Pop-Rock.com



Apocalyptica : "Worlds collide"
Le choc des mondes

mardi 25 mars 2008, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pantera : "Reinventing Hell - The Best Of Pantera"
Motörhead : "Inferno"
Biohazard : "Means to an end"
W.A.S.P. : "Babylon"
Fear Factory : "Archetype"
Steel Panther : "Feel the Steel"
Tobias Sammet’s Avantasia : "The scarecrow"
Evanescence : "Fallen"
Megadeth : "The system has failed"
Devin Townsend : "Ziltoid the omniscient"


Bon, ça y est : Apocalyptica a l’air d’avoir fait le tour du sujet en mode « metal instru joué avec des violoncelles » et semble passer définitivement à autre chose. Pour le meilleur ou pour le pire ? Foires d’empoigne assurées !

Finalement, à y regarder de plus près, cet album est dans la continuité de l’évolution du groupe depuis ses débuts. C’est juste que cette fois-ci, il a fallu sauter l’un ou l’autre pas important (un batteur à temps plein, une rythmique clairement métallique, et des guests dont la voix transforme la musique du combo en quelque chose d’un peu plus abordable et conventionnel). Les amateurs de la première heure qui auraient souhaité de la part de cette formation atypique qu’elle continue sur sa lancée à contre-courant des groupes de hard classiques risquent d’être déçus et on ne pourra leur jeter la pierre pour regretter l’atténuation de ce qui a fait le charme d’Apocalyptica. Mais si on accepte de faire fi du passé du groupe et d’écouter cet album hic et nunc, il faut bien reconnaître qu’il est foutrement bien balancé, ce Worlds collide !

On va commencer par les titres chantés, qui emportent l’appréciation la plus mitigée. Helden, la reprise du Heroes de Bowie, chantée par Till Lindemann de Rammstein est à couper le souffle. La réinterprétation est grandiose, d’une puissance fabuleuse, et le chant prend aux tripes. Les trois autres morceaux sont plus contrastés. D’un côté, ils sont d’une efficacité redoutable, mais de l’autre, ils sont extrêmement faciles et prévisibles, et ils ne sonnent absolument pas comme de l’Apocalyptica. Il faut dire que les textes que les invités ont à défendre n’ont pas grand-chose pour eux (Christina Scabbia n’y croit pas une seconde et nous non plus), mais une interprétation énergique peut sauver beaucoup de choses, comme sur I don’t care. Quant au single I’m not Jesus, interprété par le chanteur de Slipknot, il se coule bien dans l’album mais ne constitue pas la pièce que l’on en retient.

Et les instrumentaux, qui constituent la grosse part de l’album ? Une fois encore, on constate un glissement vers du metal plus carré, nonobstant le recours aux violoncelles. Ces instruments servent toujours de guide aux mélodies et demeurent la raison principale d’écouter Apocalyptica, mais la rythmique carrée et la présence de guitares prennent de plus en plus d’espace. Ce n’est pas forcément un tort, car des morceaux comme Stroke ou Burn marient à merveille ces deux mondes. Le talent du groupe est toujours bien présent, comme en attestent les fantastiques Grace, Worlds collide ou Peace.

Que dire au final ? Si ce n’est que, quoi que puissent en dire les nombreux semi-déçus qui déploreront un virage commercial, cet album mérite amplement, et malgré quelques grosses ficelles, de figurer tant dans la CD-thèque du heavy metalleux irascible et intégriste de la cause que dans le lecteur MP3 du gamin qui tapisse sa chambre de posters de la meuf de Lacuna Coil et écoute Slipknot persuadé qu’il s’agit du summum de la fuck attitude. Worlds collide, qu’on vous dit...



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Apocalyptica : "Worlds collide"
(1/1) 1er novembre 2016




Apocalyptica : "Worlds collide"

1er novembre 2016 [retour au début des forums]

Nice album. It really featured some of my favorite songs. - Mark Zokle

[Répondre à ce message]