman, pas vraiment connus pour faire dans les chœurs d’église, le son est surpuissant, tout en conservant un petit côté sale et old-school bien dans la veine graisseuse souhaitée par Shaggy. Dans les coups de chaînes de vélos un brin moins douloureux, un Raven black Cadillac ou un The boys from the East vont cependant encore plus loin dans le retour en arrière avec leurs sonorités très bluesys, Life of a fighter se rapproche tellement de Motörhead, qu’on frise l’adultère tant ce gamin ressemble à un rejeton du bibinologue british aux santiags qui sentent très fort.

Et pour que nos cerveaux spongieux s’accordent bien sur le fait que c’est un pur album de rock’n’roll, nos loubards tout de cuir vêtus nous ont concocté une reprise démoniaque de ZZ Top, avec le Sharp dressed man de Eliminator, dont on a monté le volume, et accéléré le rythme dans des proportions dantesques. La priorité a été donnée à l’efficacité, on aura peine à trouver de l’alambiqué ou du complexe dans cette grosse tache de graisse de moteur. Tout est fait pour vous acculer à headbanguer violemment sous peine de vous faire écraser par vos collègues de bureau plus réceptifs que vous. Ça ravage à l’ancienne, sans mettre de gants. Je serai honnête, je dirai que c’est plus efficace que les dernières productions de Motörhead, mais vu que je suis un sale type subjectif et sourd, je me limiterai à dire (bien que ça me vrille les tripes de l’avouer) qu’ils n’en sont seulement plus très loin... Après, trouver le tube imparable là-dedans, c’est pas encore pour cette fois, ça se limitera à faire tout exploser en concert en première partie d’un obscur groupe de death-metal. Mais Shagrath semble bien s’éclater avec son passe-temps et nous en fait profiter par la même occasion, puisse Lucifer lui donner autant de motivation avec les prochains albums de Dimmu Borgir...



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

lo siento si using ak49f
(1/1) 19 avril 2009, par Peksraluale




lo siento si using ak49f

19 avril 2009, par Peksraluale [retour au début des forums]

Best naced girls dick sucking big tity skinny slut teen handjob mpeg and mature fuck skirts like hot teen lezbien models in thong and wide asian trailers etc. See small wemen lesbion video clips with pornographic movies download such as hot babes in mini skirts and more.

[Répondre à ce message]