Pop-Rock.com



Cavalera Conspiracy : "Inflikted"
"Je vais lui faire une proposition qu’il ne pourra pas refuser"

lundi 14 avril 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mayhem : "Chimera"
Gronibard : "We are French fukk you"
Paradise Lost : "Paradise Lost"
Hatebreed : "Supremacy"
Judas Priest : "A touch of evil live"
The Eyes of A Traitor : "A Clear Perception"
Arch Enemy : "Doomsday machine"
Deftones : "Deftones"
Slipknot : "Vol 3. (The subliminal verses)"
Rhapsody : "Symphony of the enchanted lands II : The dark secret"


Quand deux sommités du metal issues de la même famille ne se parlent plus depuis dix ans, que cette brouille empêche la refondation d’un des groupes les plus essentiels du genre et qu’en attendant, les fans rongent leur frein avec deux formations pas toujours tout à fait convaincantes, une thérapie familiale qui fonctionne est toujours une bonne nouvelle. Même si la réunion espérée n’est pas encore au programme, ce coup d’essai augure du meilleur pour l’avenir. Chez les Cavalera, le metal est affaire de famille.

Il y a bien des effluves de conspiration qui se font sentir autour de cette nouvelle formation. Si la réunion inattendue des deux frères Cavalera - secondés pour l’occasion de Marc Rizzo (Ill Ninõ, Soulfly) à la guitare et de Joe Duplantier (Gojira) à la basse - s’avérait aussi bankable que son excellent niveau le laisse supposer, ce succès pourrait bien tailler des croupières, voire même sonner le glas, à la fois de Soulfly et de l’incarnation actuelle de Sepultura. Redevable aux deux célèbres formations par bien des aspects, Cavalera Conspiracy ne correspond intégralement à aucune d’entre elles. Ce qui est certain, c’est que l’album défouraille sec, plaque brûlot dévastateur sur brûlot dévastateur sans qu’on puisse espérer reprendre son souffle une seule seconde. De ce point de vue, Inflikted renoue beaucoup avec l’esprit Sepultura... Mais attention, l’esprit Sepultura du temps où le Cavalera à dreadlocks y officiait encore. Et en même temps, on retrouve le côté brut de décoffrage et la tonalité plus moderne de Soulfly, expurgée de tous ses éléments un peu trop colorés ou naïfs. De la première note au dernier hurlement de rage, c’est du grand art pour ceux qui aiment que la musique aille à l’essentiel, de préférence après avoir tout bousillé sur son passage. Inflikted est certes assez éloigné d’une lecture raffinée et mélodieuse du metal mais fait en tout cas bouillir le sang comme rarement !

Cette franche réussite tient également à l’osmose parfaite qui régit ce Super-Groupe. En dehors de la performance de Duplantier, sans relief particulier, on se prendre en pleine face les soli mélodiques et évocateurs de Rizzo, la rythmique dévastatrice d’Iggor Cavalera et, évidemment, les hurlements possédés de Max. Faut-il néanmoins voir dans tout cela une pure opération marketing, en charge d’appâter le chaland en prévision de ce que tout le monde attend : la reformation du line-up original de Sepultura ? Peut-être bien. Mais à l’exclusion évidemment de Derrick Green, cette reformation est sans doute ce qui pourrait arriver de mieux à tout les acteurs impliqués : Inflikted le prouve à foison !



Répondre à cet article

Marc Lenglet