Pop-Rock.com



Arch Enemy : "The root of all evil"
Dépoussiérage frénétique

mardi 8 décembre 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Apocalyptica : "Apocalyptica"
Ankla : "Steep trails"
Guilt Machine : "On this perfect day"
Arch Enemy : "Doomsday machine"
Soulfly : "Conquer"
Velvet Revolver : "Libertad"
Static-X : "Cult of Static"
Orphaned Land : "Mabool : The story of the three sons of seven"
Hardcore Superstar : "Dreamin’ in a casket"
Dream Theater : "Octavarium"


Ne pas connaitre Arch Enemy n’est pas un drame en soi. Du death mélodique un peu plus doué que la moyenne, une carrière déjà conséquente sans fausses notes notables. Un bon groupe voyez-vous, honnête et énergique. Mais un détail fait que c’est pas pareil que la moyenne des moyens bons. Ce détail, c’est cette voix, ces growls, ces vociférations inhumaines ne proviennent pas de la trachée d’un bigfoot apprivoisé, ni d’un ersatz de goule géante. LA vocaliste d’Arch Enemy est une belle et petite blonde qui a quitté son Allemagne natale et son prometteur boulot de journaliste pour jouer les soprano de fond de cave avec nos Suédois. Et le détail se fit particularité.

Il n’en a pas toujours été ainsi, et le premier chanteur du groupe (Johan Liva) était bel et bien un mâle avec tous les attributs nécessaires à son statut. Mais les frères Amott, la paire de fameux gratteux qui commande au présent et au futur la destinée d’Arch Enemy se prit de passion pour la démo d’une blondinette Goethique. La belle maitrisait le chant guttural aussi parfaitement que n’importe quel vampire nordique et elle s’avèrera même un tant soit peu plus active que Liva sur scène.

Ce ne sera pas une révolution au niveau des compositions ou de la qualité globale, mais en terme d’image, c’est la fête au village. Angela Gossow (la goule femelle donc) met une rage surprenante dans ses interprétations, et intimide le passant dérouté par telle fureur. Combiné aux duels de spécialistes des frangins, Arch Enemy devenait alors le groupe qu’on se plait à citer dans les diners mondains, invitant tous et toutes à participer au petit jeu du "Devine qui c’est qui chante tiens, haha tu vas pas trouver". The root of all evil n’est pas vraiment un nouvel album, mais est nouveau tout de même, je m’explique. Alors que de gros beaufs tels que Exodus se vautrent en réenregistrant complètement leur grand classique et en le salissant de fait (Bonded by blood avec un lifting 2009, si affligeant que je ne vous en parlerai jamais), Arch Enemy a fait une sélection dans ses trois premiers albums de l’ère Liva puis retravaillé ces morceaux sous l’aile de la belle growleuse. Inutile ? A vrai dire oui, je ne suis pour ma part jamais friand de ce genre de bricoles. C’est généralement l’œuvre de groupes en grosse baisse de forme qui cherchent à meubler durant les périodes creuses.

Mais vous ne pouvez nier à ce best of amelioré qu’il est foutrement couillu, et que Gossow, lorsque l’on parvient à accepter que c’est bien une femme, est impressionnante (épuisante ?) au chant. Après, arguer que c’est meilleur que les versions originales, mouais, à peine mieux produit (le groupe avait déjà de gros moyens dès ses débuts), ça dépoussière un peu. Je me rappelle cependant que Liva, tout mou qu’il était sur scène avait le bon goût de moduler sa voix et d’aller parfois jusqu’à chanter de façon audible (le classique chant clair), chose qu’Angela délaisse. Il faut reconnaitre que si la belle donne une nouvelle poussée de fièvre à ces titres déjà très bons, elle peut devenir diablement chiante, je loue de temps à autre les quelques passages ou elle ferme sa jolie bouche et où l’on peut se délecter du travail de guitares des Amott, de très haut niveau mélodique et technique, un régal pour les oreilles.

Du reste, ça défouraille sévère (Bury me an angel, une machine à pogos en haute définition, et ce Pilgrim...), et les habitués du groupe auront certainement du plaisir à retrouver ces versions rénovées. Mais quoi de neuf... Ce disque est bon mais reste surtout une façon de statufier la "nouvelle" chanteuse d’Arch Enemy et de marginaliser un peu plus son prédécesseur, un peu salaud non ? Pour le coup, allez plutôt écouter leur album de 2007, Rise of the tyrant, succulent et brutal qui lui au moins est indispensable.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Arch Enemy : "The root of all evil"
(1/2) 17 décembre 2016
Arch Enemy : "The root of all evil"
(2/2) 8 décembre 2009, par Rico




Arch Enemy : "The root of all evil"

17 décembre 2016 [retour au début des forums]

I really like the kind of music they have created. - Antiquities of California

[Répondre à ce message]

Arch Enemy : "The root of all evil"

8 décembre 2009, par Rico [retour au début des forums]

Oui "statufier" est le bon terme au vu des kg de Botox insufflés dans les lèvres et pommettes de la Diva... :) J’aime bien Arch Enemy à petite dose pour l’équilibre entre cette voix gutturale et ses mélodies. L’héritage Carcassien de Amott reste la marque de fabrique d’un métal toujours soucieux de rester audible malgré sa rugosité. De là à l’acheter.. Heureusement que le téléchargement est interdit, car la tentation serait grande pour ce groupe parmi tant d’autres, de "mid quality". Alors je n’ai acheté qu’un album, et je n’écoute que celui là !

[Répondre à ce message]

    Arch Enemy : "The root of all evil"

    12 décembre 2009, par HB [retour au début des forums]


    Oui bah...heureusement que l’illégalité peut être transgressée car sinon, pour ce qui me concerne...
    "Dark Insanity", par ex. : trop de gerbe vraiment tue la gerbe !

    [Répondre à ce message]